Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Que la vie rejaillisse en toi… »

Passer la soirée à se promener dans la correspondance d’Albert Camus et de Maria Casarès. Rencontre avec deux êtres si lumineux, si libres, et si féconds, qu’on les laissera sans doute pour toujours posés sur l’horizon, en ligne de mire.
L’élan vital de chacun s’est ajouté à celui de l’autre en une addition magique. « Que la vie rejaillisse en toi pendant toute l’année », lui souhaite-t-il dans sa dernière lettre du 30 décembre 1959 où il lui donne rendez-vous pour le mardi suivant ; « Je plie ton imperméable dans l’enveloppe et j’y joins tous les soleils du cœur. (…) Je suis si content de te revoir que je ris en t’écrivant. » On l’imagine, elle, ouvrant fébrilement la lettre et riant aussi en la lisant. Mais aucun peintre n’a saisi ce moment.


Commentaires

  • Il n'y a pas plus beau projet que de laisser la vie rejaillir en soi...
    Ce que je te souhaite pour cette journée qui commence (pour moi !).
    Bises.

  • Pas besoin de tableau... j'imagine bien. :)
    Merci pour ce partage.
    Passe une douce journée.

  • Reste plus qu'à faire parler notre imagination !!!
    Bonne journée, bisous, câlins

  • quelle belle grande histoire d'amour et de reciprocité.
    well.
    les mots sont ce que je me dis chaque jour
    bisous

  • merci,de nous donner l'envie de decouvrir cette correspondance.bonne apres midi

  • « Je plie ton imperméable dans l’enveloppe et j’y joins tous les soleils du cœur." C'est beau!
    Merci pour ce joli partage.

  • ce livre fait déjà partie de mes lectures futures
    les mots que vous avez relevé sont magnifiques d'amour, de ferveur et de grâce
    il y a parfois des personnages qui sont de véritables météores, ces deux là en faisaient partie

Écrire un commentaire

Optionnel