Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Oydsseus/Ulysse. 4. Vouloir devenir quelqu’un d’autre.

L’Odyssée s’organise en vingt-quatre chants.
Au moment où le récit commence, Odysseus/Ulysse est parti de chez lui depuis vingt ans : pendant dix ans, il a fait la guerre à Troie et depuis dix ans il tente de rentrer chez lui. L’Odyssée, c’est l’histoire de son retour. C’est aussi celle de la confrontation d’un homme à des tas de problèmes. Il a beau être un roi, il a beau être fort, il a beau être rusé, il a beau avoir le soutien d’Athéna, qui est quand même la fille de Zeus, tout se ligue contre lui. Parti vainqueur de Troie, à la tête d’une flotte et d’un énorme butin, il se retrouve tout seul et nu comme un ver… D’accord, Poséïdon, le dieu des mers, l’a dans le nez : dès qu’il le voit sur un bateau, vlan ! il déclenche une tempête et le bateau coule.
Alors, comment se fait-il qu’il donne ainsi l’impression d’être harcelé par des difficultés de toute sorte ? Sans doute parce qu’il est un homme et comme tout homme, il doit faire face non seulement aux plaisirs de la vie mais aussi à sa rudesse. Pendant les dix ans de la guerre de Troie, il fut le grand Odysseus/Ulysse : imbattable. Pendant les dix ans de son retour, il est un homme en proie à toutes sortes de difficultés.
Dès le chant I, Homère nous met dans la confidence : Odysseus/Ulysse est vivant. Athéna qui l’aime beaucoup (il est un peu son protégé) insiste auprès de son père Zeus pour qu’il puisse rentrer chez lui. Il est bloqué depuis sept ans chez Calypso, un lieu qui est très loin, quasiment nulle part, au point qu’Hermès, envoyé par Zeus là-bas pour transmettre son ordre à Calypso, râle pour y aller car c’est bien compliqué... Chez Calypso, Ulysse se demande comment il va s’en sortir et il pleure beaucoup. Il profite quand même de la situation avec Calypso, mais la plupart du temps, il gémit et il pleure – ce qui n’a rien d’une attitude héroïque. Il s’est dépatouillé de plusieurs situations compliquées mais là, il ne voit pas d’issue. On l’imagine bien, hein, assis, les mains sur les genoux, les épaules tombantes : « Comment je vais faire pour m’en sortir ? »
Pendant ce temps, à Ithaque, on ne sait pas ce qu’il en est de lui. On attend. Depuis vingt ans, on attend. On tue le temps : Pénélope, les prétendants qui voudraient bien l’épouser, et Télémaque, le fils d’Ulysse. Le premier à bouger, c’est justement Télémaque. Il montre son impatience car il commence à en avoir assez qu’on lui parle constamment de ce père formidablement héroïque qu’il n’a quasiment jamais vu. Il veut en avoir le cœur net : soit son père est mort soit il ne l’est pas ; par extension : soit il peut prendre sa place, être un homme, devenir le roi à son tour ; soit aider son père à rentrer pour qu’il redevienne le roi et être considéré comme un bon fils, soumis et obéissant. Mais quoiqu’il en soit, il veut faire quelque chose… Pénélope, l’épouse, continue à se lamenter et à éviter tous ceux qui voudraient bien, en l’épousant, prendre la place d’Ulysse.
Et puis, il y a les prétendants. C’est très intéressant, cette histoire des prétendants qui tournent autour de Pénélope depuis des années. On peut comprendre que la situation est compliquée pour elle et son fils. Mais eux ? Cela fait des années qu’ils attendent de pouvoir épouser Pénélope… Attendre, attendre, attendre… Quand on attend, on ne fait rien d’autre et, de fait, ils ont eux aussi mis leurs propres vies entre parenthèses : ils ne s’occupent plus de leurs maisons, ils dédaignent leurs familles, ils ne construisent plus rien car ils passent leur temps à boire et à manger en attendant que Pénélope se décide. Ils attendent. Encore et encore. Ils occupent le terrain. Ils font du bruit. Ils insistent. Ils s’accrochent. Ils espèrent qu’elle va se lasser la première. Tout le monde en connait des gens comme ça qui sont tellement casse-pieds qu’on finit par céder.
Mais il y a autre chose. L’enjeu est de taille pour les prétendants : ils sont persuadés qu’ils peuvent devenir Ulysse. En épousant sa femme, ils auront aussi sa maison, ses richesses, mais plus encore : sa force et toutes ses qualités. Ils deviendront des héros. Ils ne seront plus Antinoos, Eurymaque, Léocrite mais Celui qui a épousé la femme d’Odysseus/Ulysse, celui qui est devenu roi à la place d’Odysseus/Ulysse, etc. Ils n’imaginent pas un instant qu’Odysseus/Ulysse en bave et pleure. Voilà ce à quoi ils prétendent : ils veulent devenir quelqu’un, certes, mais quelqu’un d’autre. Ils ne pensent pas qu’ils pourraient se construire une vie rien qu’à eux, une vie qui leur ressemblerait, qui leur appartiendrait… Non, non, cela ne les intéresse pas : ils veulent ce qu’a Ulysse. Et en plus, ils sont loin d’être courageux ! Ils profitent de la situation : Pénélope seule, Télémaque tout jeune, Ulysse absent, disparu, mort peut-être… Ils n’auraient jamais pu s’installer comme ça dans la maison d’Ulysse s’il avait été là, même si les lois de l’hospitalité étaient primordiales chez les Grecs.
Oui, vraiment intéressant de réfléchir sur ces prétendants envieux et stériles, profiteurs et violents, qui espèrent la vie d’un autre : ils veulent prendre sa place et ils sont prêts à tout pour cela. Ils iront même jusqu’à envisager de tuer Télémaque parti chercher des nouvelles de son père :

« ah ! mais c’est qu’il commence à devenir une vraie calamité, celui-là »
(L’Odyssée, trad. E. Lascoux, chant IV, ligne 667,)

« il menace d’être un fléau ! »
(L’Odyssée, trad. P. Jaccottet, chant IV, ligne 667,)

« il nous réserve des calamités »
(L’Odyssée, trad. Leconte de l’Isle, raphsodie IV, , p. 76)

« il va nous en venir du mal, et sans tarder »
(L’Odyssée, trad. V. Bérard, chant IV, l. 668)


Quel aveuglement, n’est-ce pas, chez ces Prétendants, ce groupe d’égoïstes persuadés d’avoir raison ! La seule chose qui compte pour eux, c’est eux et cette image qu’ils ont de la réussite.


Commentaires

  • Quel enchantement d'entamer la journée avec Homère
    vu par Marie ! Il faut croire que les bords du lac italien
    sont propices à l'inspiration ...

    Votre récit me fait penser à la série que Sylvain Tesson
    avait consacrée à l'Odyssée l'été dernier, même verve,
    même plaisir de régaler comme disaient nos grands-mères !

    Revenons à ces satanés prétendants, ces raseurs dont l'unique
    objet est de jouer aux coucous : sous tous les cieux,
    ils consacrent leur existence à gâcher celle des autres,
    le mensonge aux lèvres et la suffisance en bandoulière !
    Pas de noms contemporains...la liste est trop longue !

    Avec toute mon amitié malicieuse, chère Marie !

  • Merci pour cette "association" à Sylvain Tesson qui me touche beaucoup. Je n'ai pas encore lu son livre Un été avec Homère mais j'avais vu les émissions qui lui avaient été consacrées sur Arte (ou France 5, je ne sais plus).
    Je poursuis ma lecture de l'Odyssée et je publierai encore quelques textes.
    Bonne journée.

  • J'aimerais tant m'asseoir à côté de toi sur un rocher devant la mer et t'écouter me raconter L'odyssée, tu es une conteuse hors-pair, un régal de lecture, merci.

  • Merci de venir les lire ici. Avez-vous commencé votre lecture de l'Iliade ? En ce qui me concerne, je le ferai certainement l'été prochain.
    Bonne journée.

  • Merci pour cette proposition ! Mais au fur et à mesure de ma lecture de la traduction d'Emmanuel Lascoux, je peux vous dire que la voilà, l'Odyssée dans la langue de tous les jours !
    Bonne journée.

  • Avec plaisir. D'autres impressions de lecture sont à venir.
    Bonne journée.

  • Une jolie façon de partager votre lecture, j'adore !
    Bises et douce journée.

  • Merci ! A bientôt pour d'autres impressions de lecture sur l'Odyssée.
    Bonne journée.

  • Ne pas attendre de vivre "sa" vie, que c'est juste.
    Ton commentaire sur l'Odyssée m'emballe. Grâce à toi, je ne finirai pas l'année sans avoir acheté une nouvelle traduction - par Lascoux ou par Jaccottet. Merci, Marie.

  • La traduction d'Emmanuel Lascoux me plait vraiment, de plus en plus. Je la trouve juste et très accessible. Elle est vraiment en langage parlé et cela rend le texte encore plus actuel.
    Bonne journée.

  • Oui, toujours. Nous avons la même philosophie de vie, je crois bien.

  • Les prétendants représentent l'obstacle. Y aurait -il eu une Odyssée sans aventure qu'elle ne serait rien. Que dire de la fidélité de Pénélope si elle n'est pas mise à l'épreuve?
    Marie, tout cela est passionnant ; c'est une œuvre géante!

  • Merci pour ton enthousiasme. Ce groupe de prétendants a une grande importance dans l'histoire, je m'en rends compte pendant cette nouvelle lecture. Le personnage de Pénélope est aussi très attachant et j'y reviendrai dans une prochaine impression de lecture.
    Bonne journée.

  • C'est instantané j'ai aussitôt envie d'ouvrir l'Odyssée mais aussi le livre de Citati qui dit si bien les tenants et aboutissants de ces péripéties, de ces personnages
    Bel été à vous en belle compagnie

  • Oui, ces prétendants sont vraiment lamentables et tu en parles très bien. La situation est parfaitement décrite, et l'Odyssée montre là son visage très humain.

  • L'Odyssée est un récit qui parle encore aujourd'hui, à travers tous les personnages, que ce soit dans la sphère familiale ou professionnelle, ou encore dans l'actualité, des "prétendants" sont très repérables !
    Bonne journée.

  • Ah la la comme tu en parles bien. Et bonne idée de s'intéresser aux prétendants et à ceux qui attendent. On s'intéresse plus souvent à Ulysse et à ses aventures, et à la fin du livre, on n'en peut plus, on délaisse ces portraits. merci pour ce beau billet.

  • Merci pour ce compliment. L'attitude des prétendants se retrouve encore aujourd'hui, dans divers groupes, hélas.
    Bonne journée.

  • Est-ce que quelqu'un se souvient de ce feuilleton des années 70.... l'Odyssée, avec Irène Papas dans le rôle de Pénélope?

  • Maintenant que vous m'en parlez, oui, je m'en souviens... Mais très vaguement. Il me faudrait faire un tour sur le site de l'INA...
    Bonne journée.

  • Il y a quelque temps, j'avais regardé le dernier épisode, sur les prétendants, justement...

  • L'Odyssée est une aventure éternellement moderne, c'est la VIE ! Merci Marie pour ce beau voyage, nous sommes tous à bord d'un navire, celui du théatre de la vie, nous sommes tous des consciences chargées de faire une expérience, quelle merveille ! Lumineuse journée à toi. brigitte

  • Merci pour ton enthousiasme. Cette relecture estivale de l'Odyssée me montre que, oui, ce texte est d'une totale modernité. Je suis les informations à travers son prisme et c'est très intéressant.
    Bonne journée !

Écrire un commentaire

Optionnel