Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

La question du lundi. Lire à voix haute.


Ici, on a pris l’habitude de lire à voix haute depuis qu’on avait aidé, en son temps, à l’enregistrement de livres pour des personnes aveugles. C’est ainsi que très souvent on lit la poésie à voix haute, et qu’on n’hésite jamais à partager de cette façon la lecture d’un article du journal. Par contre, le reste, romans, essais, biographies, livres d’histoire, etc. sont lus in silencio comme on disait au Moyen-Age quand cette pratique s’est finalement imposée.

D’où la question du lundi : lisez-vous à voix haute de temps en temps ?

Commentaires

  • Lors de notre visite à la Maison de Balzac, la conférencière nous a conseillé de le lire à "voix haute" de temps en temps pour mieux en pénétrer le texte.
    Comme ancienne maîtresse d'école, je lisais souvent, quotidiennement même, à voix haute. Ou à l'église aussi parfois. Pour les autres.
    C'est un exercice très physique...
    Mais seule c'est très rare que je lise à voix haute.

    Bon lundi et bonne semaine.

  • Bonjour,
    Ce dépend, en fait, et du texte et du public et du butt poursui!
    Dans une église, le texte est là pour être entendu et partagé ensemble.. Avec un public de très jeunes enfants ou de personnes âgées ou malvoyantes, cela leur permet d’accéder à des documents qu’ell ne pourraient pas connaître autrement.

    Mais le texte ne se prête pas nécessairement à une lecture à voix haute : des confidences, un secret,... ne peuvent être lus à haute voix.

    Et c’est là toute la magie de la lecture que de pouvoir être lue à voix haute ou en silence !

  • Quand je suis seule, hélas non ! Je ne lis plus à voix haute depuis que je ne travaille plus (car je lisais beaucoup aux élèves et même grands ils adoraient ça)...en fait je ne lis à voix haute que lorsque mes petits-enfants sont là ! Mais un texte de théâtre par exemple, il faudrait le lire à voix haute pour le savourer vraiment :) Belle semaine

  • Comme toi je lis les poèmes, mes traductions surtout, à voix haute. Pas les romans mais j'aime beaucoup écouter les livres audio et puis l'émission les samedis après-midi sur France Inter "Ça ne peut pas faire de mal" où Guillaume Gallienne lit de longs passages de livres.

  • Cela m'arrive, lorsque je suis particulièrement émue ou convaincue par une lecture. A la beauté du texte s'ajoute le timbre de la voix, et cela prend une toute autre dimension.
    Lire pour les petits est aussi un moment délicieux. On joue plusieurs personnages, on vit les situations, une vraie complicité s'instaure entre l'écoutant et le lecteur, c'est drôle et les enfants adorent.

  • Je lis à ma mère (qui voit bien mal) les articles du journal local qui devraient l'intéresser (mais ça s'arrête là!)

  • Pour moi non , sauf si je ressens une grande émotion , cela m'est arrivé dernièrement avec un texte de Laurent Gaudé .
    Bonne journée

  • Tous les après-midi en visite auprès de ma maman qui séjourne à l'hôpital, je l'invite à lire quelques lignes à voix haute. J'ai tellement peur, qu'à force d'être mutique, elle perde totalement sa voix.
    En suite, je poursuis la lecture à voix haute.
    Nous lisons des poèmes de son héroïne, Sainte Thérèse...

  • toujours pour les poèmes, le son de la voix donne du ton au contenu, les mots se fixent sur la portée vibrant de leur puissance , il en est de même pour une pièce théâtrale, avec changement de voix pour illustrer les divers personnages ...
    quant au reste, il est évident qu'il est lu "in silencio"
    amitié .

  • Jamais , le tête à -tête reste silencieux ,Sauf dans mon groupe de mémorisation de l'Ancien et du Nouveau Testament . Nous apprenons des pans entiers de la Bible par coeur et les cantilons : c'est un pur bonheur ! Le texte ainsi déclamé réserve à chacun des surpises inattendues , Ce qui nous conforte dans l'idée que la transmission était orale à l'origine . Le Judaïsme le pratique toujours , et quelle saveur !

  • Mon Dieu, quel courage... Je n'y ai jamais songé... Je suis tellement une visuelle...

  • Hem. Je ne lis pratiquement jamais à voix haute. Bien que la poésie doive se lire à voix haute. A fortiori, je n'apprends pas par coeur. Je ne connais même pas mes propres poèmes par coeur. Je lis parfois tout haut la phrase de la madeleine, ou la déclaration d'amour de Phèdre "Oui Prince, je languis, je brûle pour Thésée..." ou les phrases de Montaigne sur l'amitié...

    Encore une chose à faire, tiens...

  • Quand je vais à Hurtebise... Je vais à la messe. Eh oui... Je ne sais pas très bien si c'est très clair au niveau de mes motivations. Le fait est que j'ai toujours rêvé de lire un texte... mais on ne me l'a jamais demandé. Je me dis que je pourrais le proposer... Il y a juste qu'avec le trac, j'ai peur de me prendre les pieds (pas dans les tapis, il n'y en a pas), et de faire un plat entre la chaise et.... bref.

    :-)

  • Chère Pivoine ,
    Votre désir de lire à la liturgie est un signe . Il existe un truc contre le trac : oubliez totalement le jugement de l'assemblée , pensez au texte : s'il doit toucher un coeur , il le fera , car la Parole divine transcende tout , même nos insuffisances ! Souvenez-vous que Moïse bégayait ! Allez y !

  • Je lis beaucoup pour moi, mais j'aime lire à voix haute (j'étais prof de Lettres) et avec mon ami, le dimanche soir, souvent, nous partageons à voix haute quelques pages de poésie, d'extraits qui nous ont plus. J'ai aussi fait des soirées lectures avec des amis; on était étonnés de leurs choix; c'et un beau partage autour d'un buffet (mais on ne lit pas la bouche pleine :-)

  • Mais j'ai beaucoup lu en classe, enfant et adolescente. Un professeur m'a fait lire un samedi matin le début de l'Assommoir. Chaque fois que je m'arrêtais, elle me disait de continuer. J'ai trouvé ça très agréable et j'ai lu pendant presque 50 minutes... c'est un bon souvenir.

    Plus tard, j'ai fait lire mes élèves tout haut. En me disant que cela ne leur ferait pas de tort. Comme c'était "la" scène du Tartuffe, et que c'étaient des jeunes d'origine marocaine, j'ai trouvé ça sensationnel. J'ai beaucoup ri, et de bon coeur...

  • Oui je lis quelquefois la poésie, aussi un peu des lettres de saint Paul actuellement et les livres pour les petits enfants. Mon mari a essayé d'enregistrer des livres pour aveugles mais il n'a pas su s'adapter à la technique (logiciel complexe). Il va faire la relecture des enregistrements. Bises

  • Quand je souhaite partager avec mon Mari, ma Fille essentiellemnt !
    Avec mon Petit-Fils, je n'ai pas le choix (rires).
    Douce semaine Marie, bisous, câlins à tes Félins

  • Je ne lis pas à voix haute, je n'ai pas ce réflexe-là. Je l'ai fait seulement lorsque j'avais l'occasion de lire pour de jeunes enfants.

  • Lire à voix haute pour les autres cela favorise un bel élan de communication !
    Lire à voix haute pour soi...en pleine nature dans un champs de fleurs ou assise sur un vieux tronc d'arbre en pleine forêt...là c'est l'extase !!!

    Joyeuse pensée pour une agréable semaine,
    Bises

  • Je lis toujours la poésie à voix haute, le reste en silence, bonne question!
    Belle journée

  • Des poèmes, parfois., ou un passage d'un article à partager. Manguel parle très bien de cela dans son "Histoire de la lecture". En cherchant un passage sur la Toile, je suis tombée sur un article de synthèse : https://www.unige.ch/lettres/framo/enseignements/methodes/hlecture/hlintegr.html
    Bonne journée, Marie.

  • oui oui absolument, comme vous la poésie mais aussi parfois un beau passage littéraire pour l'incorporer totalement, vue et ouïe deviennent alors complémentaires, je le fais surtout depuis quelques années, depuis que j'écoute des livres audio et où je m'aperçois que l'on ne remarque pas la même chose dans un texte lu ou écouté

  • jamais.. cela ne me vient pas à l’idée. Je m'enferme dans ma bulle pour lire.. à voix basse

  • Oui, j'ai lu à voix haute dans mon club de Lecture à voix haute à Lectoure. Nous participions aussi à un festival pour conclure l'année, en juillet. Un vrai plaisir de partager nos lectures devant un public attentif et à l'écoute !

  • Bonjour. Je lis très souvent dans mon bain le soir pour me détendre et c'est vrai, il est très rare que je lise à voix haute. Les seuls textes que je lis tout haut... sont ceux que je destine à mon blog. C'est de cette manière que je corrige les imperfections que j'y trouve et que je cisèle les phrases. ;-) Bises alpines et belle semaine.

  • La lecture à voix haute est liée aux histoires que je raconte aux Loulous. Quel bonheur de mettre enthousiasme, tristesse, déception, peur, colère dans le ton....et de retrouver sur leur visage, en miroir, les même sentiments. Il est intéressant aussi de voir comment "sonne" un poème à voix haute.
    Merci Marie pour cette belle question du lundi ! Bises.

  • Il est plus difficile de lire à voix haute car l'articulation se mêle à l'acte de lire.
    Je suis en train de regarder le fonctionnement du cerveau à la lecture c'est très intéressant, une conférence de M. Dehaene.
    https://youtu.be/ptABRBcdI0c

  • Bonjour Bonheur du Jour. Cela m'arrive de lire à voix haute à mon mari les passages d'un livre qui m'ont particulièrement émue, marquée ou amusée, également des articles de journaux. Autrement je lis toujours "in silencio" dans ma bulle !
    Bonne journée

  • Lire à voix haute, pourquoi pas si le texte est court. Ecouter lire un texte, je déteste, car je n'enregistre pas du tout, ayant besoin de ""voir""le texte pour bien le comprendre ou m'en impregner

  • Oui à mon fils ou alors de la poésie parfois. Mais ce n'est pas si facile, Jean d'Ormesson excellait dans cet art...

Écrire un commentaire

Optionnel