Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Ce fut chambre avec vue.

Ce fut donc chambre avec vue.
Une grande chambre avec deux porte-fenêtre s’ouvrant sur une terrasse donnant sur le lac et les montagnes qui l’entourent ; l’embarcadère juste là, et les bateaux allant et venant. Pour décorer la balustrade de la terrasse, des géraniums d’un très joli fuchsia.
La vue s’admirait à tout moment. Le matin au lever du jour alors que le lac était gris et les montagnes bleues. Dans la matinée quand le soleil inondait cette vue indiquant qu’il était temps de partir en promenade ; d’ailleurs, on voyait arriver le ferry. A midi aussi quand on ne voulait pas s’en aller trop loin. L’après-midi bien sûr, mais après la sieste, quand la terrasse prenait un peu d’ombre. Le soir, évidemment, quand il faisait bon et que les montagnes prenaient cette teinte violette si douce alors que le lac maintenait son bleu profond. Et quand il faisait nuit et que la lune faisait miroiter l’eau du lac, et qu’on regardait les gens passer marchant nonchalamment sur le quai et que quelques lumières au flanc des montagnes signalaient qu’il devait y avoir là une route.
C’était beau.

Commentaires

  • J'étais précisément hier au bord de notre cher lac d'Annecy, en compagnie de Monsieur de Maupassant, et j'éprouvais la même sensation de plénitude que vous, chère Marie. Tout ce calme, dans notre monde agité, un instant bienheureux loin des duplicités des salons. Monsieur Zola a entamé son prochain ouvrage, ce calme bienfaiteur serait propre à son inspiration. La montage, belle à tout jamais, ne lassera jamais les amoureux de paysages dignes des toiles de Monsieur Courbet, que je me hâte à présent de retrouver pour moult bavardage avant de remonter dans ma machine à voyager dans le temps et de rejoindre le XXIème siècle, plus bruyant.
    Merci, chère Marie, pour cet instant précieux, pur et reposant, où le temps s'est arrêté.

  • Quand le temps s'arrête et laisse une empreinte indélébile de " beauté, calme et volupté..."

  • Tu l'écris si bien : on y est, on voit, on admire les subtils changements de couleurs, d'ambiance...

  • Magie des mots, j'ai l'impression d'y être avec vous. Quel calme et quelle beauté, merci ..

  • Superbe ! Et voilà qui répond à une de tes questions du lundi, si je ne me trompe.
    Bonne journée, Marie.

  • C'était beau... comme est beau votre texte si évocateur. De merveilleuses vacances !

  • paysage et magie, ne font qu'un en tes mots si doux à lire, comme une musique qui descendrait de tes montagnes pour s'étaler tout en long sur la surface du lac ... douce mélancolie ... à graver dans ta mémoire ....
    amitié .

  • La mienne donne directement sur la mer. C'est tellement beau que je dors la fenêtre et les volets ouverts. Le matin j'ouvre un œil et je vois les vagues !!

  • J'aime ces vues dont vous nous parlez si bien.
    Merci pour le partage.

  • Les vues de paysages que l'on goûte durant de brèves périodes, qui ne laissent pas le temps de s'y habituer, fournissent de singulières variations qui sont des émerveillements.
    De retour chez soi, quelque chose manque lorsque nous regardons dehors.

Écrire un commentaire

Optionnel