Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

La question du lundi : patience.

Après avoir emprunté un livre tout à fait pertinent, Tout s’accélère, de Gilles Vernet, prendre le temps de réfléchir au temps, justement.
On relève quelques phrases, ici ou là. En voici une : « les pauses ont disparu, chaque instant est mis à profit pour rattraper le temps perdu. » ; ou encore ces citations : Etienne Klein : « Nous ne vivons pas une accélération du temps, nous vivons une crise de la patience. » ; Paul Morand : « Que de temps perdu à gagner du temps. ».
C’est bien d’avoir trouvé ce livre à la Médiathèque. Il était posé là, sur la table, tout près de la porte, comme un rappel.
Ici, on pensait qu’on allait devoir rester tranquille un moment et puis, hop, qu’on repartirait, comme cela s’était passé déjà lors d’autres moments de jachère. Mais là, il s’agit d’entrer de plain-pied dans la patience.

Et vous, êtes-vous dans la patience ?

Commentaires

  • Je suis en train de l'apprendre, Marie Séraphine...je suis en train de l'apprendre...c'est difficile...Il y a des patiences qui sont plus douces que d'autres...comme celle d'attendre votre question du lundi, et de souvent être interpellée par votre question...Je vous envoie plein de douces pensées.

  • Nous sommes tous devenus des impatients....
    Le flux d'informations nous entraîne dans sa course folle
    et pourtant, quelle douceur de prendre son temps !

    Pour ma part, c'est toujours dans l'observation rêveuse
    de la nature que je trouve mes "bonheurs du jour" :
    la mer, les jardins, les bois, la montagne et leur vie
    silencieuse apaisent notre âme...."et nous forcent
    d'aimer" selon les mots éternels de Lamartine !

    Que votre repos imposé s'inscrive dans cette quête
    de temps retrouvé .... grâce à vos chers livres et au
    soutien de vos lecteurs proches et lointains !

  • plus je vais et plus la patience me gagne ... forcée par ce besoin de tempérance dans un monde qui court à l'essoufflement de lui-même ...
    amitié .

  • Bonjour. Je crois que je suis souvent impatiente mais le fait de tenter de me connecter à la nature fait que je ralentis le rythme. Je vis à la montagne et je suis toujours effarée de voir certains de mes congénères qui gravissent les sommets presque en courant. La performance physique passe avant tout le reste. Ils vont tellement vite que je suis sûre qu'ils ne prennent plus le temps d'admirer le paysage. Cela me sidère. Bises alpines et belle semaine.

  • Ce livre était là posé, il avait fait son temps chez un lecteur ou une lectrice et arrivait à temps pour que tu le cueilles sur une étagère de médiathèque... La patience est un don qui se cultive et qui simplifie la vie, elle est donc à cultiver sans modération. Belle journée Séraphine, à bientôt. brigitte

  • Je l'avoue bien humblement, j'ai toujours eu le sentiment de manquer de patience. Pourtant, combien de fois me suis-je entendu dire "tu en as de la patience, toi !" A chaque fois cela me sidère; En fait, je me demande si la patience n'est pas à géométrie variable ? C'est quoi au juste la patience ? Peut-être qu'elle ne se situe pas uniquement dans l'appréhension du temps qui passe, mais plutôt dans la façon dont nous tentons de gérer ce temps ?
    Belle semaine.

  • Je suis dans la patience par la force des choses, mais j'ai du mal à m'y faire ... il me reste de grands progrès à accomplir.

  • La perception du temps et la manière dont on l'habite, voilà qui varie fort d'une personne à l'autre et, pour chacune, d'une période à l'autre, selon les circonstances.
    Désolée de te savoir à nouveau ralentie, mais je te souhaite une tranquillité nourrissante. Bonne journée, bonne patience, Marie.

  • Dans l'attente plutôt que dans la patience.
    Mais j'essaie de ne pas m'impatienter. :)
    Douce et belle journée à vous.

  • mes cannes de confort pour marcher me font vivre la patience et je le vis bien
    les affaires s'accumulent,c'est moins drôle
    je vais changer du coup mon habitat
    avec les temps
    belle semaine Séraphine et vos lectrices

  • Hélas ! non je ne suis pas dans la patience !
    Peut être quand je quitterai la vie active, je me bonifierai.... ce que je souhaite vivement.
    merci pour cette belle réflexion. Prenez soin de vous.
    bises meusiennes

  • Cette question du lundi m'interpelle vraiment. Le manque de patience est sans aucun doute mon pire défaut, et l'âge n'arrange rien, bien au contraire. Cette impatience a hélas des conséquences tout aussi négatives : colère, maladresse, agacement... Etre obligée de l'avouer comme ça, par écrit, me fait prendre conscience de sa nocivité, et peut-être m'obligera à me corriger !
    Belle semaine,
    Dominique

  • Un point après l'autre.
    De temps en temps des choses apparaissent devant mes yeux.Puis disparaissent.
    Divin.
    Jolie journée.

  • Avec l'âge qui avance , il faut bien l'apprendre et j'avoue que cela ne me déplaît pas les longues plages de temps " vide" qui ne le sont jamais d'ailleurs quand on aime la lecture ou la musique . Ce n'est pas de ne pas faire qui me gène mais quand cela se double d'une certaine dépendance, alors là je supporte mal!
    Bonne soirée!

  • Je suis assez d'accord, je crois en effet que c'est une grosse crise de la patience dont il est réellement question.
    Pour ce qui me concerne, pratiquant la photo animalière, si j'en étais dépourvue, je me serais forcément dirigée vers d'autres sujets photographiques.
    Bonne soirée

  • Quelle belle question, Bonheur-du-Jour !... La patience, c'est-à-dire, l'aptitude à contempler au lieu de saisir...

  • cela rime avec la lecture d'un guide de méditation et le prêche du prêtre hier : nécessité de l'attention et la patience.
    Dans ton blog, je trouve l'importance donné au moment présent et à chaque chose qui vit dans cet instant présent. Bises (j'ai deux branches sur l'amaryllis et un bouton commence à s'ouvrir).

  • J'essaie mais j'aimerais tant retenir ces jours qui passent trop vite et qui ne reviendront jamais

  • Peut-être la patience avec soi-même est-elle la plus compliquée pour certain(e)s. Mon exercice favori dans ces cas-là est de faire de grands puzzles compliqués en écoutant la radio. Occuper les mains, comme vous le faites avec le tricot, et l'esprit.
    Prendre cette longue pause prendre le temps qui vient comme un moment enrichissant et non frustrant ...je pense à vous.

Écrire un commentaire

Optionnel