Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

cours lafayette

  • Moisson.

    A la veille d’un jour gris, gris de plomb, faire la liste des moissons pour avoir la force de le repeindre en gris souris.

    Ecouter la belle émission de Frédéric Lodéon sur Jacqueline Dupré, disparue il y a tout juste trente ans.
    Porter son choix sur une vigne vierge, finalement, pour faire face à l’ipomée car son feuillage en automne est décidément tellement beau.
    Commencer à tricoter un pull blanc pour une amie.
    Réserver des places pour la prochaine conférence de Boris Cyrulnik.
    S’asseoir à la plage des Sablettes pour profiter du soleil d’automne, un après-midi et laisser le sable aller et venir entre les doigts.
    Traverser la rade en bateau pour aller au marché du Cours Lafayette et en ramener des chayottes, des haricots verts et de la tapenade aux câpres et aux anchois.
    Recevoir en cadeau une belle bruyère et la poser sur la table bleue, près de l’hibiscus et du romarin pour l’avoir ainsi et aussi sous les yeux quand, l’après-midi, on a devant soi le tableau offert par la fenêtre.
    Regarder le ciel, maintenant étoilé, le matin, quand on ouvre les volets.

  • Moisson.

    Se lever tôt, très tôt, et boire le café sur la terrasse en regardant le ciel.
    Nager.
    Préparer des poivrons à l’huile.
    Lire.
    Brosser les chats.
    Trouver dans un autre coin de la cour une autre ipomée qu’on transplante près de la première. Les arroser délicatement toutes les deux.
    Lire.
    Après un premier appel de la Médiathèque pour annoncer la disponibilité de Quelques grammes de silence, en recevoir un autre pour celle de Une très légère oscillation, de Sylvain Tesson, qui devient le livre de la journée.
    Faire le ménage en grand.
    Lire.
    Ecrire six pages.
    Aller faire le marché sur le cours Lafayette. Déjà les premières figues.
    Préparer des tomates à la provençale, bien aillées, bien poivrées, bien huilées.
    Récupérer des tas de pelotes de laines, d’aiguilles et de crochets laissés par quelqu’un de très généreux. Tout ramener à la maison pour trier et prévoir les prochains ouvrages.
    Faire une partie de mikado.
    Couper des feuilles de menthe pour préparer une tisane qu’on boira froide afin de se désaltérer quand on part marcher.
    Lire.
    Ne rien faire.
    Marcher pieds nus sur le sable.