Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

CONTEMPLER / Liste de contemplation - Page 3

  • Parasols et maritimes.

    Du dessus de la falaise abrupte, à travers les troncs tordus dont les entrelacs dessinent un moucharabieh à ciel ouvert, on reste longtemps à regarder, en bas, la mer d’un bleu marine tout brasillant, ses écumes d’un blanc mousseux quand elles se frottent aux roches noires que des éclats de mica éclairent par ci par là, les graviers blonds de ses plages au sage ressac.

    Les écorces noires des pins sont profondément ridées. On peut ainsi bien s’y tenir pour contempler, sur la pointe des pieds. Certains pins sont assez droits et regardent le ciel. Signac en a peint de semblables. D’autres, pourtant dans le même voisinage, ont pris la courbure des vents marins pour se faufiler par-dessous par-dessus et regarder la mer. Ils lancent leurs houppiers pointus dans le vide vertigineux.

    Maritimes ou parasols, ils embaument déjà. Les cigales, encore tout enfouies dans la terre, sentent-elles aussi ce parfum qui leur signale qu’il fera bientôt assez chaud pour qu’elles puissent naître et que les pins les attendent fidèlement ?

  • Jaune.


    Jaune comme les forsythias admirables de ce bout de route qui rejoint la plage à l’église, sans qu’on comprenne pourquoi il y a plus de forsythias dans ces jardins-là qu’ailleurs sur le chemin de la promenade. Les fleurs ont la forme de ces petits nœuds dont on pourrait décorer les épaules de la nouvelle robe qu’on ferait porter à une fillette pour une visite dominicale.

    Jaune comme les pissenlits qui poussent là où il leur plaît de leur faire, et bien souvent entre deux pierres ou alors, pour les plus curieux, sur un talus qui offre une meilleure vue sur le monde. La vaillance des pissenlits n’est plus à démontrer. Leur éternité non plus. On a le souvenir de bouquets cueillis par des petites mains et offerts d’un fier bras tendu, mis dans des verres, les tiges parfois bien inégales mais la fleur toujours souriante.

    Jaune comme ces boutons d’or tout brillants de soleil dans le grand pré encore libre.

    Jaune comme la lumière de ce jour.

    Jaune.