Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Moisson du 30 janvier 2021.

Voir les premiers amandiers en fleurs.
Faire de la soupe (persil, potimarron, pomme de terre).

Feuilleter un beau livre d’art sur Poussin, emprunté à la médiathèque.

Discuter un bon moment avec une amie sur la vie, sur la mort, sur la peur, sur la joie. Puis se quitter parce que l’heure tourne mais savoir que la conversation reprendra juste là où elle s’est arrêtée la prochaine fois qu’on se verra.

Ecouter, sur France Culture, François Sureau parler de sa vie avec Guillaume Apollinaire. Relire alors ce poème magnifique, ce jour justement où c’est la date anniversaire de quelqu’un qu’on a perdu :

L’adieu
J’ai cueilli ce brin de bruyère
L’automne est morte souviens-t-en
Nous ne nous verrons plus sur terre
Odeur du temps brin de bruyère
Et souviens-toi que je t’attends

Marcher le long de la mer, rentrer à la maison, écrire plusieurs pages.

Commentaires

  • Parlons d'amandiers alors. Il y a ceux qui ont des fleurs roses, ceux-là commencent à fleurir ici, par contre, les plus nombreux, ceux aux fleurs blanches, encore nada...patience.

    Poussin, tiens, il y a bien longtemps que je ne regarde ses œuvres, merci pour l'idée.

    Bon week-end Marie, à nouveau des vents violents....pourquoi les dieux sont-ils si furieux dernièrement?

  • Ces vers sont magnifiques, merci beaucoup Marie.
    De Nicolas Poussin, au si joli nom, je ne connaissais guère que son très célèbre autoportrait !
    De toutes les contraintes liées au Covid, celle du couvre-feu de 18h est celle à laquelle j'ai le plus de mal à me soumettre. Avant, c'était l'heure de liesse à Paris, brillante, chaleureuse, bruyante certes mais vivante : les pots entre amis dans les brasseries, la séance de cinéma qui précédait le restaurant italien ou "le petit japonais", les courses d'appoint, la baguette de la fournée du soir...
    A présent, on regarde la nuit tomber derrière sa fenêtre,

  • Dans ma maison il y a plein de toiles, celles de mon mari qui peint, et d'autres aussi achetées çà et là. Parfois je me mets devant l'une d'elle et je déchiffre. On aimerait bien percer le mystère de la peinture. Qu'a ressenti le peintre quand il l'a faite?

  • J'ai écouté un petit bout de l'émission. Lire un de ses livres.
    Plaisir de savoir les amandiers en fleurs. Ici l'eau glougloute dans le caniveau. Beaucoup d'eau.
    Hier trouvé Gratitude de Charles Juliet juste posé sur un rayon, je l'ai cueilli.
    Bon samedi. Bises

  • Dès que le nom de François Sureau est prononcé,
    mon oreille se met en position "on" : voix, culture, élégance
    et surtout calme souverain, toutes ces qualités qui se raréfient
    dans un environnement criard !

    Son voyage littéraire au long de la Seine est une somme
    qui lui survivra "longtemps, longtemps après que les poètes...
    ont disparu" !

    Belle journée, Marie, la Bretagne brumeuse vous salue...
    mais la poésie ne se love-t-elle pas souvent dans les nuages ?

  • Ces vers sont assurément parmi les plus beaux écrits.
    Merci de me les rappeler ; le week-end sera meilleur.

    Geontran

  • J'adore Apollinaire, et ce poème en particulier, il m'émeut toujours autant.
    Belle journée

  • je me serais bien associée à vous deux pour débattre de ces sujets qui me tentent ...
    belle moisson !
    amitié .

  • Des moments qui font écho en moi : le livre sur Poussin.... et le poème d'Apollinaire, que j'aime tant...! Bonne fin de journée, Marie, et bonne écriture.
    (Une parenthèse : hier j'ai rencontré des gens que j'avais un peu oubliés et dont le nom de famille est Gillet. Vous n'avez pas de parents à Issoudun ? Mais j'ai vu aussi que ce patronyme est aussi répandu en France que le mien... !)

  • Ce poème m'émeut toujours énormément...
    Ceux qui ne sont plus là nous rappellent souvent, et, tant que nous pensons à eux, ils restent vivants.

  • Ces vers sont magnifiques. On ne se lasse pas de les relire encore et encore...Les amandiers ne sont pas encore en fleur, loin de là même à l'intérieur des terres. J'espère que tout va bien. Bonne journée de pause

  • Merci pour ce rappel d'un poème que j'aime tant, superbe !

Écrire un commentaire

Optionnel