Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Une phrase à méditer.

Au moment de la rentrée littéraire, remercier le livre Fidélité à l’éclair, de Roberto Juarroz d’être descendu de son étagère pour être relu. L’auteur y parle de poésie. Il explique que la connaissance des grands poètes est une école de perfectionnement de l’écriture. Comment faire pour se perfectionner ? Il conseille :

« Il n’y a qu’un chemin : lire, mais lire avec attention, savoir s’arrêter à chaque ligne, à chaque tournure, à chaque image, à chaque élément, à chaque silence des grands poètes. »

Commentaires

  • En poésie surtout, "dévorer" n'a aucun sens.
    Je suis sûre que vous écoutez les mots et les silences Marie.

  • Merci pour cette belle phrase du poète argentin que Colo m'a fait connaître et qu'elle a souvent traduit.

  • J'apprécie ce bon conseil dont je vais m'imprégner de cette belle phrase.
    Bel après-midi.

  • il n'y avait pas de livre dans celle de mon quartier, mais sur internet j'ai réservé (15 poèmes) ce livre qui est à la médiathèque du centre ville. En tout cas, j'ai apprécié les mots lus sur Babélio. Bises et bonne soirée.

  • Avec le temps qui passe, nous faisons peut-être moins de choses, mais nous essayons de les faire plus intensément. Lire la poésie lentement, attentivement en est un bel exemple. Merci à toi Marie de nous le rappeler.

  • quand les mots se dessinent sur une partition, la musique des poètes nous murmure le silence
    quand les mots se révèlent à notre intelligence, l'esprit s'en échappe et nous marque à jamais ...
    amitié .

  • « Il n’y a qu’un chemin : lire, mais lire avec attention, savoir s’arrêter à chaque ligne, à chaque tournure, à chaque image, à chaque élément, à chaque silence des grands poètes. »
    c'est exactement cela Marie.
    Merci de nous le rappeler.
    Doux week-end au milieu des livres, aussi.................

  • C'est justement le contraire de ce que nous vivons en ce moment, tout va très vite, au risque de restons dans le superficiel !

  • Accueillir cette phrase comme un appui pour un possible chemin de vie.
    Et ne pas oublier aussi que "le poète cultive les fissures" ( Roberto Juarroz)

  • Une belle phrase, c'est beau et c'est bien de nous le rappeler..On lit souvent trop vite..
    Arrêtons-nous un peu pour lire mais bien lire
    Bises

  • C'est tout à fait ça. :)
    Une belle leçon de lecture.
    Merci !

Écrire un commentaire

Optionnel