Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

La question du lundi : neuf ou occasion.

Lors d’un repas dans la maison du vent, on avait fait comme à l’accoutumée une belle table et une des invitées, charmante, et gentiment charmée par la décoration, n’a eu de cesse de savoir d’où venaient assiettes, verres, serviettes, nappe, etc. A chaque fois, il lui fut répondu que tout avait été chiné, voire récupéré.
- Tout ça ?
- Tout ça.
On en a profité pour lui parler d’un projet qui peut être amusant : lancé par une association qui lutte contre les déchets, il s’agit de ne rien acheter de neuf en 2018. La discussion fut drôle tout autour de la table.
Alors, sans se donner des objectifs trop contraignants et, surtout, sans jamais adhérer au moindre mot d’ordre, on se dit ici que c’est une initiative qui peut faire réfléchir.

Et vous ? Etes-vous neuf ou occasion ?

Commentaires

  • Les 2 selon le coup de cœur! J'aime bien chiner pour les objets, les livres, je préfère le neuf pour les vêtements.
    Bonne journée!

  • Cela dépend...j'ai été obligé d'acheter neuf un nouveau bol pour mon vieux robot-mixer, sinon comme on n'en trouve pas d'occasion (j'ai cherché) il aurait fallu jeter le robot qui a 25 ans mais marche encore très bien...Sinon comme toi je chine beaucoup, vaisselle, déco...j'ai récemment peint en bleu un petit buffet trouvé chez "trampoline" (l'équivalent d’Emmaüs dans la Drôme)...je farfouille dans les vides-greniers très fréquemment. J'ai entendu parler de cette expérience très intéressante car elle fait réfléchir sur nos modes de consommation, mais d'après moi, il y a toujours quelque chose qu'il nous faudra acheter neuf dans l'année entière, comme moi pour mon bol de robot :) sinon je suis 100% pour aussi toutes ces entreprises qui récupèrent et réparent. J'ai été si scandalisée dans le passé, à maintes reprises, de ne pas pourvoir faire réparer un appareil ménager...Bonne journée

  • ce qui serait formidable, c'est que je réussisse à m'acheter quelque chose ;-) j'ai fait le tour des soldes (besoin de chaussures, celles que j'ai sont usées de manière définitive) et suis rentrée sans rien...

  • Je suis plutôt pour le neuf, surtout pour les vêtements, en tous cas jusqu'à maintenant mais à dose homéopathique. Par contre j'ai entendu parler de cette expérience et j'avoue qu'elle fait réfléchir, j'essaierai donc de m'orienter encore davantage que je ne le fais déjà vers la récupération.

  • Les deux... Pour les vêtements, hors chaussures et sous vêtements, je teste l'occasion, j'ai eu plusieurs expériences de neuf qui décolore ou rétrécit au premier lavage, avec l'occasion (propre, correcte) au moins je sais où j'en suis

  • plaisir de dénicher mille objets ou livres 'oubliés'... chez Emmaüs, sur les brocantes... de leur redonner une joyeuse existence... aussi pour l'échange, les sourires, l'ambiance.......

  • (Je ne vous lis sans doute pas assez, pardonnez-moi, pour savoir ce qu'est la maison du vent, mais l'expression conviendrait à l'appartement où nous vivons. Il me semble que le vent siffle depuis de nombreux jours sous l'effet des nombreuses perturbations océaniques qui traversent le pays, c'est lugubre et lassant,).
    Quant à la question du jour, c'est oui au moins pour les livres ! À condition qu'ils soient en bon état, je déteste lire des livres chiffonnés d'où les pages s'échappent.
    Alors, hormis l'alimentation, l'idée est évidemment intéressante avec les réserves que vous mettez sur l'absence de mot d'ordre.
    Cette question du lundi nous ramène également à l'obsolescence programmée (ou pas) : légiférer d'urgence, mais comment la démontrer...

  • Ça dépend pour la vaisselle je chinerai bien .
    Les meubles?
    Les vêtements peut être
    Les chaussures non avec mon 35,5 c'est déjà difficile en neuf.
    Belle journée

  • Je suis assez pour chiner... dans une ville on a des occasions en or... mes dernières vestes et manteaux sont de seconde main. Un coup de chance. Mais tout le monde s'y met ou beaucoup et cela devient difficile de trouver des vêtements à ma taille. Pour les livres certainement les livres neufs sont beaucoup trop chers... Mais le choix est limité. 30 Amélie Nothomb ne m'intéressent pas trop. Quoique j'aie trouvé un livre de cuisine à 50 cents... ma vaisselle est aussi de récupération. Amis famille... etc. Toutefois 'on doit quand même acheter du neuf comme les chaussures...

    A Bruxelles se sont développés aussi les repaire cafés...

  • Occasion quand je peux, mais neuf aussi.
    Tout dépend.

    Bonne question en tout cas.
    Passe une douce journée.

  • Depuis très longtemps, j'ai opté pour les meubles,
    les objets de brocantes et antiquités, les livres aux reliures
    patinées, les vêtements de dépôts-ventes tenus par de charmantes
    sélectionneuses, les chaussures à peine portées,
    seule la lingerie échappe à cette pratique si plaisante !

    Des relations humaines très chaleureuses se tissent
    entre les marchands et les clients et lorsque l'une
    de ces boutiques baisse le rideau, c'est une part
    de l'âme des cités qui s'envole !

    Merci, chère Séraphine, d'allumer toutes les petites
    lumières qui éclairent notre vie quotidienne !

    P.S : De ce pas, je m'en vais dresser la table du déjeuner
    en y incluant les assiettes, les verres, la nappe de saison
    qui, dans quelques temps, seront remplacés par des objets...
    printaniers !

    Fiorenza qui vous embrasse

  • depuis 2010,je fonctionne avec uneressourceries
    et maintenant ce sont mes amies fraternelles
    toujours occase et je n'ai jamais eu autant de belles choses
    riche
    belle semaine

  • Longtemps : 100% neuf. Mais je change d'avis et d'habitude : petit à petit. Là, j'aimerais me trouver un vélo d'occasion . Même si on peut trouver un vélo neuf pour pas cher, je trouve ça inutile. C'est un chouette défi, en tous cas une chouette orientation pour l'année.....

  • Je suis plutôt attirée par le neuf. Je n'achète jamais de vêtements d'occasion par exemple (mauvais souvenir d'avoir dû user les vêtements de mon frère et de ma soeur ?) Par contre pour les livres, j'achète de plus en plus souvent d'occasion quand c'est possible.

  • en principe, je n'achète que ce dont j'ai besoin parfois neuf, parfois de seconde main ... je dis bien en principe car parfois il m'arrive de me laisser tenter par du "superflu" ... neuf ou d'occasion ...
    amitié .

  • Beaucoup de neuf car ma déco est très contemporaine, et de belles pièces anciennes (vaisselle, cristal, argenterie) chinées ou héritées. J'aime cette initiative qui fait réfléchir sur notre surconsommation. Mais je suis honnête et je sais que je ne suis pas encore prête à 100 %.
    Essayer d'abord de limiter :-)

  • Les deux selon .... brocantes et récupération pour la vaisselle ou la déco ça me va mais je n'y arrive pas pour les vêtements .......
    J'ai lu des articles sur ce projet qui fait réfléchir. Je crois qu'essayer de me limiter (surtout pour la famille !!) mérite que je fasse un effort ! Bises Marie !

  • Mon témoignage n'aura rien d'original. Les livres et la vaisselle, parfois le linge de maison, sont des choses que je chine avec plaisir. En revanche je me méfie de tout ce qui touche à l'intime, linge de lit, vêtements, etc. Cela dépend de leur état... Et du look de la vendeuse !

  • Une bonne idée autour de la table ! C'est sûr on a une nette tendance à trop consommer ! Un bon exercice afin de prendre conscience de nos habitudes...

  • Bonjour, à mon tour, j'apporte ma contribution. Mais je crains de dénoter, car je suis plutôt adepte... du neuf. C'est sans doute lié aux vêtements de seconde ou troisième main de mes cousines, enfant et adolescente, qui correspondaient rarement à mes goûts, vaisselle et meubles d'occasion lorsque ne me suis installée, et les livres de bibliothèque cornés, déchirés...et que l'on ne pouvaient pas garder. J'achète donc essentiellement des objets neufs. Pour l'odeur du neuf!!!! Désolée, Mais il y a trop de mauvais souvenirs...

  • Neuf ou occasion ? Cela dépend : si on a un besoin urgent, on achète du neuf. Si on prend son temps de chercher l'occasion, autant profiter de cette occasion qui se présente. Etant donné tout ce qui se jette, il faut recycler au maximum, suivant ses besoins. Pas toujours facile. Bonne semaine et bises.

  • Tout dépend de mon humeur , de mes motivations. Il est bien agréable de chiner pour découvrir des objets anciens. Mais du temps où je lisais, je préférerai acheter des livres neufs, bien à moi !!( l'instinct de propriété sans doute !)

  • ma maison est certainement moins jolie que la tienne ; tes mots sont si agréables et doux à lire. toutefois, j'essaie de moins acheter. Notre dernier gros achat est une voiture (achetée d'occasion). Pour les livres, je les emprunte majoritairement, ensuite achat d'occasion quand c'est possible, sinon neuf. Mon appareil photo est acheté sur e-bay, un objectif sur le bon coin. Pour les vacances, nous nous sommes achetés une caravane d'occasion qui doit être des années 80 et une tente /séjour chez Décathlon (je n'avais pas trouvé d'occasion).Bises et Merci pour ton article prônant la sobriété.

  • Je fais parfois les brocantes, histoire de donner une seconde chance à des objets décoratifs. Pour la vaisselle, je suis plutôt pour le neuf.

  • "Dans une vieille brocante,j'ai trouvé un recueil de poèmes de Rimbaud pour un euro.
    C'est beau que son livre vaille moins qu'une pile électrique,car c'est lui pourtant qui éclaire le monde." Le livre errant de Jean-Marie Kerwich.

    La question laisse la possibilité d'un choix donc d'une certaine liberté.

    De nombreuses personnes n'ont pas encore pu vivre dans le luxe de ce choix
    Et c'est aussi une grande interrogation!

  • Je n'y ai pas pensé mais il y a quarante ans, j'allais encore aux "petits riens" (où l'on trouve de tout), à la bouquinerie. J'ai trouvé un volume de poèmes, Albert Samain "Au jardin de l'Infante"... Avec des inscriptions. Il avait appartenu à une jeune lycéenne de Constantine, Algérie, Vincente Zemma. J'ai fait de longues recherches et trouvé des photos de cet ancien lycée... (Et du nouveau lycée). Il y avait des annotations partout... Très sentimentales. Visiblement, cette jeune fille avait aimé quelqu'un, et des années après, dans les années 20 (le livre avait une date manuscrite sous la signature, vers 1917-1919), encore. J'ai beaucoup rêvé sur cette jeune fille. Je me suis demandé quel avait été son parcours, pour que ce livre arrive ici, à Bruxelles, dans les années 80. Il est toujours dans ma bibliothèque et j'y tiens comme à la prunelle de mes yeux (enfin, c'est une façon de parler).

  • Cette expérience fait réfléchir.
    J'ai décidé, pour ce qui me concerne et avant tout achat de me poser la question fatidique "Est ce que j'en ai vraiment besoin ?".
    J'ai déjà gagné depuis ce début d'année quelques euros.
    Mais je suis sans conteste une acheteuse invétérée du neuf. J'ai besoin de savoir qu'un objet, un libre, un bien matériel commence sa vie avec moi...

Écrire un commentaire

Optionnel