Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mozart - Page 5

  • Bonheur du Jour

    Maintenant, on s’arrête à l’embarcadère de Tamaris, car il est désormais inutile d’aller jusqu’au bout de la route, de tourner à droite puis à gauche puis encore à droite, pour arriver quelque part.
    Là, on est au milieu de ce qui fut le chemin qu’on prenait quotidiennement. Il y a un petit quai. On va jusqu’au bout. On reste là. On regarde.
    C’est immense, tout devant. Impossible d’enlacer ce paysage. On n’enlace plus, d’ailleurs. Impossible de prendre dans les mains un nuage ou un filet de vent ; même l’eau coule entre les doigts. On a les mains vides, d’ailleurs. On est simplement posée ; seulement posée. Les bras ballants. Peut-être même voudrait-on cesser de respirer. On le fait, d’ailleurs.
    Puis, trois oiseaux passent dans le ciel, se pourchassant en piaillant comme le feraient des enfants dans une cour d’école.
    Puis, l’eau clapote contre les rochers et offre son chant délicieux.
    Puis, tendant les bras comme on le ferait dans un lieu obscur pour se guider, on rencontre Mozart et on se chante dans la tête l’Adagio du concerto n°23.
    On est vivant pour écouter Mozart. Il nous permet le flot des larmes tout autant que le torrent des rires. Mais il nous rappelle surtout qu’il ne faut pas être la proie du désespoir.


  • La musique de la semaine.

    Reprendre la route et avoir envie d’écouter de la musique.
    Lundi : pour le souvenir, J’attendrai par Rina Ketty, Les roses blanches par Berthe Sylva et l’Hirondelle du faubourg par Georgette Plana.
    Mardi : pour se ressourcer, Mozart, l’air de Chérubin par Frederica Von Stade (Ma vie avec Mozart, d’Eric Emmanuel Schmitt)
    Mercredi : pour la respiration, Mozart toujours, Et incarnatus es, par Maria Stader et le Concerto pour clarinette en la majeur (Ma vie avec Mozart, encore).
    Jeudi : pour reprendre des forces, Beethoven, le 4ème concerto, par Maurizio Pollini
    Vendredi : pour chanter, Joe Dassin.