Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Le bon côté des choses.


Certains jours semblent confirmer le lot de difficultés auquel tout à chacun est confronté dans ce monde et dont parfois on a bien du mal à voir comment on pourrait les régler ou du moins les améliorer. On apprend un décès, on apprend que quelqu’un dont on est très proche est gravement, très gravement malade, il y a la guerre dans de nombreux pays, toujours ces millions de réfugiés quasiment abandonnés, le réchauffement climatique et les disparitions d’oiseaux, de paysages et d’animaux qu’il entraîne, la misère qui s’accroît, la richesse insolente qui s’accroit encore plus vite, la solitude des uns et des autres, la souffrance des corps et des âmes, et puis il y a des jeunes qu’on connaît bien et qui ne trouvent pas de travail, d’autres qui perdent le leur ; et cette épidémie de Covid-19, ces gens malades dont on montre les corps, même floutés mais quand même, dans des services de réanimation, ces morts par centaines, par milliers, par dizaines de milliers, par centaines de milliers, plus d’un million ; et ce même jour où on pense à tout ça, en plus il ne fait pas beau, en plus on doit faire salle d’attente, en plus on doit remplir ce fichu papier pour être autorisé à sortir, d’ailleurs, on ne trouve plus l’exemplaire qu’on a mis de côté pour le remplir, ah, ça y est, le voilà, et en sortant de la cour, un camion s’est mal garé et on ne peut pas passer, ah, enfin, on peut y aller ; et sur la route il y a des travaux, et maintenant il fait froid…
On arrive là où il faut attendre son tour et plutôt que de rester dans une pièce fermée, il y a du retard, en plus, ah, mais vraiment quelle journée, mais on voit tout à coup les nuages se disperser et le soleil revenir, donc on s’installe sur un petit muret et on sort le livre du sac.

« J’aime les livres. J’aime leur monde. J’aime être dans la nuée que chacun d’eux forme, qui s’élève, qui s’étire. J’aime en poursuivre la lecture. J’éprouve de l’excitation à en retrouver le poids léger et le volume dans l’intérieur de la paume. J’aime vieillir dans leur silence, dans la longue phrase qui passe sous les yeux. C’est une rive bouleversante, à l’écart du monde, qui donne sur le monde, mais qui n’y intervient en aucune façon. » (1)

Alors là, on sait qu'on va lire un livre qui parle de livres, ces grands consolateurs, ces grands amis fidèles qui tiennent toujours le coup. La vie a du bon, quand même, puisqu’il y a les livres.


(1) Pascal Quignard : L’Homme aux trois lettres, Grasset, 2020.


Commentaires

  • c'est une période vraiment pas évidente en ce moment.. c'est vrai :(
    heureusement qu'il y a les livres oui... moi aussi je m'évade un peu ... grâce à eux...

  • Il faut toujours avoir un livre avec soi! Ce titre de quignard : j'ai de plus en plus envie!

  • Oui. C'est vraiment tout à fait ça ... on navigue à vue et à travers les écueils. Bon an mal an... avec les livres, les films, les échanges....

  • Nous avons notre lot de mauvaises nouvelles, la disparition d'un être cher, c'est très difficile à vivre, et le chagrin nous rattrape toujours, face à une image, une phrase, une musique...
    Mes yeux ne me permettent pas de lire longtemps mais les livres sont importants, en effet

  • "Un seul rayon de soleil suffit à dissiper des millions d'ombres" François d'Assise
    Amicales pensées Bonheur du Jour
    Bon week-end

  • Stop aux infos.. négatives
    Voici un témoignage positif :
    Mon père de 88 ans hospitalisé a attrapé la Covid sur place. Trois semaines à l isolement, sans visites, alors qu' on venait tous les jours avant. Ma mère testée et négative. Le soutenir à bout de bras par coups de fils et courrier. Coups de fil stressants qui nous aneantissaient. Mais on n a pas perdu espoir et on a continué ce fil si important du lien familial. Bref il va sortir...
    Voici notre expérience des événements actuels.
    Ce qui ne tue pas rend plus fort

  • Je déteste cette phrase de Nietzsche. Plus le temps passe et plus elle m’insupporte.. En revanche je crois en la puissance des liens familiaux et dans l’apaisement, la joie, la douceur, des livres

  • Oui une période vraiment difficile, mais il faut rester optimiste, on va forcément arriver au bout du tunnel, lentement mais sûrement..Et les livres une bouffée d'oxygène, bon pour moi ce sont des livres de cuisine mais tu sais pourquoi...Le bonheur est aussi dans mes assiettes, pour faire plaisir à ma famille...
    Bisous
    Bon week end

  • Le dernier livre lu de P.Quignard: Les larmes, j'ai adoré cette belle étrangeté.................Les livres peuvent nous soutenir et effacer, ne serait- ce que le temps de leur lecture, les appréhensions. Bon courage à toi!

  • Chez nous, dans la campagne, on se sent épargnés même si, comme tout le monde on fait la queue au magasin. Mais on ne se sent pas prisonnier de son quartier, on a toute la nature pour soi et on en profite, on prend des libertés et on s'égare. Non pas par le livre mais par les nuages qui filent, par la feuille qui virevolte avant d'atterrir au sol, par le petit veau qui vient de naître et qui tète sa mère... A chacun son mode d'évasion.

  • Il y a des jours où l'on se sent accablée par cette accumulation de malheurs en tous genres et c'est vrai que c'est une grande chance d'aimer les livres, c'est une source qui est toujours à portée de main et qui finit par réconforter. Bonne fin de semaine.

  • Un bémol au livre de Quignard : les 16 premières pages sur la lecture sont merveilleuses en effet, ensuite çà devient indigeste , sinistre et jargonnant , dommage ...pas étonnant que l'auteur ait fait plusieurs dépressions , mais comment gèrer un tel tempérament , je le plains .

  • Les livres apportent cette évasion si nécessaire en ces temps perturbés. Ne nous en privons pas !

  • Belle citation de Quignard, que j'aime beaucoup.... Ouiiiii, les livres réconfortent,et aident à vivre ... Surtout respectons les et aimons les ! Belle journée à toi.

  • Certains jours sont tristes. Tout ce que tu écris est réel. Le grand commerce est en pleurs... Ce n'est pas une solution pour vivre en paix.
    La lecture est tant nécessaire pour la joie, la paix, la connaissance des autres, ici et ailleurs.
    Bises et bon dimanche. Peut être serons-nous paroissiennes de la même messe.

  • c'est Montaigne qui m'aide à passer "le cap", avec Les essais j'y trouve tant de sagesse, je n'en suis qu'à 200 pages lues sur les 1200 mais déjà j'en ressens les bienfaits et me mesttrez à vocabler en françois si ce n'estoit plus du jour d'hui !
    amitié solidaire .

  • un grand consolateur et comme vous j'aime bien le relire en ce moment

  • La lecture permet de nous évader lorsque les jours sont trop pénibles.
    Avec toute mon amitié Bonheur du jour.

  • Une question revient quotidiennement dans mon esprit : qu'aurai-je appris à l'issue de ce que nous vivons tous ensemble, mais aussi et surtout individuellement ? J'espère en sortir grandie...
    Je t'embrasse, chère Marie, et te souhaite un paisible dimanche.

  • Il y a des jours, des moments, des heures comme ça, oui. Ce qui me désole le plus c'est de ne pouvoir quasi rien faire pour aider, sauf quelques personnes autour de moi.
    Comme l'écrit Chêne vert à la campagne on note peu de différence, les plantes poussent, les nuages passent, les oiseaux chantent. Nous avons tant de chance depuis des mois.
    Moi je lis beaucoup de poèmes, plus que de romans en ce moment.
    Je te souhaite une meilleure journée Marie.

  • c'est parfois pas facile de garder le moral et c'est vrai qu'on trouve du réconfort aussi dans les livres.

  • Oui, chère Marie, nous connaissons ces jours d'ennuis...
    qui volent en escadrille comme disait Jacques Chirac !

    Certains appellent cet enchaînement la loi de Murphy,
    autrement dit la possibilité que tout ce qui peut arriver de mauvais...
    arrivera en cascade !
    Consolons-nous en nous référant au grand Shakespeare
    qui avait déjà pressenti ce que vous décrivez si bien :
    "les malheurs ne viennent pas en éclaireurs solitaires
    mais en bataillons" -Hamlet- !

    Avec toutes mes pensées les plus bienveillantes !

  • j'aime énormément cette citation que je ne connaissais pas merci

  • Il est magnifique, ce texte de Pascal Quignard. Oui, il y a des jours où tout est difficile, mais c'est pour que nous sachions trouver ce qui en nous résiste et n'est jamais abattu ; ce qui se rit de toutes ces peurs et de toutes ces douleurs, ce qui demeure ; et la lecture de livres est en effet l'assurance d'un ami toujours présent, qui ne vous lâchera jamais... à condition qu'on ait le "bon" sur soi.

  • Comme je vous comprends! Moi aussi je me réfugie souvent dans la lecture ,
    Que cette soirée soit douce!

  • Les livres consolent de presque tout, permettent de nous recentrer.
    Mais pour que la lecture soit possible, il ne faut pas que la douleur soit trop forte....
    J'espère Marie que ton dimanche se déroulera tout en douceur....

  • Quignard écrit aussi dans le même livre : "Sauter l'heure du repas, oublier le rendez-vous, ne plus savoir si c'est le jour ou la nuit, sont des événements plus importants qu'avoir un avenir."
    Je suis content de vous retrouver auprès de ce livre, et surtout de lire votre élan : "La vie a du bon, quand même, puisqu’il y a les livres."

  • vous vous doutez que j'aime cette citation
    En ce moment je suis comme Colo plus tournée vers la poésie et la philo que vers les romans qui me semblent perdre tout intérêt
    il est bon de partager nos doutes, nos peines car le plus difficile ce mois c'est la solitude absolue lorsque l'on est éloigné des siens

  • OUI, il est bon de s'évader. Laisser notre esprit vagabonder et oublier pour retrouver l'équilibre et nous permettre de continuer notre chemin.

  • Lorsque l'on regarde autour de soi et dans l'actualité les souffrances des hommes ,des animaux et de la terre , il est difficile de ne pas se sentir anéanti et impuissant. Puis faisant la part entre ce qui est dans notre pouvoir et ce qui ne l'est pas, on reprend son sac et l'on envoie , ici un petit chèque de soutien, là on propose de l'aide, de la compagnie, on signe une pétition, on prie si l'on est croyant,on participe à une action collective.....et l'on retrouve une place agissante dans le monde, même si elle est modeste. Non je ne sauverai pas le monde à moi toute seule , mais je peux rester vigilante, à l'écoute, agir en conscience, contribuer à un temps de bien être pour un proche.... Dans cette optique, lire me permet de m'informer, de refléchir, de me situer, m'aide à clarifier mes objectifs, à faire du tri, à prendre du recul, à apprendre et bien sûr à me ressourcer....

  • La vie est belle, et elle est épouvantable. La menace plane toujours sur le bonheur, tous les bonheurs, du plus petit au plus grand, l'injustice et la cruauté sont partout, à commencer par la nature. Camus m'accompagne, que je lis et relis sans lassitude :"Oui, il y a la beauté et il y a les humiliés. Quelles que soient les difficultés de l'entreprise, je voudrais n'être jamais infidèle, ni à l'une ni aux autres."
    Amicales pensées.

  • Les livres sont un réconfort, un voyage immobile, tout ce dont nous avons un énorme besoin...
    Merci pour ce partage.

Écrire un commentaire

Optionnel