Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Pistes pour le mois d’avril.


Comme souvent le matin, petit tour chez cette amie âgée à qui on apporte le pain et parfois le journal. Bien qu’il soit tôt, elle est toujours toute pimpante et la cuisine est bien rangée. Elle a déjà sorti ce qui serait son repas, posé sur le potager ; son couvert, assiette, fourchette et couteau, est prêt sur la table.
La trancheuse du boulanger était en panne : il a fallu couper le pain en tranches les plus fines possibles, avant de le remettre dans son sachet. Elle a récupéré dans sa main, en balayant la toile cirée de l’autre, les miettes pour aller les mettre sur la table de la terrasse.
- Pour les oiseaux.
Et puis on s’est assis.
- Vous prendrez bien un petit café ?
- Bien sûr.
En le buvant, on papote. Du temps qu’il fait. Et de la guerre. Celle d’aujourd’hui. Celles de toujours. Celle qu’elle a vécu. Alors, elle parle. Bien sûr, on a déjà entendu tout cela, à de multiples reprises tout au long de ces années écoulées.
L’exode. La maison abandonnée, en partie détruite par une bombe qui dévastera le vaste potager qui nourrissait toute la grande famille et qu’on retrouvera bien plus tard pillée de tout son contenu, le trajet sur le guidon du vélo du grand frère ou sur les épaules d’un oncle, l’accueil dans une ville inconnue, l’incertitude, et puis le retour car il faut bien vivre quelque part, les années de guerre, les recettes avec ce qu’on trouve, la faim, le froid, les morts.
Cette fois-ci, on ne prend pas l’excuse d’autres courses à faire pour d’autres personnes afin de pouvoir partir, puisqu’on sait déjà tout ça. Non, on écoute. Ce n’est pas seulement une dame âgée qui raconte encore une fois son passé, c’est une femme qui a vécu la guerre alors qu’elle était enfant et qui croyait qu’elle ne reviendrait plus, du moins aussi près de chez elle.
On écoute, parce que peut-être, tous ces gens qui ont été touchés dans leur chair n’ont pas été assez écoutés.
Cela pourrait être une piste pour ce mois d’avril : écouter.
Prendre le temps d’écouter ; des dames âgées ; d’autres plus jeunes ou pas ; peu importe. Cesser d’avoir la tête dans le guidon.
Ecouter chaque vie.

Commentaires

  • oh merci MArie
    pour ce partage très fort
    ça commençait comme un" gentil "moment presque un rituel
    mais ensuite quelle force quelle intensité
    je ne peux qu'approuver

    déjà cette femme a tout mon respect
    j'admire ces générations qui ont su rester dignes , faire face, vivre malgré tout ,résister, repartir reconstruire

    quant à ta conclusion ....oui écouter ,écouter, écouter,
    l'autre

    bon weekend à tous

  • Oui Marie , comme vous avez raison : écouter, écouter attentivement. Comme vous je me suis surprise à écouter autrement, ces histoires tant et tant racontées. Bon week-end à toutes et tous.

  • Je suis toujours admirative aussi de la force qu'ont eu ces personnes confrontées à la guerre pour reconstruire et vivre.
    Bonne fin de journée. A bientôt.

  • Deux potagers différents... Je croyais que cet endroit dans kla cuisine était utilisé dans la réglon du Poitou...
    Toute pimpante tôt le matin, j 'admire.
    Belle journée

  • On utilise cette expression ici aussi. Et, effectivement, à chaque fois que j'arrive, même tôt le matin, cette amie bien âgée est toute pimpante. C'est admirable.
    Bonne fin d'après-midi.

  • C'est vrai, Marie, on n'écoute jamais assez...
    Alors écoutons avec le coeur, écoutons les silences aussi.
    Je t'embrasse et te souhaite un paisible dimanche.

  • Ecouter, c'est ce mettre au niveau de l'autre et lui faire sentir qu'il est libre, aussi, de se taire et qu'il ne sera pas jugé.
    J'espère que ton dimanche s'est bien passé.
    Bonne fin d'après-midi.

  • Ce n'est pas toujours facile d'écouter quand on est jeune, il y a tant de choses à faire. Les vieux le savent qui sont plus enclins à s'asseoir pour papoter.
    Parfois il m'arrive de raconter une de mes petites histoires d'enfance (j'étais terrible enfant) et mes petits enfants me disent gentiment : "on la connaît ton histoire, c'est la numéro 367 de ton répertoire".

  • C'est tout à fait juste. Quand on est jeune, on est pressé. Mais ces récits résonnent en ce moment avec l'actualité, ce qui les rend peut-être plus audibles, hélas.
    Bonne fin d'après-midi.

  • Bonjour Bonheur du Jour
    Savoir écouter est un "art", votre texte est très beau, il décrit avec justesse les souvenirs ancrés dans les mémoires, dans nos mémoires.
    Amitiés du Berry

  • Merci beaucoup. Si on n'écoute pas, comment peut-on être soi-même écouté ?
    Bonne fin d'après-midi.

  • merci pour ce partage, Marie, et je prends une résolution : écouter plus et mieux

  • tu le fais déjà @Irène !

  • Je pense que c'est déjà le cas mais, oui, on peut toujours faire mieux ! Bravo !
    Bonne fin d'après-midi.

  • Tu as raison Marie, écouter et entendre une personne est important, surtout lorsqu'elle est à l'hiver de sa vie, nous n'avons plus beaucoup de temps à partager... Je le vis avec ma maman en ce moment, et je prends ce temps avec elle, même les périodes tristes de sa vie trouvent un aspect joyeux grâce à une anecdote qui nait de sa mémoire... Doux week end à toi, la tempête s'est un peu calmée mais l'air reste glacial ici. brigitte

  • L'actualité rend plus perceptibles ces récits de vies dont on croyait qu'ils étaient quasiment révolus. Je pense tout particulièrement à l'exode.
    Bonne fin d'après-midi.

  • Votre récit fait écho à la réaction de Boris Cyrulnik sur ce même sujet

    https://www.facebook.com/cavousf5/videos/4784667378312165/

    On renaît de sa souffrance, du traumatisme, grâce à la parole. Et pour celà il faut quelqu'un à l'écoute. C'est toujours la même histoire, le don, les petites choses, un peu de temps, d'attention. Le bien, le bon.
    Amitié

  • Merci pour le lien. J'irai écouter, bien sûr. Boris Cyrulnik dit toujours l'important, l'essentiel, bref, le bon sens. Je l'ai vu à la Grande Librairie, mais pas à cette émission.
    Bonne fin d'après-midi.

  • Oh, je crois, malgré tout, que certaines personnes ont cette patience, ou ce don, je ne sais comment dire.
    Bonne fin d'après-midi.

  • Oh oui, savoir écouter ... tout le monde n'y arrive pas, mais c'est pourtant tellement important pour ceux qui racontent ... surtout les moments difficiles.
    Je crois que ça les aide vraiment beaucoup, et ça nous apporte beaucoup ...

  • Ecouter l'autre, c'est aussi pouvoir être écouté à son tour, je pense.
    Bonne fin d'après-midi.

  • Quand tu parles, tu ne fais que répéter ce que tu sais. Mais quand tu écoutes, tu peux apprendre quelque chose de nouveau. Dalaï Lama Tenzin Gyatso

  • Une citation ô combien juste et lumineuse ! Merci.
    Bonne fin d'après-midi.

  • Quel joli texte Bonheur du jour. C'est tellement important d'écouter et je trouve enrichissant et aussi attendrissant lorsqu'une personne ouvre son coeur.
    J'avais une tante qui, avec l'âge, ne sortait plus mais écoutait les nouvelles et lisait. Le vendredi, je lui apportais les commissions et elle parlait de tout et moi je l'écoutais avec grand plaisir. Ce fut de beaux moments à nous deux. Ma tante était aussi toujours pimpante malgré ses 97 ans.

  • Prendre soin de soi est aussi une façon de respecter la vie !
    Bonne fin d'après-midi.

  • J’aime écouter les vieilles personnes, même enfant
    c’était pour moi une malle aux trésors :
    le plus souvent, elles étaient drôles, riaient et pleuraient
    presque en même temps, nous disant qu’en une vie,
    elles étaient passées du Moyen-Age au modernisme…
    ah, ce progrès qui les éclairait, les soignait, les réchauffait,
    les distrayait, les promenait !
    Leurs expériences, leurs sentiments, sont des richesses
    inépuisables !

    Écoutons-les et surtout entendons-les !
    Beau samedi, Marie !

  • C'est si important d'écouter ceux qui ont vécu des moments difficiles et de ne pas les laisser seuls dans leurs souvenirs, surtout quand ils arrivent à un âge où tous ceux qu'ils aimaient sont partis. Ecouter, prendre le temps : cela va ensemble.
    Bonne fin d'après-midi.

  • On ne s'entend pas toujours en raison du vacarme. Le silence permet l'écoute, il permet aussi de prendre la parole.
    Bonne fin d'après-midi.

  • C'est tellement important, l'écoute ! Et puis on est réchauffé de te voir évoquer une vie qu'on a connue et croyait à jamais disparue : celle où on pose les assiettes du déjeuner sur la table dehors, au milieu du potager... Car nous on n'a connu ça qu'en vacances d'été.

  • Ici, on utilise souvent le mot "potager" pour évoquer un coin de la cuisine où on prépare les repas ; une sorte de fourneau.
    Bonne fin d'après-midi.

  • Merci pour cette belle proposition. C'est si important d'écouter vraiment quelqu'un, de laisser l'autre exister par son récit.
    La guerre en Ukraine réveille des souvenirs et des blessures chez ceux qui ont connu la guerre. Ceux qui sont nés après, elle les rend plus attentifs, plus vigilants.

  • Comme me le disait cette amie, ce qu'elle voit à la télévision des images de la guerre en Ukraine lui glace le sang car elle se souvient avoir vécu cela, quasiment exactement. C'est très douloureux pour elle ; pour nous tous.
    Bonne fin d'après-midi.

  • Ecouter, sage recommandation, est-ce que les grands de ce monde écoutent ? bon week-end à vous

  • Je ne sais pas; Mais ce que je sais c'est que je ne voudrais pas être à leur place.
    Bonne fin d'après-midi.

  • Message empli de sensibilité, il me touche beaucoup... j'aurais aimé moi aussi que ma mère me raconte davantage de souvenirs, elle avait neuf ans lors de la deuxième guerre mondiale..."Raconter", ce n'est peut-être pas le mot juste, car la guerre n'est pas un conte....
    Prendre le temps de pencher l'oreille afin que l'autre s'épanche, à son tour, parce qu'il se sent écouté, c'est mon compromis, jour après jour...(pas toujours facile et fastidieux, parfois

  • Je rajoute : Pour tous ceux et celles intéressés par la vie de nos mamies, je recommande vivement les podcasts de "mamie dans les orties", une véritable source de connaissances, humour et tendresse, l'antan, en définitive ! Bonne écoute, si le cœur vous en dit !

  • Merci pour l'information sur ces podcasts ! On apprend toujours de ce qui a été vécu par d'autres, en d'autres temps.
    Bonne fin d'après-midi.

  • je suis très émue par vos mots. Oui, prendre le temps d'écouter..... Je n'ai plus de parents à écouter, mon beau père est parti il y a peu, mais sans doute d'autres personnes aimeraient qu'on les écoute. Je ne sais pas vraiment comment m'y prendre. J'au peu l'occasion de les rencontrer. Sans doute faut il provoquer les occasions. Merci beaucoup.

  • J'ai l'impression que nous avons tous autour de nous des personnes seules qui aimeraient bien papoter un peu. C'est assez facile, finalement, d'entamer la conversation. Dire bonjour, remarquer qu'il fait beau, ... Parfois, les personnes répondent, parfois non.
    Bonne fin d'après-midi.

  • Ecouter parce qu'un jour ceux qui parlaient se taisent à jamais . Et leur silence est si difficile .
    Bonne fin de journée

  • Si peu de personnes prennent du temps pour écouter leurs proches, encore moins savent "que le temps perdu ne se rattrape plus" comme le chantait Barbara.
    Bonne fin d'après-midi.

  • Heureusement, j'aimais "écouter" les souvenirs de mes parents et de mes beaux-parents sur la guerre ; cette transmission est importante ! Mais j'étais trop petite pour écouter mon grand père et d'ailleurs il ne parlait pas de sa guerre !

  • Certains rescapés de la Grande Guerre ou de la Seconde Guerre mondiale ont souvent préféré se taire car ils savaient qu'on ne les croirait pas, et c'est ce qui est arrivé, hélas, pour beaucoup.
    Bonne fin d'après-midi.

  • ce n'est pas toujours facile, cela dépend peut-être de l'âge, jeune on a l'oreille hermétique, en prenant le temps de vivre on écoute davantage ...
    mais c'était un beau miment que celui que tu as vécu avec elle !
    amitié .

  • Oui, c'est vrai, quand on est jeune, on a moins le temps ; en fait, on a tellement de choses à vivre, et d'autres problèmes aussi.
    Bonne fin d'après-midi.

  • cela me fait penser à un souvenir d' enfance, ou plutôt d'adolescence. Une année, mon père a entrepris, au petit-déjeuner ( sur l' insistance de maman ) de nous raconter "sa" guerre, un peu chaque jour, comme un feuilleton, à mes sœurs et moi. Émigré russe étudiant à Paris, il s' était engagé "pour la durée de la guerre", a suivi une formation "accélérée du côté de Perpignan puis est "monté au front" et a été fait prisonnier en 1940, ensuite a passé 5 ans en camp de prisonniers en Allemagne avant de rentrer en juin 1945 et d' épouser maman, qu' il avait connue avant la guerre ( mais il la trouvait trop jeune ) et avec laquelle il avait correspondu pendant ses années de captivité. Mon père était un "taiseux" est-ce pour cela que ce récit nous a beaucoup intéressées, mes sœurs et moi, j' en ai gardé des "bribes"

  • C'est merveilleux d'avoir pu entendre ce récit et le transmettre aussi, certainement. De dures années de captivité. Ces hommes et ces hommes ont été courageux et ils ont su faire face.
    Bonne fin d'après-midi.

  • Comme tu l'écris, prendre parfois le temps, sans excuses, de vraiment réécouter les histoires qu'on connaît si bien, sans interrompre et en ayant l'air de découvrir.
    C'est ce qui passe avec de vieux voisins, mais il est vrai qu'à chaque fois il y a un fait, un détail dont ils n'avaient pas parlé avant. Ici c'est la guerre civile qui a laissé des traces, souvenirs qui renaissent à la vue des images.
    Bon dimanche Marie, un beso

  • Vraiment écouter. C'est vraiment cela !
    Bonne fin d'après-midi.

  • Ecouter, garder les liens, se sentir unis aux autres, c'est essentiel et source de joie et de vie

  • C'est important, le lien. On ne peut pas vivre sa petite vie sans se préoccuper des autres. Vous avez raison, c'est de l'empathie.
    Bonne fin d'après-midi.

  • Bonjour Marie,
    ce n'est pas toujours facile d'écouter lorsque l'on est jeune. On se dit : "Mais ces personnes radotent !" Mais savoir prendre son temps, sans interrompre .... Ecouter les souvenirs est une belle chose. Une fois les gens partis ... le livre se ferme. Alors là on regrette.
    Bon dimanche Marie

  • Quand il n'y a plus personne, c'est vrai, on se dit : "ah ! si j'avais su". Je rencontre des personnes âgées qui, en ce moment, sont très bouleversées par ce qui se passe. Cela fait remonter des blessures très profondes.
    Bonne fin d'après-midi.

  • Ecouter ça je sais faire j'ai été bénévole en maison de retraite ce fut une belle période de ma vie
    J'animais un atelier de mémoires de vie et vraiment c'était merveilleux avant que la Covid n'empêche le droit à continuer
    Merci pour ce billet merveilleux
    Oui si chacun accorder le temps d'écouter son prochain , la vie serait plus simple
    Bonne soirée

  • J'espère que vous pourrez reprendre cet atelier car, vraiment, cela devait être merveilleux pour toutes ces personnes de pouvoir parler à quelqu'un ! Il y a tant de solitude dans ces lieux !
    Bonne fin d'après-midi.

  • Oui tu as raison c'est important d'écouter. Parler est une thérapie quand on se sait écouter, ce que peu de gens savent faire aujourd'hui. Et pourtant que ça fait du bien et quel réconfort pour l'autre et même pour soi...Les personnes âgées ont tant de choses à nous apprendre, mais quand on est jeune souvent on ne prend pas le temps...Bonne fin de journée

  • Quand on est jeune, oui, on a de multiples occupations et parfois aussi des journées tellement remplies entre le travail, les enfants, la maison, etc. En fait, notre monde est fait de tant de solitudes.
    Bonne fin d'après-midi.

  • Quelle belle initiative d'écouter. J'aimais écouter ma voisine. C'est une transmission importante. Bises.

  • Oui, c'est très important. Pour la personne qui parle et se sait écoutée ; pour la personne qui écoute et ouvre son cœur.
    Bonne journée.

  • La guerre en Ukraine ravive des souvenirs à peine enfouis. La mère de mon mari, alsacienne, ne peut regarder les images de cet exode vers l'ouest, traumatisée petite fille par la même fuite. Elle en parle peu, d’où l'importance de notre écoute dans ces moments...

  • Je comprends tout à fait cette souffrance, d'autant plus que l'inquiétude pour l'avenir se fait de plus en plus précises.
    Merci pour ce partage.
    Bonne journée.

Écrire un commentaire

Optionnel