Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

relire d'anciens bonheurs du jour - Page 6

  • Relire d’anciens Bonheurs du jour : L’eau vive.


    20 avril 2011. L’eau vive.

    S’arrêter, alors qu’on marche depuis un bon moment.
    Entendre l’eau alerte qui se presse vers la vallée.
    Elle est invisible : elle se faufile sous la neige, mais elle est bien audible, rapide, pressée même, voire impatiente, sautillante de cailloux en cailloux, pour aller très vite voir les arbres en fleurs.
    Penser à la chanson de Guy Béart qu’on nous chantait quand on était enfant : Ma petite est comme l’eau / Elle est comme l’eau vive / Elle court comme un ruisseau / Que les enfants poursuivent…..





  • Relire d’anciens Bonheurs du jour. Pluie de fleurs.


    21 mars 2010. Pluie de fleurs.

    Sur le chemin du retour du café, le matin, attirer vers soi une branche de pommier en fleurs qui dépasse d’un jardin. Comment résister à l’envie d’y voir de plus près ? Des mots reviennent, un peu lointains : pistil, étamine, stigmate, pédoncule, sépale…. Mais on est plus proche du souvenir du parfum de la pomme en devenir et du velouté du pétale sur les lèvres.
    En bougeant, la branche et celles qui sont tout près, font pleuvoir tous les pétales qui s’éparpillent en un doux et léger tourbillon.
    Tenter d’en attraper quelques uns au vol, pour les manger tout crus.
    Les autres s’arrêtent sur les épaules où on les laisse, le temps que le balancement des pas les entraîne vers un ailleurs.
    D’autres encore, mais on ne s’en rendra compte qu’après, se sont sagement posés sur le sommet du crâne.