Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Passer la soirée avec Emilie.

Dans le dernier roman d’André Bucher, Un court instant de grâce, comment ne pas suivre passionnément cette histoire d’arbres convoités comme des objets de consommation sans avenir. Pourtant, ce qu’on retiendra, c’est le regard qu’un homme porte sur une femme. Sa mère, « une femme de soleil et de vent » (page 132). Au fur et à mesure des événements, il se met à la regarder autrement : ce n’est plus seulement sa mère, mais une personne à part entière. Au début du livre, il est un peu condescendant avec elle, comme on peut l’être avec ceux qui prennent de l’âge quand on est soi-même encore fort. Ce fils de trente ans a cru que c’était en quittant son hameau et en devenant le contraire de ce qu’étaient ses parents et ses grands-parents, qu’il était devenu lui-même. Il pensait que c’était logique de s’affirmer ainsi : s’affirmer contre. Mais c’est ainsi se définir en creux. Sa mère lui montre l’urgence de faire un choix de vie dans laquelle les contraintes sont fortes, oui, mais porteuses d’harmonie quand elles sont accompagnées d’un refus de la résignation. Emilie refuse les compromissions et s’acharne à « maintenir l’espoir, tout ce en quoi consistait le prix d’une existence. » (page 159).

Commentaires

  • Ce livre a l'air beau :)
    J'ai passé la soirée avec Darrow de Red Rising, ce n'est pas exactement le même genre littéraire :D

  • Merci pour votre visite. Je ne connais pas le livre dont vous parlez. Je vais me renseigner.
    Bon week end !

  • il n'y a pas de règles à cela, parfois il est nécessaire de renaître pour ne pas crever. une mère ne fait pas l'autre

  • Les mères sont toutes différentes mais elles ont un point commun : ce sont des mères.
    Merci pour votre visite et votre commentaire.
    Passez un bon week end.

  • Chaque individu a sa démarche personnelle. Il est souvent nécessaire de s'opposer pour s'affirmer. ça se fait plus ou moins tôt dans la vie. Parfois ça rend les parents malheureux. Ils ont l'impression de n'être plus aimés, juste supportés.

  • C'est effectivement si dur, parfois, de se trouver. C'est le travail de toute une vie pour certaines personnes.
    Merci pour ce commentaire.
    Bon week end.

  • Merci à toi. Bon week end !

  • Ca doit être très "fort"... Une mère que l'on voit enfin comme une femme. Pour un homme je pense que c'est plus difficile que pour une femme qui arrivera vite à voir sa mère "en femme", en femme qui n'a pas su, qui aurait dû, qui a tenu le cap, qui a failli, qui a perdu son mystère de maman, qui a donné des leçons qu'on n'attendait pas....

  • La relation à la mère est si complexe, effectivement. Il faut parfois un événement pour qu'on n'ose, de part et d'autre, exprimer un sentiment d'affection. C'est ainsi dans ce roman qui évoque aussi le sauvetage d'une forêt.
    Merci pour votre commentaire.
    Bon week end.

  • Merci, je note ce livre dans ma liste de livres à découvrir. Bonne fin de semaine !

  • Merci pour ce gentil commentaire. Bonne lecture et bon week end !

  • Se construire "contre" ou "comme" ceux qui nous précèdent, l'important il me semble, est d'être en harmonie avec son soi profond. L'on passe des années à se chercher, à l'extérieur, et puis on se rend compte qu'on était déjà là où il était bon d'être, il fallait parcourir tout ce chemin pour en prendre conscience... Ah, la vie !!! Je note ce titre, merci Séraphine. brigitte

  • Merci pour votre commentaire. C'est tout à fait cela, dans ce roman, pour ce jeune homme qui se rend compte que c'est sur la terre de son enfance qu'il est vraiment lui-même. Pour chacun, le chemin est long, je crois.
    Bon week end.

  • Bonjour Bonheur du Jour. C'est toujours un plaisir de vous lire. Je note la référence de ce livre. Vaste sujet que "L'affirmation de soi" !
    Bonne journée

  • Merci. Ne passe-t-on pas sa vie à apprendre à s'affirmer ? C'est une vaste question.
    Bon week end !

  • Merci pour ton commentaire.
    Bon week end !

  • et on re-écoute dame Anne la Sylvestre : "ma mère ou la vôtre, une sorcière comme les autres"...….

  • Et voilà. Comme quoi...
    Bon week end !

  • Je te le conseille. Il y a aussi une belle histoire à propos d''une forêt qu'il faut sauver de la convoitise d'exploiteurs.
    Bon week end !

  • j'ai énormément aimé ce roman et le personnage d'Emilie qui sort de sa torpeur pour se battre je vais bientôt le chroniquer

  • Je n'en reviens pas de vous avoir précédée, pour une fois, même si mon texte n'est pas à proprement parler une chronique littéraire.
    Bon week end.

  • que dire sans avoir lu ? dans la vie il faut parfois casser le miroir pour se voir tel qu'on est ...
    amitié .

  • C'est tout à fait cela. Dans ce roman, les deux personnages de la mère et du fils sont très intéressants dans ce sens-là : ils sont comme dans une prison et ils en cassent les parois. Et puis il y a aussi une belle histoire d'arbres à sauver !
    Bon week end.

  • comme toujours en ce qui me concerne, il y a le rapport avec les gens qui m'entourent qui me révèle à moi-même, me montrant mes limites de compréhension des "autres" mais ma quiétude, ma sérénité c'est en "nature" qu'elles me délivrent de tout ces "trop" que m'infligent certaines personnes ...
    tout roman est bon qui nous fait rencontrer les arbres ...
    amitié .

  • j'aime déjà son titre ; j'ai vu que des livres étaient disponibles à la médiathèque (j'y vais dans quelques jours) , j'en prendrai un. Bises automnales.

Écrire un commentaire

Optionnel