Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

charles juliet

  • Moisson du tout début de février : dans le calme.


    Pétrir du pain à la main, le temps qu’il faut. Attendre qu’il pousse. Le pétrir à nouveau. Le façonner. Attendre qu’il pousse. Le faire cuire.

    Juste avant le chemin du Manteau, admirer un magnifique amandier en fleurs. Il est d’un blanc immaculé.

    Marcher très longtemps, dans le vent, le long de la mer et sur la plage.

    Au fur et à mesure de la journée organisée pour être la plus silencieuse possible, lire Pour plus de lumière, de Charles Juliet.

    Le soir, regarder toutes les oranges amères reçues en cadeau pour en faire de la marmelade : étalées sur la table, elles sont de multiples soleils.

  • Une phrase à méditer. Charles Juliet.


    Il y a quelques jours, on a parlé longuement avec une jeune femme qui commence à comprendre qu’elle a le droit de ne pas être parfaite et de ce fait elle s’autorise de temps en temps quelques non libérateurs.
    Justement hier soir, en lisant Le jour baisse, Journal X, 2009-2012 de cet immense écrivain et homme exceptionnel qu’est Charles Juliet, on a lu cette phrase :

    « Quand nous ne sommes plus en guerre contre nous-même, le gain d’énergie qui en résulte provoque un radical changement. »(1)

    C’est tout à fait vrai. Tout à fait juste.

    Bon week end à tous !




    Charles Juliet, Le jour baisse, Journal X, 2009-2012, P.O.L., p. 175