Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Phrase à méditer : bâtir.

"(Le pélerin) connait aussi l'adage des bâtisseurs : ce que je fais me fait. Ainsi de la maison intérieure que l'on passe toute une vie à édifier, consolider, agrandir et embellir".
Jacqueline Kelen : Le bréviaire du colimaçon, page 89.

C'était un peu cela, la veille, au cours d'une soirée joyeuse dans la petite maison blanche et bleue.



Commentaires

  • Les discussions amicales nous construisent, nous énervent, nous consolident,
    nous enchantent, nous désolent, bref, que serions-nous sans ces petites
    pierres accumulées tout au long des jours ?

    Continuons à bâtir dans le bruit de l'actualité ou, de préférence, dans la
    douceur des rêves de beauté !...

  • Merci pour cette pensée à méditer.
    J'aime beaucoup ces discussions où nous refaisons le monde, même si nous savons bien que ce que nous y construisons n'est pas la réalité. :)
    Passez une douce journée.

  • Fait penser, et alors on fait une chose important et on se fait, en pensant aussi...

  • Toujours en travaux ... notre maison intérieure ...:-)
    Sage nous devenons au fur et à mesure de leur avancement ...même si parfois leur devenir se fait avec lenteur ..:-)

  • C'est très vrai... la maison devient de plus en plus confortable et intime.... et solide. Ou alors, elle n'a été construite qu'avec des illusions de matériaux et tout s'effrite, montrant son intérieur en piteux état!

  • Bâtir c'est construire encore et encore, tout n'est jamais fini, rien n'est jamais définitif ! Aujourd'hui où tout va très vite voire trop vite, cette pensée est à méditer...
    Merci d'être passée Bonheur du jour, bonne lecture à vous.

  • J'en suis heureuse pour toi et je n'ai pas oublié ce titre, encore dans la file d'attente.
    Bon week-end !

  • Et pourtant, on a souvent l'impression de se bâtir de guingois (depuis l'élection de notre Président, on affûte nos expressions

Écrire un commentaire

Optionnel