Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Moisson de début d’automne.


Faire les choses du quotidien – ouvrir les volets, balayer la terrasse, étendre du linge, bien ranger la cuisine.
Aller à pied jusqu’à l’embarcadère et croiser deux voisines – bonjour, il fait beau, tout va bien.
Prendre le bateau et traverser la rade – on ne s’en lassera jamais.
Aller jusqu’à la Médiathèque – attendre l’heure de l’ouverture dans le parc tranquille, sous les arbres, près des bassins ; des oiseaux chantent.
Redescendre et aller au marché du Cours Lafayette – tapenade, olives, haricots verts, salade, herbes ; sur les étals, des figues à foison ainsi que des courges et des potimarrons brillants qu’on laisse car trop lourds ; les cloches sonnent.
Rentrer tranquillement et, dans la cour, regarder les belles-de-nuit qui commencent à faner ; en voyant comme elles tapissent le sol de leurs graines, on sait qu’elles n’ont pas d’inquiétude.


Commentaires

  • Ah oui, on commence à balayer feuilles et graines au sol, c'est le début de l'automne. La lumière a changé aussi, le bleu est plus transparent, chez toi aussi sans doute, car il fait moins chaud.
    Quant à manger des figues avec un morceau de fromage, vieux et fort, un vrai délice !
    Bonne journée Marie.

  • Jolie moisson... surtout si l'on n'omet pas l'élément auditif, et quelle merveille que le son des cloches !!

  • Une fraîcheur un peu oubliée, le vent malveillant dans les branches,
    la veste confortable qui descend de la patère, la lumière de l'été
    rangée jusqu'à l'an prochain : au fond de son jardin,
    la vieille maison s'installe dans les jours écourtés !

    Une petite musique nostalgique inonde nos cœurs...
    à l'aide, Juliette, les feuilles mortes sont parfois si belles !

  • Faire son bonheur des activités quotidiennes, c'est une sagesse particulièrement fructueuse en cette drôle d'année, merci de nous le rappeler encore et encore.
    Ici il faut se réhabituer à la fraîcheur, au vent, aux ciels gris, se rhabiller pour la nouvelle saison. Bonne journée, Marie.

  • Les figues chez moi avaient 3 semaines d'avance; il y a belle lurette que je n'en ai plus des fraîches. Restent les confitures, les figues sèches, les figues congelées pour des tartes estivales un peu plus tard...Moisson de début d'automne pour moi aussi!

  • Une bien jolie balade... Les Belles de nuit sont un enchantement, il faut que je pense à les photographier avant qu'elles ne s'éteignent. Douce journée Marie, à bientôt. brigitte

  • À mes yeux, c'est le programme rêvé des vacances... traverser la rade... Je ne m'en lasserais pas non plus. Aller au marché... Je pourrais toujours y aller demain matin. Mais en métro ;-) une fois qu'on y est c'est un deluge de couleurs.
    Et les cloches, j'aime aussi.
    Je les entends parfois le dimanche matin... par exemple, je ne sais pas de quelle église cela provient.

  • il faut savoir apprivoiser toutes ces petites choses et ces petits gestes du quotidien pour en faire des bouquets...
    Belle journée

  • Incomparable ambiance automnale, que tu décris si bien...
    Ma saison préférée...
    Merci pour ce joli billet qui accueille mon retour sur le net en beauté en douceur...
    Bises

  • Moisson de figues juteuses, sucrées, hier au marché du vendredi que j'aime tant, dans la fraîcheur retrouvée.
    Avec un livre dans le sac, mon jour était cousin du vôtre.

  • Quelle magnifique moisson pleine de charme et comme j'aimerais prendre le bateau pour faire les courses. L'automne est là, il fait plus frais et le vent fait virevolter les feuilles sur la terrasse alors, je prends le balai.
    Belle journée

  • Du coup, je me suis rappelé que j'avais une figue dans une poche, reçue de la directrice de l'école des arts lundi et je l'ai mangé e. Elle venait du jardin d'un monsieur sicilien d'origine. Elle était juste parfaite.

  • Vous essayez pas de nous rendre un peu jalouses???

    Si, si
    regardez bien au fond de votre coeur


    mais rassurez-vous, Marie

    nous sommes tous comme ça

    Liliane B.

Écrire un commentaire

Optionnel