Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Un été avec les Sœurs Brontë. 3 : un prénom pour plusieurs.

On l’avait déjà remarqué quand, adolescente, on avait lu pour la première fois Les Hauts de Hurle Vent : plusieurs personnages, à des époques différentes, portent le même prénom et passent d’un nom à l’autre comme s’il s’agissait de brouiller les pistes de leur propre histoire, ou parce qu’ils ne peuvent être vraiment propriétaires de leurs vies. Il en est ainsi de Catherine. Catherine Earnshaw. Catherine Linton. Catherine Heathcliff. Et ce Heathcliff, là un nom de famille, est en fait le prénom d’un enfant mort qu’on attribue à un autre enfant surgit de nulle part. Dans ces familles, c’est comme si on se passait le prénom comme des relayeurs se passent le témoin lors d’une course effrénée : à toi. A ton tour de te débrouiller avec cette histoire !
Ici, on se partage un même prénom, au fil des générations, parfois dans une même génération, et on a cru, pendant longtemps, qu'il ne pouvait que s’accompagner d’un lourd tribut, sans doute parce que, entre autres, on avait lu Les Hauts de Hurle Vent très jeune.
Jusqu’au jour où on a compris qu’il était plutôt un liant : une trace d’une femme à une autre, d’un temps à un autre. Le fil de l’histoire oui, mais un fil souple et bouclé quand on a cessé de le bander comme on fait de la corde de l’arc, au risque de le briser. De se briser.
Quel bonheur fut ce jour où on fut soi-même en capacité de renforcer les fêlures pour qu’elles ne cèdent pas.
Aujourd’hui, on souhaite une bonne fête à toutes les Marie, où qu’elles soient, quelles qu’elles soient.

Commentaires

  • Bonne fête, Marie. Ma mère s'appelle officiellement Maria, je la fêterai donc, même si personne ne l'appelle ainsi. Ton billet sur les prénoms me fait penser à cette coutume familiale qui m'a toujours étonnée : ses frères et sœurs sont tous appelés par leur deuxième prénom.
    Oui, un prénom peut être doux, gai à porter ou bien trop lourd. Quelles que soient les raisons pour lesquelles il a été donné, chacun, j'imagine, est appelé à inventer le sien ou, s'il est insupportable, à en changer, officiellement ou non. Très belle journée à toi.

  • Que dire de certains pays dont l'enfant porte le prénom de son père en guise de nom de famille.... Pourquoi pas, les coutumes diffèrent d'un pays à l'autre. Et puis, che nous, en généalogie, on se rend compte que lorsque les pères décédaient, le fils changeait de prénom pour prendre le sien. Parfois, un vrai embroglio et quelques casseroles à traîner...
    Si tu t'appelles Marie, je te souhaite une bonne fête et moi... je te remercie car j'ai un peu de Marie dans mon prénom "officiel".

  • Merci et bonne fête à vous.
    Je découvre votre blog que je lis assidûment. Merci.

  • Merci pour la Marie que je suis. Arriverais-je comme vous à renforcer les fêlures?

  • J'arrive bien tard pour vous souhaiter une très jolie fête, et me la souhaiter aussi (!) puisque Marie arrive en numéro 2 de mes prénoms, le premier étant plus raccord avec la mode de mon année de naissance.
    Il y a toujours eu des Marie dans ma famille, comme dans tant d'autres en France, et c'est vrai que je vois ce fait comme un lien, allez, soyons encore plus romanesque, comme un ruban de soie à nouer ou à dénouer, c'est selon...

  • Marie... un prénom qui compte aussi pour moi.
    Bonne fêtes à toutes les Marie, et bonne fête à vous.

Écrire un commentaire

Optionnel