Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

faire sa lessive soi-même

  • Moisson.

    Ranger les pots de confiture vides ; prendre le temps d’enlever les étiquettes des pots de cornichons, de miel ou d'artichauts qu'on a mis de côté pour avoir un bon stock de pots en verre vides, vérifier les couvercles, nettoyer la caisse dans laquelle les pots attendent sagement.
    Préparer la lessive dont on rappelle la composition : 3 litres d’eau bien chaude, 150 grammes de paillettes de savon de Marseille Marius Fabre, 1 cuillère à soupe de bicarbonate de soude, 1 cuillère à soupe de percarbonate de soude, 1 cuillère à soupe de cristaux de soude ; bien mélanger.
    Terminer le pull bleu et blanc taille six mois au point de riz et en commencer un autre, identique, mais en rouge et blanc cette fois-ci.
    Brosser les chats.
    Dans la salle d’attente, profiter du long retard du chirurgien retenu par une urgence pour avancer dans la lecture de Plateau, de Franck Bouysse.
    Marcher sous la pluie battante le long de la Corniche de Tamaris.
    Recopier la recette du Gâteau simplet, délicieux, apporté pour le goûter par une des membres du Club des Cousettes.
    Etre heureuse qu'une amie à qui on a offert Glaneurs de rêves, de Patti Smith, ait beaucoup aimé ce doux livre.

  • Moisson.

    Repeindre la chambre en blanc et bleu. En profiter pour tout ranger dans le chiffonnier et la commode, épousseter tous les livres et les cadres.
    Pour les bricoleurs, faire une tablée au soleil et servir, à la demande générale, des macaronis au gratin.
    Aider une vieille dame à trier ses papiers mais, surtout, faire avec elle le tour de son jardin qui fut aussi un magnifique potager, admirer ses roses et l’écouter sans l’interrompre.
    Retrouver la recette de biscuits qu’on aimait faire à un moment, sans œufs, avec de l’huile d’olive. Les petits biscuits qu’on roulait dans le sucre croquant.
    Se réjouir de voir les gerberas de l’an dernier refleurir : il y en a trois beaux jaunes.
    Terminer La vie de ma voisine, de Geneviève Brisac, bien avancer dans L’art de vieillir d’Anselm Grün et dans la correspondance des sœurs Brontë.
    Prendre date pour le dîner des copines qui se fera à la maison. Prévoir le menu.
    Un soir, la sonnette retentit, et c’est la jeune voisine qui apporte du muguet.
    Recevoir une jolie carte montrant un hérisson craquant.
    Parler avec enthousiasme à des collègues de Dans la forêt et, plus généralement, de la simplicité volontaire. Donner ainsi à quelqu’un la méthode pour faire sa lessive soi-même.