Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

La question du lundi : le premier voisin.

Qui n’a pas de voisin ? Qu’il soit à quelques kilomètres, à 50 mètres, à l’étage au-dessous ou au-dessus, sur le même palier, juste derrière une haie. « Le voisin est celui qui habite, se trouve près d’une autre personne habituellement ou occasionnellement », comme l’indique le Trésor informatisé de la langue française. Au pluriel, les voisins sont ceux qui se trouvent près les uns des autres.
Pendant longtemps, dans les campagnes, on connaissait son premier voisin. Il y avait des échanges de réciprocité basés sur le fait qu’on pouvait avoir besoin les uns des autres. Il y avait quand même des inconvénients à cette absence d’anonymat : tout le monde était au courant de tout et il n’est peut-être pas forcément très satisfaisant d’avoir des relations avec certaines personnes « au cas où ». Mais l’avantage était qu’on n’était pas seul. D’ailleurs, on ne se pensait pas seul : on appartenait à un groupe, sinon à une communauté, celle du hameau, du village, de la rue, du quartier.
Aujourd’hui, n’a-t-on pas tendance à faire en sorte de s’en sortir tout seul, tout le temps et de surtout ne pas demander d’aide. On croise des voisins, certes, mais on se contente, de part et d’autre, d’un signe de tête et d’un léger sourire en guise de bonjour.
Connaissez-vous votre premier voisin ? Connaissez-vous son prénom et son nom ? Et, en cette période de Noël, savez-vous s’il n’est pas seul ? Ou sait-il que vous l’êtes peut-être ?

Commentaires

  • Très bonne question, quand je vivais à la campagne je connaissais tous mes voisins de quartier et la plus grande majorité des gens du village, 550 habitants, maintenant que je suis en HLM en ville je connais une vingtaine de voisins de mon entrée et du bâtiment, je sais c'est peu, mais nous entretenons de très bonne relation et ce qui compte pour moi ce n'est pas la quantité mais la qualité.
    Je te souhaite de très belles fêtes de noël
    Amicalement
    Claude

  • Rapports houleux hélas entre mon voisin du dessous (recommandés au bailleur pour dénoncer de fréquents tapages nocturnes) et du dessus (tapage diurne).
    Sinon, relations courtoises avec les autres, sans plus. N'étant pas seule, je reconnais ne pas chercher davantage...Mais cette question du lundi, un soir de réveillon qui plus est, me donne à réfléchir.
    Très bon Noël !
    Dominique

  • je connais encore mes voisins proches, mais plus je m'écarte et moins je trouve des visages connus, un sourire pourtant engage un autre sourire, c'est déjà ça, mais ça s'arrête là ... Nous sommes bien loin de ces temps solidaires intergénérationnels qui alimentaient en valeurs humaines notre enfance ,..
    Joyeux Noël
    amitié .

  • Denis et Anne-Marie à droite.
    La Famille Picard à gauche.
    Et ceux que l'on fréquente le plus, c'est en face; Cris et Bruno.
    On habite à cet endroit depuis 12 ans; on s'est présenté en arrivant...

    On se rend des menus services, on peut sonner chez eux si besoin...

    C'est drôle car hie je parlais de leurs voisins à mes parents et beaux-parents (vieillissants); ils m'ont tous répondu " on essaie de se débrouiller seuls..."

    Joyeux Noël " Madame Bonheur du Jour"

  • J'habite depuis deux ans dans un petit bourg vendéen et je connais mes voisins proches. Ils sont très âgés pour la plupart et n'hésitent pas à faire appel à nous en cas de difficulté.
    Sinon, il y a également les boulangers-pâtissiers super sympas. Je reçois leur fils toutes les semaines pour lui dispenser un petit cours d'anglais.
    Un vrai plaisir.
    Moi qui venais de Paris, ça me change !
    Bonnes fêtes à vous, à tous,
    eMmA

  • Bonjour. J'habite dans un grand immeuble qui est surtout prisé par les touristes. Nous sommes très peu à y habiter à l'année. Je vois de temps en temps le voisin du dessus et son petit garçon mais c'est rare car il n'est pas souvent là. Par contre, quelques contacts très agréables avec une autre dame avec qui je partage la buanderie.
    Ce que je déplore, c'est que quand je rencontre des gens dans les couloirs et que je dis bonjour, certains ne répondent même pas... à croire que la politesse n'est pas emmenée dans les bagages de vacances de certains.
    Bises alpines très pluvieuses et belles fêtes à vous et à votre famille. A bientôt.

  • J'habite dans un village de 200 habitants, je ne connais pas tout le monde mais ici, les gens vivent beaucoup en famille et sont rarement seuls. Nous n'avons pas de famille et mon voisin n'est pas très agréable. La vie de village est particulière, les gens sont souvent envieux les uns des autres. la meilleure façon de s'en sortir est de ne pas se mêler des affaires des autres. Par contre s'il arrivait quelque chose à mon voisin et qu'il avait besoin de secours, il est évident que j'irais alors que je ne suis pas sûre du tout qu'il en ferait autant à mon égard.

  • J'ai toujours été en contact avec mes voisins, et j'en ai eu beaucoup...Ca me semble un minimum de politesse d'une part et ensuite c'est une assurance de part et d'autre : un petit service peut tomber à pic. Maintenant... il m'est arrivé d'avoir des voisins désagréables (aux USA, mon voisin de gauche et mon voisin de droite étaient des rustres désagréables avec des jardins hideux en plus... :) ) et de limiter au minimum, bonjour, hey, bye:)

    Bonnes fêtes !

  • Nous connaissons nos voisins proches et il y a une entr'aide réelle, nous en avons bénéficié récemment à plusieurs reprises...nous habitons un village, la rencontre est plus facile.
    joyeux Noël !

  • Bonjour et joyeux Noël à toi, tes proches, famille,amis, voisins. Coïncidence... J'ai lu ton billet avant de sortir Djinnie. Qui verrai je ou pas ? Bouquet de rencontres, d'abord nounours le mini chien et la voisine Jacqueline d'en face, bises et ses filles viennent ce soir et demain avec les petits enfants. Puis un voisin plus éloigné nous souhaitant un bon Noël. Et passent la nouvelle voisine voilée et sa fille, sourire aux lèvres, joyeux Noël... Et une voisine très âgée nous souhaitant bonne santé. Son mari fatigué de plus en plus. Circule avec sa bouteille d'oxygène. Nous continuons avec la chienne et 200 m plus loin, Jean Luc un autre voisin de la rue nous dépasse sourire aux lèvres. Après des moments difficiles, licenciement, formation, création puis liquidation de l'entreprise artisanale, a retrouvé un job bien payé. Il n'en revient pas à 55 ans . Nous croisons le jogger du quartier qui nous salue toujours sympathiquement. En plus un rayon de soleil. Rare de voir tous les voisins en si peu de temps. Surtout en hiver où nous restons plus à l'intérieur. Bises

  • Dans la rue où j'habite , nous sommes 7 familles de voisins à être devenues amis , à partager nos "talents" : travaux, jardinage, gardiennage d'animaux, musique, prêts divers . Nous troquons des heures de ceci contre des heures de cela . Nous venons d'abattre notre haie de jardin, nous avons discuté avec les voisins de ce qui leur conviendrait que nous mettions et nous avons partagé les frais . Et bien sûr en cas de pépin nous sommes solidaires , on peut toujours sonner chez les uns ou les autres
    Bon Noël à vous !

  • Oui, je les connais tous à part un jeune qui vient juste d'emménager ! je connais leurs enfants, certains petits enfants et nous savons que nous pouvons compter les uns sur les autres ! il est vrai que j'habite un petit village et un quartier ancien ! Joyeux noël Marie ! j'espère que tu seras entourée et je t'embrasse.

  • En ville, le turn-over de déménagements est important, ça n'aide pas à maintenir des relations. J'ai une majorité de voisins ou voisines jeunes, pour qui répondre à un bonjour semble déjà un gros effort. Je remarque une détérioration depuis une dizaine d'années ; avant j'entretenais des relations plus courtoises avec mon entourage, qui était plus âgé.

  • Comme l'écrit Aifelle ci-dessus, je suis étonnée du mouvement dans l'immeuble (12 appartements) où nous avons emménagé il y a huit ans. Idem pour les bonjours et les réponses, je salue tout le monde. L'entraide est occasionnelle. Avec la voisine du dessous, on se rend service pour les arrosages en cas d'absence. Un jeune couple s'occupe aussi du chat quand nous partons et nous faisons de même pour eux.
    Que font-ils pour Noël ? Nous ne le savons pas, eux non plus pour nous, ce n'est pas de l'indifférence mais plutôt de la discrétion. Il y a des solitudes subies et d'autres choisies. On peut aussi se sentir seul au milieu des autres. Et dans nos pensées, à Noël, que de personnes chères !

  • J'habite une petite ville dont les plus anciens ont connu mon grand père..; Da,ns ma rue (ou ailleurs) j'essaie de saluer les gens (même inconnus), sinon j'avoue ne pas trop fréquenter assidûment mes voisins, on préfère les parlottes sur le trottoir! Pour les services 'nourrir les chat', là il y a des échanges... ^_^

  • Sur la région parisienne, tout le monde court dans tous les sens. Pas le temps de s'arrêter pour dire deux mots à son voisin. Mais certains sont sympas. Quelques mots, Quelques services; J'aime bien la petite dame qui promène son chien. C'était un chien battu qu'elle a pu arracher à ses maîtres !!

  • Dans notre quartier, nous essayons de garder le contact avec tout le monde ...
    Nous venons d'inviter deux couples qui viennent d'emménager ....et leur avons dit de ne pas hésiter si besoin d'aide ...
    Certains restent dans leurs maisons sans vouloir trop de contacts, d'autres adorent discuter ... Chacun vit à son rythme, mais sait qu'il peut compter sur le quartier !
    Belle soirée à toi et toute ta famille, invités et/pu ... voisins !

  • Là où je vis, la ville est grande, mais le quartier est tout petit.
    A part l'immeuble où il y a beaucoup de passage (locations étudiantes) nous nous connaissons tous.
    C'est important, je crois.
    Merci pour cette belle réflexion.
    Très Joyeux Noël à vous.

  • L'immeuble est grand et nous ne connaissons pas tout le monde. Mais des anciens se reconnaissent se saluent et échangent des nouvelles, du temps, du syndic, des petits problèmes de fonctionnement. L'on glisse même des cartes de vœux dans les boîtes aux lettres ou sous les portes.
    Dans l'ascenseur, à tout le monde : «belles fêtes!», «bon réveillons!» et en aparté – tu savais qu'il/elle habitait ici, celui/celle-là ?

  • bonjour Marie

    oui je connais nos voisins mais une mauvaise expérience a fait que nous ne nous adressons plus la parole....quand ils finissent par en profiter faut mettre le halte là

    pour toi et tes proches bonnes fêtes Marie ☺

  • Je connais la plupart de mes voisins, et pour autant que je sache, aucun n'était seul hier soir.
    Joyeux Noël ! Belle journée

  • Bonjour Bonheur du jour, dans mon immeuble, on a tous emménagé en même temps (c'était un immeuble neuf) et j'ai constaté qu'il y a eu tout de suite des affinités entre voisins. Je me suis sentie tout de suite exclue mais c'est certainement ma nature solitaire. A part ça, faisant partie du conseil syndical, j'ai de bons rapports avec mes voisins même si cela reste de loin. J'en profite pour te souhaiter un joyeux Noël et une bonne fête de fin d'année.

  • Nous connaissons nos voisins, malheureusement je doute que nous puissions compter sur eux. Ils sont enfermé dans leur petite bulle et c'est tout.
    Quand nous sommes arrivés dans cette petite rue de 50m. de long, nous avons organisés un cocktail et invité nos voisins, rien a faire.
    Nous les invitons aux vernissages mais ils ne viennent jamais et j'ai compris pourquoi:. Chacun à leur tour se sont justifiés en disant qu'ils avaient tant de tableaux et plus de place. alors ils évitent nos vernissages. J'ai expliqué qu'un vernissage c'était aussi partager le verre de l'amitié et puis d'être entouré du fait qu'on est toujours un peu stressé et puis que tout le monde n'achetait pas mais qu'on était heureux de recevoir du monde.
    Un jour , un espoir, la voisine de gauche me demande si ça m’intéresse de voir les transformations qu'ils ont fait dans la maison.
    Elle m'a tout montré, tout chiffré, c'était des travaux énormes , je l'ai félicité en me gardant bien de laisser échapper une quelconque petite critique. Elle ne m'a même pas offert un verre d'eau. Son invitation n'était pas innocente.
    Finalement on fait comme eux, on les ignores tous, plus d'invitations juste un petit salut de la tête.
    Là où nous avons eu une vie merveilleuse avec nos voisins c'est rue du Laveu à Liège, Edmée doit connaitre ce quartier :)
    Belle semaine :)

  • j'ai la chance de connaitre mon voisin ou plutôt d'ailleurs ma voisine, nous avons des relations très pratiques et surtout basées sur la confiance et la gentillesse
    j'ai eu il y a quelques mois l'occasion de tester cela et c'est très réconfortant de trouver un environnement amical dans son voisinage

  • Je vis dans un lotissement qui s'est construit en 1981. Nous sommes 7 familles et nous nous entraidons l'une l'autre. Depuis une dizaine d'années, mon voisin d'en haut organise 2 fois par an la fête des voisins où sont aussi invités deux couples qui habitent derrière nos maisons ainsi que des amis de nos voisins n° 4 (je suis le n° 2). L'ambiance est familiale alors que nous sommes tous à l'origine nés dans des régions différentes et même de pays différents (pieds noirs). Que demander de plus ? Bon après midi.

Écrire un commentaire

Optionnel