Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Avoir la chance de rentrer chez soi.


Avoir la chance de savoir qu’après quelques temps de vacances, on peut rentrer chez soi. Retrouver ses petites affaires, ses meubles, ses tableaux sur les murs, ses plantes, ses chats ; ses habitudes aussi. Laver le linge grâce à une machine. Ranger les provisions rapportées et laisser sortis les présents ramenés pour la famille ou les amis, qu’on leur donnera à la première occasion.
Les hommes, jeunes, si jeunes, croisés à la frontière, désœuvrés : où est leur chez eux ?

Commentaires

  • oui, nous avons de la chance de pouvoir partir et retrouver notre chez nous.
    Bonne journée !

  • Il est bon de se rappeler le bonheur du chez soi, oui. Vous habitez la région où se heurtent ceux qui ont quitté leur chez soi pour un ailleurs espéré meilleur... Certains arrivent dans ma région, déjà un parcours, souvent des projets qui se réalisent.

  • Je n'ai pas de réponse... mais avoir un chez soi est un privilège.
    Le savoir permet de mieux comprendre ceux qui n'en ont pas.
    Passez une douce journée.

  • Fuir un terrible chez soi pour un très incertain autre "chez".
    Mesurer sa chance!

  • j'aime partir mais également revenir.. Retrouver mes pénates et mes habitudes. Effectivement, quand on a un toit, c'est un luxe que l'on peut se permettre..

  • Un billet si juste - et cette question terrible à laquelle on ne sait comment répondre.

  • Tes paroles respirent le contentement. Heureuse de où tu habites, heureuse de tout ce que tu fais. Un exemple pour montrer que le véritable bonheur est dans l'acceptation de ce qui est, des choses telles qu'elles sont... Ce qui n'est pas forcément toujours facile.

  • Oui nous avons la chance de retrouver son foyer. Les migrants sont dans l'attente. Pour certains chez eux est leur téléphone portable les reliant à leur famille. Bises

  • Revenir chez soi, un luxe dont nous ne mesurons pas toujours le caractère exceptionnel. Je retrouve rarement mes plantes et mes chats, puisque je pars avec dès lors que mon séjour excède 3 jours !

  • C'est tellement vrai et bon de le rappeler. Je me dis souvent qu'il faut partir pour mieux revenir chez soi. Je suis d'accord en tout point avec ce que vous dites. Apprécier notre chez-soi! :)

  • C'est toujours agréable de partir en vacances mais le retour chez soi est un grand privilège et être conscient de ce luxe quand tant d'autres n'ont rien.

  • faut-il que des vies soient intolérables pour accepter de subir tous les tourments qu'ils endurent ...en fuyant la peste, ne leur offrons pas le choléra ...
    avons-nous seulement conscience de notre bonheur ?
    amitié .

  • Retrouver la paix d'un chez soi, beaucoup n'ont pas cette chance et sont perpétuellement sur des routes de tourment et de danger....Merci Marie de poser cette question ici. Je t'embrasse. Claudie.

  • C'est toujours un plaisir pour moi de rentrer chez moi (sauf que je sais que m'attendent des heures de ménage à cause des bêtises générées par mes chats ...). Nous avons la chance de ne pas avoir à fuir notre chez-nous mais à le quitter temporairement, le temps d'une pause, pour aller voir ailleurs et s'enrichir des merveilles du monde ... ce n'est malheureusement pas le cas de toutes ses personnes qui ne rentreront jamais chez elles ...

  • Quand j'étais jeune j'avais hâte d'avoir mon petit chez moi et c'est une chance de l'avoir eu.

  • Comme c'est vrai! Pouvoir avoir un chez soi, retrouver famille et amis, c'est une chance inestimable à savourer à chaque instant. Comment ne pas avoir envie d'accueillir ceux qui n'ont pas cette chance?

  • Rentrer chez soi est un bonheur, y rester aussi. En avoir un est une chance qui devrait être possible pour tous.

  • C'est vrai que c'est une chance, même si tout n'est pas parfait. Je me demande si je ne devrais pas essayer de tricoter une brassière (Je crois que je mélange deux lectures).
    Moi aussi le terrible problème des migrations me préoccupe.
    Les moniales de st Hubert ont accueilli une famille irakienne dans un de leurs ermitages pendant un an. Un jeune homme pendant six mois. Et des réfugiés viennent frapper à leur porte. Qu'elles ouvrent mais évidemment avec une limite de une à deux personnes par nuit. Parce que c'est aussi une entreprise lourde à mener... pour quelques femmes.

  • Quelle merveilleuse impression que celle de rentrer chez soi ( c'est ce que je viens de faire !) et quel drame en effet que de ne pouvoir le faire.

  • Bonjour Bonheur du jour, c'est en effet un grand bonheur que de retrouver son chez-soi surtout quand on voit les migrants au nord de Paris avec des petites tentes de fortunes qui vivent dans les gravats et la pollution automobile. Bonne journée.

  • Un bien beau billet, profond et vrai,
    un billet commencé dans la légèreté et qui se termine de façon si poignante…

Écrire un commentaire

Optionnel