Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

pin maritime

  • Le parfum de la chaleur.


    A partir d’aujourd’hui, du moins c’est à partir d’aujourd’hui qu’on le remarque, les pins exhalent enfin le parfum de la chaleur. Et quand on marchera bientôt pieds nus dans la pinède, les pas crisseront dans le chant des cigales.



  • Marcher.


    De bon matin, préparer un petit sac à dos. Y ranger une bouteille d’eau, un sandwich, une pomme, quelques biscuits et le petit carnet.
    Mettre ses chaussures de marche, attraper ses bâtons.
    Partir.
    Longer la mer.
    Encore endormie, elle s’étire parfois en douces vagues qui semblent vouloir repousser à la fois le sable et le ciel.
    Marcher. Longtemps. Jusqu’au moment où on trouve un amer bien abrité, tout à la fois du vent et des regards.
    S’y installer.
    Boire et manger.
    Ecrire un poème.
    Regarder.
    Quelques oiseaux font crisser l’air et parfois les pins maritimes oscillent imperceptiblement et alors grincent.
    Quand on a fini de boire et de manger et que le poème est terminé, repartir dans l’autre sens pour rentrer, le sac à dos plus léger.