Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

avec la vieille dame - Page 2

  • Avec la vieille dame, écrivain sans réseau, escargots de nouveau.

    Peu à peu : Publié il y a maintenant presque trois ans, mon roman Avec la vieille dame, qui évoque le monde des aidants auprès des personnes âgées, continue, à mon grand étonnement, son petit chemin. Peu à peu. Lentement. Livre après livre. D’une certaine façon, je suis heureuse de cette discrétion, qui va tout à fait avec mon caractère. C’est certainement comme ça, je pense, pour tout écrivain qui n’a pas de réseau, qui ne connaît personne et que personne ne connaît. A part vous, mes chers lecteurs. Vous êtes mon premier réseau. Merci ! Quoique je ne sache pas du tout qui vient d'en commander à la Fnac...

    Escargots : Surprendre les escargots en arrivant à une heure inhabituelle au potager. Les coquins s’en donnent à cœur joie, çà et là. Donc, avant de cueillir des blettes, voilà qu’il faut cueillir les escargots et les apporter tous le plus loin possible, et le plus délicatement possible en ce qui concerne les bébés escargots, visiblement en train d’apprendre à goûter les feuilles d’artichauts.

    A lundi !

  • L’horizon de sa vie.

    Hier, long et chaleureux échange avec une lectrice d’Avec la vieille dame. C’est un bonheur, cela.
    Parler autour d’une tasse de café, c’est finalement se mettre à parler de soi-même et de toutes ces questions qui taraudent et font ruminer la tête en permanence. Questions au pluriel qu’on pourrait, j’en suis sûre, pour chacun, réunir en une seule, au singulier : comment prouver que je suis digne de cet amour que tu as refusé, toi ma mère, toi mon père, toi mon frère, toi ma sœur, toi mon enfant, toi… ?
    Ce n’est pas la bonne question car il n’y a pas de réponse à cette question-là qui induit un sentiment terrible de culpabilité, à savoir qu’on n’a pas fait ce qu’il fallait, qu’on a pas été capable de l’impossible, qu’on n’a pas été parfait.
    Et même si on la retourne dans l’autre sens, c’est une question qui paralyse. L’autre sens, ce serait : pourquoi n’as-tu pas perçu, et donc accepté, l’amour que je pouvais te donner ? Parce que même posée comme cela, il y a un fond de jugement qui induit qu’on peut classer les gens entre ceux qui sont « bien » et ceux qui ne le sont pas.
    Or, qu’est-ce qui est important ? Est-ce poser constamment la même question qui n’a pas de réponse et n’en aura jamais ? Ou n’est-ce pas plutôt d’être désormais dans l’horizon de sa vie et plus du tout dans les murs de sa vie ? La meilleure façon de naître à soi-même.