Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

corniche de tamaris

  • Les amis des crapauds sont aussi des amis.

    Il pleut, et bien tant pis : on sort marcher le long de la Corniche, surtout qu’il y a une course dont on veut soutenir quelques participants. Capuche et chapeau sur la tête, les pieds dans les flaques d’eau, on s’amuse des floc floc floc que font les pas. La course passe dans un sens. On applaudit tout autant les premiers que les derniers, ceux qu’on connait et ceux qu’on ne connait pas. Quand on prend le chemin du retour en admirant tous les gris du paysage, on aperçoit une dame penchée sur quelque chose par terre. Elle semble embarrassée, toute navrée. On s’approche : il s’agit d’un crapaud, égaré sur le trottoir. Il faut le sauver ! Ni une ni deux, on sort un linge du sac à dos, on enveloppe la petite bête tout doucement, et on l’emmène de l’autre côté vers un jardin bien feuillu. Ensuite, on revient s’asseoir sur le muret. On discute avec cette dame dont on est déjà l’amie car on aime aussi sauver les crapauds, les escargots, ou les oiseaux tombés du nid. On se raconte nos sauvetages. Nos promenades. Les préférées. On se dit nos prénoms. On prévoit de se revoir pour une prochaine randonnée. Les coureurs arrivent, des plus fringants aux premiers rangs aux plus épuisés suivis par la voiture-balai : on encourage les gens qu’on connait, et aussi les autres, pas plus anonymes pour nous que le crapaud du jour.

  • Moisson.

    Envoyer quelques fleurs de jasmin à quelqu’un, en espérant que le parfum s’échappera, même fugacement, au moment où le papier qui les enveloppe sera déplié.
    Recevoir en cadeau une jolie pochette cousue main pour qu’on puisse y mettre les médicaments qu’on doit avoir toujours sur soi.
    Ranger l’armoire-penderie afin que tout soit bien aligné quand on l’ouvre.
    Ecouter, le matin, au moment où l’aube accède au jour, le chasse-doutes dont parle si bien Philippe Jaccottet.
    Marcher le long de la Corniche de Tamaris un jour de grand vent en recevant de temps en temps des éclats de vagues.
    Faire une commande de tisanes, de plantes et d’huiles à l’Herboristerie du Père Blaize.
    Recopier la recette du gâteau roulé à la confiture de N.
    Choisir parmi toutes les fleurs chez Rose, au marché de la Seyne sur mer, un bouquet de roses blanches dont on s’aperçoit que certaines rosissent quand elles s’épanouissent.
    Ecrire trois pages.
    Sortir toutes les plantes afin que la pluie les nettoie de la poussière du pollen ou simplement les abreuve, c’est selon.