Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

belles-de-nuit

  • Des nouvelles de l’ipomée.

    L’ipomée va bien : elle pousse et, chaque jour, elle offre deux, ou trois, voire quatre fleurs. On la discipline en fixant les fines tiges souples mais, la têtue, elle tente quotidiennement de passer derrière la canisse, ce qui n’est pas prévu. On s’est rendu compte qu’une ipomée demande beaucoup d’eau. Ainsi, chaque jour on va y mettre l’eau de la salade qu’on nettoie.
    On a décidé de planter sa jumelle en face pour qu’elle se sente moins seule et parce que ces fleurs bleues, vraiment, c'est très joli. On leur adjoindra les roses trémières et les belles-de-nuit.
    On en viendrait même à espérer être déjà le 25 novembre…


  • Belles-de-nuit éternelles.

    Il est temps de récolter les belles-de-nuit. Elles proposent toutes, en ce moment, de ces graines noires qu’il est facile d’attraper ; parfois, les graines sont grosses et rondes ; dans d’autres massifs, elles sont plus allongées, légèrement pointues. Dans le nouveau quartier qu’on explore depuis bientôt deux ans, on a déjà repéré les bons coins. Juste à gauche du portail blanc, le long de la barrière du voisin, ce sont les grosses rondes. Un peu plus loin, vers la boulangerie, ce sont les pointues. Mais il y en a partout, surtout des jaunes, d’ailleurs. Pas de rouges ici, ni de blanches. Du moins, on n’en a pas encore vu.
    Quand on en croise sans avoir prévu d’en cueillir, on les met dans la poche. Quand on part pour la cueillette, on sort du sac à dos un pot de confiture vide.
    On en a déjà un plein, posé sur le billot blanc. Il est tout près du petit flacon en verre où restent les graines de celui qui les plantait partout dans son jardin car il aimait, les nuits d’été, y aller respirer leur doux parfum et à chaque fin de saison, il les récoltait aussi et en donnait à qui en voulait. C’est tout ce qui reste. On les plantera aussi dans ce nouvel espace qu’il ne connaîtra jamais et on les mélangera avec les nouvelles. Quand elles auront poussé, rien ne les distinguera les unes des autres. Ce sera bien ainsi.