Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

tricoter des chaussettes

  • Apprendre.

    On peut sortir de la maison un peu plus longuement et donc participer au groupe tricot-couture-patchwork-broderie-thé-gâteau.
    Autour de la table ronde, les ouvrières s’installent et sortent leurs affaires, tout en papotant. On montre les ouvrages terminés ou les encours, c’est selon.
    Le travail du moment, c’est de tricoter des chaussettes. On se place donc près d’une experte qui ne porte, à l’année, que les chaussettes qu’elle se tricote elle-même. On a déjà monté la tige, mais on bute sur le talon. Elle explique, montre, guide et on comprend ainsi beaucoup plus vite. En même temps, à droite, une autre participante tricote un gilet rayé mais ne sait pas comment alterner les fils de couleurs sans les couper ou les laisser dépasser car elle n’avait jamais tricoté que de l’uni. On pose son travail, on se penche vers le sien, on lui montre, on lui explique, on la guide jusqu’à ce qu’elle comprenne bien.
    On revient à son propre travail. On s’applique, mais il faut parfois défaire, refaire alors.
    Ce n’est pas grave.


  • Les jacinthes embaument l'atelier tricot.

    En entrant dans la pièce où des tricoteuses sont déjà au travail, sentir le doux parfum des jacinthes. On les aperçoit, discrètes, sages, sur la commode : trois fleurs blanches dans leur jardinière bleue.
    Le papotage, un instant suspendu pour les échanges de bonjours, reprend, par-dessus des sacs et des pelotes de laine.
    L’une fait des chaussettes (elle ne porte plus que les chaussettes qu’elle se tricote en pure laine), une autre poursuit la couverture commencée au début de l’hiver. On montre le travail de la semaine : un gilet coloris ficelle, taille 6 mois, un bonnet jaune à torsades, taille 3 mois. Puis on poursuit le bonnet blanc à rayures bleues pour lequel on a déjà fait le gros pompon multicolore.
    Au moment du thé accompagné d’un cake aux épices, on feuillette des catalogues, on s’échange des modèles, on promet d’apprendre à tricoter avec quatre aiguilles ou encore avec une aiguille circulaire ; on n’oubliera pas de faire un « atelier torsades ».
    Le temps s’est suspendu.