Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

La question du lundi. Prendre aussi soin des choses.


Il est peut-être possible d’espérer que cette crise modifiera à long terme les comportements. En effet, il est moins facile en ce moment (mais pas difficile, ni impossible) d’être dans la consommation à outrance. Certains, on en connait, sont en train d’apprendre à faire durer ce qu’ils ont ou à faire avec ce qu’ils ont, ce qui est peut-être pareil… Comme faire les courses devient compliqué, on jette moins, on cuisine les restes, on utilise le pain jusqu’au bout, et puis on se met à réparer ou du moins à consolider afin que ça tienne le temps de ….

D’où la question du lundi : Pensez-vous que cette crise permettra cette prise de conscience aussi, qu’il faut bien sûr prendre soin des autres, mais aussi des choses qui deviendront ainsi moins anonymes ?

Commentaires

  • Quand on constate avec quelle vitesse les règles du confinement sont rapidement ignorées dès le premier rayon de soleil, j'émets quelques réserves, quelques doutes, quant à un changement radical de nos comportements.. Pourtant, j'aimerais bien y croire...
    Bonne journée à vous, à tous.

  • J'aimerais croire que oui. Peut-être, comme tu le dis, certaines découvertes, comme les circuits courts et de qualité, vont-elles persister, mais je crains que le retour "aux vieilles habitudes", à la facilité reviendra...à moins que le confinement ne dure très très longtemps.
    Hélas.

  • c'est possible, qui vivra verra, les habitudes ont la vie dure ... ainsi malgré l'ère de la consommation outrancière avais-je gardé celle du tout peut servir encore ... mais il est probable que dès la réouverture des circuits tout redevienne pour la plupart un besoin urgent ...
    ainsi sont les humains ...
    amitié .

  • Au moment du lâcher prise, nous connaîtrons la proportion
    de vrais conservateurs et de consommateurs à outrance :
    ce sera un sondage grandeur nature dont nous ne pouvons
    absolument pas présumer du résultat .

    Pour ma part, je n'aurai aucun problème à me situer !
    Les objets du passé me sont si chers...

  • Je suis affreuse mais je ne crois pas du tout à la bonne conscience des gens. Dès la fin du confinement ou 15 jours après les gens auront tout oublié.
    C'est vrai que le coiffeur sera sans doute nécessaire et s'acheter aussi quelques vêtements. Je pense que les gens partiront aussi comme une volée de moineaux qu'on laisse sortir de la cage.
    Ce que je souhaiterais surtout c'est que le gouvernement actuel et les futurs se posent un peu plus de questions. Le soir, au lieu d'applaudir les soignants, on ferait mieux de huer nos gouvernants qui ont laissé pourrir notre situation sanitaire, pourrir nos hôpitaux en leur enlevant même jusqu'au nécessaire, en faisant fabriquer toujours ailleurs ce qui est essentiel afin d'en tirer le plus de profits. Voilà ce que je pense.

  • J'avoue je n'applaudis pas à 20h; je pense que c'est effectivement "décaler" le problème et surtout se donner bonne conscience.
    Par contre je suis prête à payer rapidement plus d'impôts pour notre éducation et notre santé...

  • Il y a tout de même des questionnements, sur le plan économique, de ne plus dépendre autant de l'Asie. On a délocalisé à outrance... et quoi, étions nous devenus incapables ou quoi ? Mais la main d'œuvre asiatique était tellement moins chère
    ...

  • Ce serait dommage de ne pas profiter de l'occasion pour changer de vieilles habitudes qui nous ont amenés vers cette triste période. Hélas si la leçon n'est pas comprise, nous risquons de revivre des moments très difficiles.

  • J'aimerais y croire... mais j'ai peur que des décénies de mauvaises habitudes reprennent le dessus !
    Qui vivra, verra.
    Douce semaine Marie, bisous, gros câlins à tes Félins

  • Bonjour et bon lundi à chacun, chacune,
    La question est "Est-ce que cela va sensibiliser d'AUTRES PERSONNES ?" que celles déjà converties à l'économie, au soin, au respect des objets qui nous accompagnent.
    Au bout du confinement on pourra mesurer nos "addictions". Certains vont essayer de "les soigner"; d'autres vont profiter de la liberté retrouvée pour recommencer à fond.
    C'est le risque de l'EFFET REBOND dans quelques semaines... qui risque de ruiner toutes les belles idées, souhaits et vaines promesses.

    On entend beaucoup dire qu'il y aura un AVANT et un APRES; je n'en suis pas si certaine pour la majorité. Mais si on gagne quelques convertis au minimalisme et à la décroissance, cela sera déjà cela...

  • Depuis quelque temps j'avais déjà ces habitudes, donc ça ne changera pas, je pense. Mais d'autres si. Par exemple apprécier de pouvoir sortir sans remplir ce papier... ^_^ Mais je crois que je continuerai à respecter les règles de sécurité... Les poignées de mains et bisous systématiques parce que 'ça se fait' et non par sympathie, je vais y réfléchir...
    Sinon, je crains le relâchement du confinement chez certains (on les comprend , hein, il fait beau) qui rejaillira sur les autres et surtout les soignants

  • Ah les fameux bisous français; depuis le H1N1, je ne faisais plus systématiquement des bisous à chaque rencontre; n'étais pas toujours comprise... mais je m'en fiche !

  • Bonjour,
    Il me semble que cette situation aura semé aussi des graines de plus d’humanité, de solidarité, et de sobriété qui germeront nécessairement. Nul ne sait quand et comment.
    Elle devra s’accompagner aussi d’une réflexion très approfondie sur le rôle de nos dirigeants qui ont très mal géré cette situation et surtout opérer des changements très importants. Mais plutôt que de payer plus d’omp, il faut revoir l’usage, l’ut de nos impôts.

    En cette période d’enfermément, on mesure très bien l’indigence du « service public » audiovisuel. Pourquoi continuer à les financer à grand frais pour un résultat aussi insipide, alors que nos soignants et nos forces de l’ordre manquent de produits de première nécessité pour sauver des vies et préserver aussi la leur???

  • Quand on voit la réaction des gens à bien des niveaux je ne suis pas optimiste, ceux qui espèrent réellement une planète protégée continueront à tenter d'être cohérents dans leurs démarches, leurs achats, leur manière de vivre, mais même autour de moi je vois que peu en fait on envie de changer de façon de se nourrir; par exemple, de faire des choix raisonnables...

  • Un confinement de plusieurs décennies pourrait avoir un impact sur la mentalité des gens, Une période que l'on prévoit relativement courte, je veux dire 2, 3 mois, voir 4, ne changera pas le monde.
    Je crains surtout que les moins nantis n'en paient le prix à court et moyen terme.
    Et la croissance s'empressera de reprendre dès qu'elle pourra.

  • Je crains qu'on ne reparte comme avant... on oubliera nos soignants, les pompiers et autres combattants, .. et on reviendra dans cette société de consommation avec les débordements que l'on connaît .

  • Chassez le naturel , il revient au galop ! Après la deuxiéme Guerre mondiale, les gens n'avaient plus qu'un désir , s'amuser , s'éclater , , le way of life américain , quoi!
    Les gens respectueux de la nature , les sobres le resteront , les autres continueront à gaspiller , à profite de tout ce que leur offre la société de consommation jusqu'à l'excès , après nous , le déluge !

  • J'espère de tout mon cœur que cette crise donne naissance à un monde nouveau, non plus basé sur l'argent et la surconsommation mais sur l'humain qui doit être au centre de toutes les préoccupations. Cette crise, malgré la tragédie qu'elle engendre, est une chance inouïe pour l'humanité, une chance pour faire disparaître le monde ancien afin que le nouveau puisse surgir. Je suis certainement utopiste mais j'aime bien l'utopie !!

  • Il me semble que chacun, tel qu'il est, continuera sur sa pente, là où il est... y aura t il des changements ? Je ne sais pas. Une crise économique est à redouter... et il risque d'y avoir d'autres pandémies si on ne freine pas l'écocide.

  • Des pandémies, il y en a toujours eu et il y en aura toujours. Variole, choléra, peste noire, grippe espagnole en furent en des temps moins "mondialisés".
    L'être humain n'est qu'une forme de vie parmi d'autres, les virus et bactéries en sont d'autres.
    Pour ce qui est de la consommation, grève ou pandémie, la vente en ligne en fait ses affaires.

  • Côté consommation je pense que cela ne changera rien. Sinon j'espère que les gens seront là pour obliger nos gouvernants à revaloriser les salaires de ceux qui tiennent la France debout en ce moment et à restaurer de vrais services publics .

  • Cette crise n'arrive pas par hasard, il ne faudra pas l'oublier, elle ne se règlera pas en quelques jours, ce sera long, mais j'ai de l'espoir, il en faut, il nous en faut à tous pour que le monde change. Bises du lundi. brigitte

  • Je l'espère, mais je n'en suis pas sûre, en entendant des réflexions par ci par là, ils n'ont qu'une hâte "reprendre la vie d'avant"!
    Ce n'est donc pas gagner!
    Belle journée

  • Ici dans tes lectrices, beaucoup déjà consomment moins. Mon mari est furieux de voir la batterie baisser alors qu'on ne roule pas. Il va devoir lui faire un tour pour recharger. Pour la suite, fabriquer davantage en Europe. Bon lundi et merci pour ton mail.

  • Bien je dirais qu'il faut l'espérer. J'avoue avoir des doutes ! La société de consommation est bien trop forte.
    Mais la crise économique sans précédent fera peut-être un frein à certaines choses. Belle journée à toi

  • Je pense que chacun peut tirer ses propres leçons de cette parenthèse et être amené à modifier ses comportements... ou pas.
    Ce qui m'attriste c'est que la plupart d'entre nous restons dans l'observation et la critique de la situation ( la critique n'est pas toujours issue de ceux qui souffrent au quotidien)
    Dans une telle situation que ferions nous ?... que faisons nous ?
    Un peu de modestie et d'empathie pourraient nous ouvrir les yeux et nous apprendre à agir autrement.
    En attendant je vais réapprendre à faire des yaourts sans yaourtière :)

  • Je pense que chacun peut en tirer ses propres leçons quant à sa façon de vivre. Cette parenthèse peut éveiller les consciences ...ou pas.
    Si seulement le Français (et d'autres) pouvait être moins râleurs (et ce ne sont pas toujours ceux qui critiquent qui souffrent le plus ) peut être que notre comportement d'enfant gâté cesserait et que notre énergie trouverait à s'exprimer de façon plus constructive.

  • Je ne sais pas... nous avons tant oublié des épisodes précédents.
    Serons-nous capables d'en tirer des leçons ?
    Je l'espère malgré tout, mais j'ai du mal à en être sûre.
    Douce et belle journée à vous.

Écrire un commentaire

Optionnel