Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

france culture

  • La question du lundi. L’agnotologie.

    On a été élevé dans le culte du savoir. On ne manquait jamais un jour d’école, sauf si on était malade au point de ne pas mettre un pied par terre. Et encore, on sentait une sorte de suspicion de comédie. On nous rappelait constamment qu’on avait de la chance d’apprendre.
    C’est pourquoi on a été très intéressée par une des dernières lettres de France Culture présentant une série « Voyage en agnotologie, pays de la science et de l’ignorance », où on apprend, entre autre, que « l’ignorance est un savoir comme un autre. C’est même une discipline scientifique récente : on l’appelle l’agnotologie, pour la science de l’ignorance. Elle étudie notamment comment certaines industries, comme celle du tabac, ont élevé la méconnaissance au rang d’art en
    diffusant une contre-science destinée à empêcher tout ce qui aurait pu entraver son business. Pour ceux qui produisent l’ignorance, l’investissement est coûteux. Il l’est plus encore pour ceux qui la subissent. » Et nombreux sont ceux qui ont un « penchant vers l’ignorance »…
    Que ce soit dans le domaine des sciences, ou de l’histoire, ou de la géographie, ou de la littérature, on se maintient dans un monde où le savoir est un atout et même plus, la liberté.

    Qu’en pensez-vous ?

  • Moisson.

    Rester un bon moment au rayon enfants de la librairie Charlemagne : on a envie d’offrir un livre qui fait rêver à une petite fille qui fête ses quatre ans déjà.
    Se voir offrir deux belles orchidées : une jaune, Promenea citrina et une mauve, Oerstedella Centradena, directement issues de la serre aux Orchidées.
    Profiter d’une après-midi pluvieuse pour terminer En sacrifice à Moloch, d’Asa Larsson qu’on avait commencé la veille au soir. Dans la pile en attente, prendre un autre livre pour le soir : Une colonne de feu, de Ken Follet.
    Ramener du marché de gros artichauts violets, aussi beaux qu’un bouquet de fleurs.
    Ramasser un morceau d’écorce de platane pour en faire un marque-page.
    Contempler la mer.
    Constater que la vigne vierge commence à sortir de son engourdissement de l’hiver.
    Ecouter une belle série d’émissions sur Julien Gracq diffusées sur France Culture.