Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Les feuilles d’automne.


Comme chaque jour, la promenade se fait dans les conditions autorisées. Sous les pas, les feuilles mortes. Il a plu et certaines, lumineusement jaunes, sont collées sur l’asphalte des trottoirs et des rues. Ce n’est qu’après avoir bifurqué de la Corniche pour monter vers le Fort Napoléon qu’on peut faire ce qu’on aime tant : marcher dans les feuilles et shooter dedans, et puis aussi en ramasser quelques-unes qu’on fera sécher dans le vieux dictionnaire, si jamais il y reste de la place. Voilà quelques feuilles de micocoulier, d’autres d’eucalyptus et de platane et peut-être celles-ci sont-elles d’un aulne ? On sera à jamais une petite fille qui rentre à la maison avec un bouquet de feuilles mortes un jour d’automne pluvieux. On laisse la feuille de figuier arrachée par le vent et la pluie car elle est bien trop grande mais elle est quand même bien belle alors on revient en arrière et on la prend aussi : on la fera sécher dans l’atlas.

Commentaires

  • Quel joli texte sur ces feuilles qui se colorent en fin de vie, joie de shooter dans les petits tas amassés par le vent ou le hasard.
    Par la fenêtre je vois que le figuier est quasi nu....Bon dimanche Marie.

  • J'aime cette belle poésie de l'enfance à jamais préservée entre les pages de nos ans...
    Beau dimanche, Marie-de-toutes-les-moissons.

  • Unbel hommage à l'automne! Le jardin est un immense tapis coloré. C'est superbe! Les ramasser sera moins enthousiasmant!

  • Bonjour Marie,
    Quel bonheur, en effet, que de marcher dans les feuilles mortes! C’est un tapis si doux sous les pieds et pourtant si craquant. Et les couleurs sont sublimes !!

  • Vendredi soir, pour ma sortie hebdomadaire, à l'AMAP... la chance de shooter dans les feuilles mortes et de les entendre crisser sous mes pas !
    Doux dimanche ensoleillé Marie, bisous, gros câlins à tes Félins ❤

  • C'est une chance de trouver tant de feuilles différentes et de connaître leurs noms (qui ne servent en fait qu'à les différencier dans l'écriture...) ! Ici je ne donne pas de coups de pieds dans les feuilles, car elles sont toutes identiques sur le trottoir devant ma porte, mais je les balaie et les mets en tas au pied de l'arbre, en attendant que la machine passe avec des messieurs armés de "soufflettes". Sur ma pelouse c'est plus compliqué : large râteau ; parce que moi, les "soufflettes", j'aime pas.

  • Oh oui ! Les feuilles mortes....quel plaisir ! En admirer les couleurs changeantes, les faire craquer sous nos pieds, en ramasser et les glisser entre les pages de nos livres pour les retrouver au hasard des lectures, les regarder virevolter dans le vent et s'émerveiller chaque automne comme si c'était le premier. Comme vous , Marie, je retrouve mon âme d'enfant .
    Amitiés

  • Cette année pour la première fois, je ne recueillerai pas
    les feuilles d'or et de rubis du haut liquidambar,
    il s'est desséché sur pied en peu de temps et, la semaine dernière,
    notre "écureuil-grimpeur" l'a mis à terre...à regret !

    Il ne distribuera plus ses dentelles aux enfants émerveillés
    mais je crois que les arbres voisins vont tenter maintenant
    de se hisser à son niveau de beauté et puis...
    il symbolise tellement la période que nous vivons,
    si terne, si nostalgique !

    Beau dimanche, Marie, je continue à rêver au printemps
    où les échoppes pourront enfin s'ouvrir à la vie,
    à notre vie à tous ...

  • C'est la fête des feuilles des couleurs et de la lumière...

  • A présent, je les serres tout simplement entre deux livres, à plat, et c'est vrai que j'aime garder ces petits trésors comme les cailloux blancs de la grève...

  • Bonjour. Une feuille par terre, c'est un peu triste mais si elle reprend vie entre les pages d'un gros livre, c'est gagné! Elle revit! Bon dimanche.

  • Bonjour Marie, la lecture de ton billet me fait spontanément sourire : je "voie" la "petite fille" qui sait encore se réjouir de ce que ses yeux perçoivent de notre nature. Merci pour cette belle image. Je t'embrasse et te souhaite un paisible dimanche.

  • Votre billet fait écho à la très belle promenade que je me suis octroyée hier au parc, dépassant de quelques malheureux mètres mon périmètre autorisé, qui n'est fait de que béton et d'asphalte. La révélation en fut un gingko majestueux, dont les jolies feuilles en éventail recouvraient le sol d'un tapis luxueux.
    Sur le chemin du retour, c'est un petit garçon tenant un bouquet de feuilles que j'ai croisé.

  • Tu as eu raison de revenir en arrière. La feuille de figuier par sa taille et sa découpe mérite bien l'atlas ! Beau dimanche Marie !

  • Et il faut être très bienveillant avec la petite fille qui demeure en toi.... et la laisser s'exprimer, la cajoler, la prendre dans les bras et lui donner le droit d'exister...; Belle cueillette de feuilles mortes dorées ou pas et bousculées par les grands vents d'automne. Beau dimanche

  • Pensé à toi en foulant les petits éventails des ginkgos dans l'avenue Huart Hamoir qui, si j'ose dire, en arborent de fort beaux, Des feuilles déjà trop abîmées par la pluie, mais qui illuminent le trottoir.

  • Moi enfant ce que j'aimais par dessus tout c'était juste après la pluie, lorsque j'allais à l'école au village à pieds marcher (et sauter) en suivant le fil de l'eau dans le petit chemin de terre. Connaissant fort bien les lieux dont vous parlez, je trouve poétique et magique de les voir avec vous... Moi hélas j'ai bien du mal à y trouver tant de charme.
    Merci pour cette belle promenade automnale ! Lyne

  • J'adore aussi marcher dans les feuilles. En ce moment elles habillent joliment la moindre petite route grise. ce n'est pas du goût de tout le monde : hier, à grand renfort de bruyante soufflerie, un homme était en train de souffler les feuilles sur le chemin devant chez lui, le ,rendant à sa grisaille... je lui ai fait un sourire et "dommage ! c'était mieux avant !" mais, mais, on peut tomber a-t-il répondu, "les feuilles , ça glisse" !
    C'est sûr, la vie est un risque permanent !!! (mais ça je ne lui ai pas dit !)

  • Comme toi je me souviens de la grille de platane ramassée. Je devais avoir 7ou 8 ans.
    Ils sont beaux les tapis de feuilles. Et zut, certains shooting dans les champignons.
    Bises

  • Comment résister à ces couleurs!!!!! J'en ai fait sécher des tonnes comme ça...
    Merci!
    Bisous

  • elle est belle cette jeunesse qui court en nous quelque soit notre âge, elle fleuronne et nous embaume de ses ardeurs !
    amitié

  • les couleurs de l'automne sont très belles, et marcher au milieu des feuilles est un plaisir.

  • Quel bonheur de marcher dans les feuilles mortes et admirer toutes les belles couleurs environnantes. C'est un bel automne.

  • Depuis la semaine dernière, de belles feuilles si colorées du plaqueminier sèchent entre deux pages....

  • Je me reconnais bien dans ce billet. Mes dictionnaires sont aussi remplis de feuilles d'automne, sinon les toutes fraîches du printemps! :)

Écrire un commentaire

Optionnel