Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

arthur rubinstein

  • Beethoven, Arthur et Arturo.


    Un matin très tôt, alors qu'on allume la radio, on tombe le Concerto n°3 de Beethoven. Si on reconnait tout de suite le concerto, on hésite sur l’interprète. On s’arrête alors sur un parking pour être tout à l’écoute. Ce doit être Rubinstein. Oui, ce doit être lui car on sent que le pianiste n’est pas un exécuteur de notes mais l’interprète d’un souffle. Une fois le morceau fini, on annonce qu’il s’agit d’un extrait de concert de 1945, avec Toscanini au pupitre et… Rubinstein au piano.
    Quand on reprend la route, on réécoute le morceau dans la version de Clara Haskil. On a le temps pour Emil Gilels. On réécoutera Rubinstein ce soir.

  • La musique de la semaine.

    Lundi, Villa-Lobos, les Bachianas Brasileiras.
    Mardi, Bach, Concerto brandebourgeois n°4.
    Mercredi, Bach, Concerto brandebourgeois n°3.
    Jeudi, Bach, Concerto brandebourgeois n°5.
    Vendredi, un long moment dans les embouteillages, Beethoven, le rondo final du 4ème concerto pour piano et orchestre, interprété par Krystian Zimerman, grâce à Alain Duault ; puis, dans le fatras des cd, le même morceau interprété par Emils Gilels, puis le même par Clara Haskil, puis le même par Arthur Rubinstein.