Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Giono pour toujours.

Alors qu’on marche dans la forêt, un nuage passe devant le soleil. Cette ombre rend plus dense le vert des feuillages et le fait devenir d’un bronze presque gris et les jaunes et rouges des feuillus sont alors comme cette majestueuse teinte qu’est la Terre de Sienne. On s’arrête alors car on ne peut pas passer comme ça, en ignorant ce mouvement de la lumière, cette beauté qui se propose là. Puis le nuage poursuit son chemin. Alors, le soleil revient. Tout est à la fois plus clair et plus précis. C’était beau. On fait comme le nuage : on repart car il y a toujours une route à poursuivre.
En rentrant à la maison, on écoute une belle émission sur France Musiques consacrée à Giono et la musique. Puis on regarde une belle émission de télévision sur cet écrivain sublime, Giono une âme forte. On note quelques-uns des mots de cet homme libre : « Le bonheur s’atteint et se procure par des choses gratuites. (…) Goûter le plaisir de voir passer une averse, un vent, une fleur qu’on aurait respirée, tout ça fait partie du bonheur… »
Giono, c’est pour toujours.

Commentaires

  • Pas de samedi sans soleil disait ma grand-mère :
    aujourdhui, grâce à vous Marie, il aura les traits de Giono,
    le quêteur de paix !

    Sa fille Sylvie que j'ai eu le bonheur de rencontrer à Manosque
    avouait que son père était le plus souvent présent physiquement
    mais absent mentalement : toujours à la recherche de la sérénité,
    de la joie profonde, derrière les réalités du quotidien !

    En ces temps bouleversants, je repense souvent à son Hussard
    qui s'interrogeait : est-ce le choléra qui tue ou la peur ?
    Pour Jean Giono, l'harmonie issue de l'unité avec le monde
    n'apparaît jamais aussi clairement qu'aux heures sombres...
    Votre promenade en sous-bois en est une illustration magnifique !

  • J'en ai beaucoup, je l'ai étudié en fac (la trilogie panique) Colline, un de Baumugnes...) et tu me donnes envie d'en relire. Un de mes fils en a emporté lors de sa dernière absence de 4 mois. Pour ne pas oublier les arbres de France....

  • Jolie balade dans la forêt haute en couleurs.... J'adore Giono et la citation est magnifique!
    Belle journée

  • comme vous vous en doutez j'applaudis des deux mains mais pour dire toute mon admiration il m'en faudrait bien au moins une troisième

  • C'est cela le talent : dire simplement et avec justesse ce que tout le monde ressent sans pouvoir (oser ?) l'exprimer.
    Merci pour le lien.

  • Votre texte est de toute beauté sur la balade en forêt. Je me représente ce beau tableau des couleurs et de la lumière. Merci Bonheur du jour pour ces magnifiques mots et pour la citation de Giono.
    Bonne journée

  • Les vraies richesses..... Bien sûr que je souscris à Giono pour toujours... Et quelle voix de conteur ! Irrésistible. Belle journée à toi.

  • Pour toujours, comme un ami, un vrai, qu'on connaît depuis longtemps et avec qui on partage tant de choses....

  • Giono, j'aime beaucoup aussi. Cette phrase est un joli résumé de la vie, ou de la manière dont on devrait l'aborder

  • Oserais-je écrire que ton texte est lumineux? C'est ça, oui, Le mouvement de la lumière entre les arbres, sur les feuilles est magique.
    Merci Marie, j'applaudis moi aussi

  • Merci Marie pour ce bain de forêt entre ombre et lumière. Merci aussi pour cette phrase de Giono " le bonheur s’atteint et se procure par des choses gratuites ..." !
    Je te souhaite un bon dimanche et t'embrasse. Claudie.

  • J'ai regardé ce beau documentaire en replay car il était diffusé trop tardivement pour moi .
    Des écrits de Giono je retiens surtout l'essai sur Noé : ...." il n'y avait pas de bateau...il y avait le coeur de Noé... « Fais entrer dans ton coeur toute chair de ce qui est au monde, pour le conserver en vie avec toi...et j'établirai mon Alliance avec toi.» .

  • Giono et toi à l'unisson, merci pour cette promenade lumineuse. J'ai emprunté "Giono furioso" à la bibliothèque.

  • Très jeune j'ai lu Giono, Que ma joie demeure... et je l'ai aimé profondément, alors, de mon Aquitaine natale j'ai commencé à apprendre la Provence profonde, tout cela m'a accompagné lorsque je l'ai découverte vraiment, émerveillée, sans parler de Henri Bosco moins connu il me semble et que j'aime tant !

  • Le 8 octobre au soir, j'ai dormi en haut de la montagne de Lure, un coucher de soleil somptueux, une nuit divinement étoilée et un lever de soleil exceptionnel, j'ai remercié Giono ! Belle journée Marie, à bientôt. brigitte

  • Bonjour,
    J'aime à vous lire, au fil des jours....
    J'ose écrire un premier commentaire, simplement déjà pour vous dire merci ! oui,merci des rendez vous réguliers que vous nous offrez. Chaque lecture de vos petits mots suscitent des images, émotions et pensées. Merci.
    Et puis, voila un moment aussi que vous me donnez envie d'ouvrir un livre de Jean Giono.... mais... dans son oeuvre... par lequel pourrais-je débuter ?

Écrire un commentaire

Optionnel