Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Une phrase à méditer : le courage.

« Notre vie se contracte et se dilate en fonction de notre courage », Anaïs Nin.


On a trouvé cette phrase toujours dans L’effet télomère au moment où l’auteur évoque les effets positifs sur le cerveau et la longueur des télomères de l'engagement pris par un groupe de personnes retraitées de s’occuper bénévolement, quelques heures par semaine, de jeunes en difficultés.
Anaïs Nin. On avait lu cette auteure il y a des dizaines d’années quand son journal avait été édité, ou réédité.
Le courage. On aime cette qualité. On aime la retrouver chez ceux qu’on côtoie. Si on suit les propos d’Anaïs Nin, on se tient dans une belle posture, droite et vaillante, quand on a du courage.
Mais dans notre monde actuel, cette valeur est-elle mise en avant ?
Ici, dans la maison au milieu du vent, on a écrit ce mot sur un petit carton, courage, et on l’a posé sur le bureau, contre le pied de la lampe.

Commentaires

  • la devise de ma chere maman etait "du courage et de la bonne humeur"et c'est bien vrai!!

  • Bravo, l'exemple de votre mère est épatant !

    Du courage, oui, de la bonne humeur, trois fois oui !!!

  • J'aime ce mot, une force accessible à tous, même et surtout à ceux que l'on nomme quelques fois avec condescendance, les faibles...
    J'aime beacoup la phrase de la maman de Titoune.
    Bon courage à tous.

  • ah oui bien sûr! puisque c'est en rapport direct avec nos peurs, les grandes et les petites :-)
    et en rapport avec la vie même puisque nous sommes tous des Sisyphe qui doivent trouver la force de pousser leur rocher, jour après jour... et que cette entreprise n'est pas simple tous les jours :-)

  • J'habite la ville , et je suis toujours admirative devant la minuscule petite
    herbe qui jaillit entre deux plaques de béton . Nous avons ,, je crois, tous fait
    l'expérience de la vie obstinée qui s'appelle le courage .
    Béatrice

  • Dans les moments les plus désespérés, reste le courage et la dignité pour affronter les pires difficultés...
    Un jour, une amie juive a évoqué les dernières paroles de son père déporté " même devant la mort garde dignité et courage "

  • Merci pour cette belle phrase d'Anaïs Nin, dont j'ai guetté les sorties du Journal au fur et à mesure qu'il paraissait en format de poche. Je le relirai. On souhaite souvent du courage aux autres, c'est une bonne idée de s'en souhaiter aussi à soi-même.

  • Anaïs Nin, mais c'est toute une lointaine époque de lecture,... Un plaisir de la retrouvée évoquée dans Bonheur du Jour. Bonne journée.

  • Le courage se manifeste de différentes façons. parfois, c'est dans notre quotidien que nous pouvons mettre en avant cette qualité.

  • "droite et vaillante"...??... ici je me donne plutôt des coups de pied au cul... opération maintenant périlleuse/disgracieuse et accompagnée de cette "bulle" : 'courage ma belle" !!.......

  • Il est des jours où on en a à revendre, d'autres où il manque cruellement ... mais l'essentiel n'est-il pas d'être à la hauteur des événements qui jalonnent notre vie ?
    Amitié

  • Oui, c'est une belle qualité ! J'aime beaucoup aussi la volonté. Christophe André en a très bien parlé dans l'une de ses émissions quotidiennes, dont le beau thème était "La vie intérieure", cet été sur France-Culture (vous pouvez toutes les retrouver en podcast sur le site de l'émission). Je me suis fait exactement la même réflexion que vous.
    Courage à vous et toutes mes amitiés.

  • Son journal entier, lu avec enthousiasme et grand intérêt vers mes vingt ans. J'avais tellement aimé que je m'étais dit que si un jour j'avais une fille je l’appellerais Anaïs.
    À mes 25 ans notre fille est née, Anaïs... elle est extrêmement courageuse.
    Peut-on exhorter quelqu'un à être courageux? Je crois que c'est inutile, que c'est en nous que nous le puisons, certains jours avec succès.
    Merci pour cette belle réflexion, bonne journée Bonheur.

  • Ce qui est curieux, c'est que je n'ai jamais lu le journal d'Anaïs Nin, mais que j'ai lu ses romans (dans l'édition complète de Stock),

    Parfois, ma mère me disait : tu es courageuse (je menais pourtant la vie "normale" de beaucoup de femmes, conduire mon fils à la crèche, aller travailler, revenir à la maison en passant par la crèche, faire ce que je devais faire pendant que mon mari donnait des cours du soir...

    Je lui répondais, d'un air étonné, "moi? Mais je n'ai aucun courage..."

    Elle avait aussi une jolie formule qui a fait mouche : "Il faut parfois beaucoup de courage.... pour avoir un tout petit peu de courage".

Écrire un commentaire

Optionnel