Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

journal d'une seconde vie - Page 6

  • Moisson.

    Apprendre qu’une amie a commandé trois exemplaires du Journal d’une seconde vie... Oui, trois d’un coup ! Lui dire que cela fait chaud au cœur.
    Remarquer les nouvelles petites feuilles du chèvrefeuille planté juste devant le portillon de la maison.
    Discuter avec une personne solaire.
    Etre aidée pour changer la fermeture éclair d’un jean.
    Ecouter le vent violent, un soir de tempête, tout en étant chez soi, avec les chats. Mesurer sa chance.
    Recopier sur un bout de papier une citation de George Eliot dont on vient de terminer le roman Le moulin sur la Floss : « Il n’est jamais trop tard pour devenir ce qu’on aurait pu être. »
    Recevoir une lettre lilas à midi et prendre plaisir à y répondre tout de suite pour la poster l’après-midi même.
    Se sentir en forme pour inviter des amies un soir, mais vraiment tôt et en partageant les préparatifs du repas qui sera très simple.


  • Petite annonce.

    « La vie est une suite de moments allant du noir profond au blanc pur, en passant par toute une gamme de gris. Dans cette gamme, bien plus de gris qu'il n'y a de notes, du do au si. On va et on vient, on monte et on descend ; et tant qu'on fait cela, on reste en vie. »
    Dans notre monde actuel, vivre c'est bien souvent courir : après le temps, tout d'abord – mais sans jamais avoir la satisfaction de le rattraper ; et après ces obligations de réussite qui nous obligent à être forts et à ne jamais montrer de signes de faiblesse.
    Et, parfois, un événement arrive. Un accident, un deuil, une maladie, une trahison. Tout s'effondre. On perd beaucoup. Tout peut-être. On n'a plus de repères. Progressivement seulement, on apprendra à reconnaître çà et là des pistes pour se trouver enfin. On doit choisir. Arrive alors une période de délestage et d'allègement : on se débarrasse du superflu et de l'accessoire.
    Face à ce rien qu'il faut apprivoiser, on peut rester à terre ou se relever. Faire connaissance avec les possibilités d'une seconde vie et ne plus vivre à la superficie de soi-même. C'est ce que l'auteur veut partager dans ce texte, en montrant quelles sont les pistes inédites qu'elle tente de suivre pour converger vers son centre. Le chemin est long mais plein d'espoir

    Une petite annonce pour informer ceux qui souhaitaient retrouver sous format papier des textes du blog : Journal d'une seconde vie, couvrant la période allant de septembre 2017 à septembre 2018 (avec un petit plus), vient de paraître.

    Marie Gillet : Journal d'une seconde vie, Ed. Publibook, ISBN: 9782342165326