Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

gourmandise de mots

  • De jour ou de nuit, c’est selon.

    Le soir, en allant dans la cour vérifier que le portail est bien fermé, remarquer dans le ciel une étoile qui brille intensément. Peut-être est-ce l’étoile de berger ? On attend un peu et d’autres étoiles apparaissent les unes après les autres alors que la Lune est un mince croissant.
    Le lendemain, en ouvrant les volets, on remarque encore une étoile très brillante et qui semble être la dernière. Est-ce encore l’étoile du berger ?
    On s’en va consulter la carte du ciel et on fait une belle gourmandise de mots : Véga, Dragon, Céphée, Cassiopée, Grande Ourse, Petite Ourse, Andromède, Pégase, Chevelure de Bérénice, Cygne, Lyre, …et sur cette carte aux multiples horizons, on voit que les astres se partagent entre ceux qui sont déjà couchés et ceux qui ne sont pas encore levés…
    On n’en a jamais fini de regarder le ciel, de jour ou de nuit, c’est selon.

  • Ces jours bleus et ce soleil de l’enfance.

    « Ces jours bleus et ce soleil de l’enfance. »

    C’est le dernier vers écrit par Antonio Machado sur un bout de papier qui fut trouvé dans sa poche après son décès en 1939, à Collioure. C'est un vers magnifique.

    Le grand poète espagnol a été un beau compagnon tout au long de l’été, dans le soleil, dans le vent, dans la montagne, à l’ombre des arbres.
    Dans un orme sonnait le ciseau éternel
    de la cigale chanteuse, le monorythme jovial,
    bruit de fer ou de bois
    de la chanson estivale.(1)


    La période des vacances se termine et le blog va bientôt reprendre un rythme plus régulier.


    (1) Antonio Machado, Solitudes, p. 36, in Champs de Castille, précédé de Solitudes, Galeries et autres poèmes et suivi des Poésies de la guerre, nrf Gallimard,