Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

La question du lundi : zéro sucre.

A la Médiathèque de Sanary, il y a toujours des tas de livres sur les tables. Posés comme ça, ils attendent et font parfois de petits clins d’œil. Ainsi de Zéro Sucre de Danièle Gerkens, dont on avait entendu parler. Cette journaliste a banni le sucre, non sans mal, de son alimentation, durant un an. Plus de biscuits, plus de gâteaux, plus de chocolat, mais surtout, surtout, plus de sucre caché, celui qu’on trouve dans les produits alimentaires industriels, ultra-transformés.
C’était très intéressant de lire ce livre et c’est toujours bien d’ouvrir son horizon à de nouvelles expériences parce qu'on apprend toujours - le passage sur la compote de pommes est très instructif. Mais… plus jamais de miel (on en consomme quotidiennement moins d’une cuillère à café par jour) ? ni de shortbreads, par exemple (on en fait une fois par an, au moment d’un tea-time entre copines) ? Ici, on n’est pas encore prêt pour ça.

Qu’en pensez-vous ?

Commentaires

  • je suis totalement contre ces genres de régime, ils sont la cause de manque nécessaire au bon fonctionnement du cerveau, qui induit toutes les réactions physiologiques ... En cas de problèmes particuliers il incombe aux services médicaux de prescrire le régime ad hoc ...
    je ne serai jamais prête pour ces extrêmes là !
    amitié légèrement sucrée ...

  • L'auteur a voulu surtout alerter sur la question du sucre. A la fin de son livre, après un an, elle fait le bilan et constate que le sucre n'est pas un "poison" comme on l'affirme trop souvent et elle choisit de continuer à en manger, sans excès bien sûr et surtout en évitant totalement les sucres cachés dans les produits industriels.

  • Je suis contre le zéro ceci, ou zéro cela, sauf en cas d'une pathologie bien précise. Notre organisme a aussi besoin de sucre et pourquoi diaboliser à tout prix un produit ? Ce sont les excès qui sont néfastes. Et puis, je ne consomme pas du tout de produits transformés, ni de sodas d'aucune sorte,

  • C'était en fait le but de la démonstration de l'auteur : après une année sans sucre, elle a constaté que le sucre faisait partie de notre alimentation et procurait tellement de plaisir qu'il était inutile de s'en passer. Par contre, elle a banni totalement les sucres cachés et de ce fait tous les produits industriels. Elle est devenue une sorte de flexitarienne du sucre !

  • Bonjour Marie, c'est l'industrie alimentaire qui a détruit (et continue à le faire), l'équilibre en sucre des humains.
    Comme souvent, on nous trompe en ciblant le sucre et pas celle qui en abuse, l'industrie,

    Vivre sans un morceau de chocolat avec le café du midi? Des frissons d'horreur me parcourent, hihihi. Je n'y songe même pas.

  • L'auteur, à la fin de son livre, conclue sur le fait qu'on ne peut pas se passer de sucre et que, surtout, elle n'en a pas envie. Elle va continuer à en manger mais elle a banni tous les produits industriels qui en contiennent trop. A ce sujet, elle indique d'ailleurs que c'est surtout au consommateur de prendre des décisions en refusant les aliments ultra-transformés.

  • Je n'ai rien contre un plaisir sucré de temsp en temps. Mais bannir le sucre du thé et des tisanes permet d'en boire des quantités sans problèmes.

  • J'ai lu et trouvé très intéressant ce livre mais de là à supprimer le sucre complètement...
    JE pense qu'il faut de la modération en touts choses.

  • C'est la conclusion à laquelle l'auteur arrive en fin de son livre : elle a banni le sucre durant un an puis va revenir à une consommation sans excès. Son projet était surtout d'alerter sur les sucres cachés dans les produits ultra-transformés qu'elle ne consommera plus. Son enquête est intéressante, je trouve. On apprend plein de choses.

  • Je n'ai pas lu ce livre, je ne permettrai donc pas de le critiquer, mais sur le fond j'avoue en avoir assez de toutes ces injonctions à bannir ceci ou cela, à se comporter complètement comme ci ou comme ça.
    Sans tomber dans le sucrier, je crois qu'un peu de sucre ne nuit pas et apporte du... sel dans la vie.
    Tiens, je vais aller croquer mon carré de chocolat 99% avec mon café du matin.
    Belle journée à vous, à tous.
    Je vous envoie mon sourire tout sucré.

  • Comme vous, je n'accepte pas les injonctions ! Toutefois, dans ce livre, l'auteur fait une expérience : est-il possible, pendant un an, de vivre sans sucre. Elle en conclue que non, parce que le sucre fait partie de l'alimentation et surtout de la convivialité et du plaisir de manger. Par contre, elle a banni de son alimentation tous les produits ultra-transformés qui contiennent trop trop trop de sucre caché et c'est cela qui est néfaste.

  • Le réduire oui, c'est d'ailleurs ce que je fais. Moins de sucre dans les gâteaux et crème, également dans les confitures que je fais. J'utilise également le Rapadura. Jamais de sucre dans le café, thé et tisanes mais par contre je caresse tous les matins ma tartine de miel maison.
    Une belle et douce journée à vous.

  • Je ne pourrais pas (sauf indication médicale évidemment), je suis particulièrement gourmande, épicuriens...:-)
    Bonne journée, à très bientôt
    Nelly

  • Les sucres cachés, j'aimerais pouvoir les bannir mais les autres sucres, pourquoi se punir ? Le sucre est nécessaire, il nous donne de l'énergie. Le miel est plus calorique que le sucre et il faut en mettre beaucoup moins. Par contre il contient des enzymes et plein d'oligo-éléments qui nous sont nécessaires. Je n'aime pas les gens dans l'excès, je pense que tout excès est mauvais dans un sens comme dans l'autre. mangeons du sucre mais... Raisonnablement (je ne prends plus de sucre dans mon café mis je prends du jus d'orange et du miel dans mon yaourt) Il y a aussi les sucres lents que fournissent pommes de terre, riz et pâtes, Quid de ceux-là ?

  • C'est bien dans ce sens-là que l'auteur a fait son expérience. Si elle a banni le sucre durant un an, elle en conclue que c'est surtout le sucre caché qu'il faut éviter et de ce fait elle a cessé de consommer des produits ultra-transformés. Elle est devenue une sorte de flexitarienne du sucre, en en consommant modérément et surtout, consciemment.

  • Je pense qu'il est souhaitable d'avoir un certain équilibre en tout: ni trop, ni trop peu. Ma mentalité ne me pousse pas aux choses un peu extrêmes. Disons que je fais attention, sans plus !

  • Même en cas de diabète de type 2, on mange encore des fruits... ou très peu de sucre et de façon très ciblée, chronométrée même. Zéro sucre (pendant un an) - je parle ici de l'expérience- je ne sais pas. Mieux vaut miser sur la consommation modérée. Ceci dit je ne suis pas un modèle. Et je devrais remplacer les sucrettes par de la stevia... (j'en ai).

    Un thé avec des shortbreads :-) ou des biscuits bretons...

  • C'est effectivement ainsi que l'auteur conclue son livre : une consommation modérée. Son expérience lui a surtout fait comprendre qu'il ne faut pas supprimer tout le sucre mais surtout les sucres cachés, ceux qu'on trouve dans les produits ultra-transformés. Sa conclusion est très raisonnable.

  • Sucre blanc, sucres cachés sont très mauvais pour la santé et à bannir !
    Le miel, les fruits, c'est trop bons... inutile d'être plus royaliste que le roi.
    Belle semaine Marie, bisous, câlins à tes Félins

  • Cela fait plusieurs années que j'ai remplacé le sucre par la Stevia Natura, pour raisons de santé, mais de là à consommer 0% de sucre, c'est trop compliqué. La compote de pommes est délicieuse sans sucre ajouté.

  • C’était une expérience très intéressante tentée par cette journaliste, qui a bien démontré les effets néfastes du sucre. Une lecture très instructive !

  • Sûrement intéressant mais je crois que je ne pourrais pas : je suis "un bec sucré" gâteaux, chocolats, confitures ...! Mais par contre je bois très bien café et thé sans sucre!

  • Nos grands parents sucraient leur café, consommaient du miel, de la confiture, mais ils avaient une alimentation totalement faite maison, pas de produits finis de l'industrie agroalimentaire. Et ils en étaient à une consommation de sucre en moyenne, 30 fois moins importante que la nôtre.
    Merci pour ta question du lundi Marie. Bises.

  • Et bien en fait, la journaliste en arrive à cette conclusion là après son expérience d'une année.... Ce qu'elle conclue de tout cela, c'est que ce sont les produits ultra-transformés consommés en grande quantité qui sont néfaste. Elle parle du NASH, d'ailleurs.

  • bannir quelque chose de sa vie, c'est comme bannir quelqu'un de sa vie......le prétexte peut être bon mais ça n'en reste pas moins une exclusion et ça je n'y suis pas prête du tout car mon leitmotiv c'est que 'tout a lieu d'être' afin de nous faire réfléchir pour nous faire progresser......tout est question d'équilibre, non? :-)

  • Comme vous avez raison ! La journaliste qui a fait cette expérience en arrive d'ailleurs à la même conclusion. Après un an sans sucre, elle y revient, mais en ayant pris conscience de l'existence de tous ces sucres cachés dans l'alimentation industrielle qu'elle ne consommera plus.

  • Oh le vaste sujet ... Gourmande comme l'était maman qui nous a transmis ce gène ... j'essaie de me déshabituer tant bien que mal de cette addiction mauvaise pour la santé et la ligne ...
    Mais, je pense qu'il est fort difficile de s'en passer totalement et pour toujours ... le mieux n'est-il pas de se faire confiance, de réduire au maximum, mais de se garder une part de plaisir pour les occasions ?
    Beaucoup savent déjà le faire ...
    Avec ça, il est évident qu'on cuisine soi-même au maximum ...
    Bises

  • Dans son livre, la journaliste explique qu'aimer le sucre n'est en fait pas une addiction, comme pour la drogue, par exemple. C'est très intéressant. Et elle conclue son année de "no sugar" par le fait qu'elle va continuer à en consommer, mais modérément, et surtout pas sous la forme des sucres cachés des produits ultra-transformés. Vive le fait maison !

  • Bonsoir, d'une façon générale, je suis plutôt pour la modération en tout et le sucre en fait partie ! En outre je suis contre les préceptes dirigistes, je pense que c'est à chacun de savoir ce qui lui convient ou pas, question de bon sens... Bonne semaine et merci de ta visite ! Shuki

  • Coucou, c'est drôle que tu publies ça car je lis justement en ce moment un livre nommé "zéro sucre", d'un autre auteur il me semble par contre! Je compte bien m'inspirer de ces principes sans tomber dans l’extrême : maintenir le petit carré de chocolat le soir et le bon dessert le dimanche, mais supprimer les sucres cachés ou "réflexes" : produits industriels, bonbon qu'on accepte par réflexe au travail, dessert médiocre parfois accepté juste par envie de sucré alors que je sais que je ne vais pas me régaler... Je pense quand même pouvoir réduire l'ensemble sans pour autant tomber dans l’extrême, on verra bien!

  • Il semble qu'il y ait une belle bibliographie maintenant sur ce sujet ! Je suis tombée sur ce livre par hasard, et l'auteur cite plusieurs autres auteurs qui ont fait cette expérience. A la fin de son livre, elle incite à une consommation modérée de sucre - et surtout plus jamais de sucre caché dans les produits ultra-transformés. Elle donne des recettes de cuisine, d'ailleurs, avec un faible taux de sucre. Mais elle finit par en remanger !

  • j'avais apprécié ce livre non pour le suivre à la lettre mais pour prendre un peu conscience de ce que l'on mange, d'envisager d'en diminuer certaines
    mais comme toujours je ne suis comme vous pas prête à me plier à des règles plus que contraignantes, je suis majoritairement végétarienne mais pas que, je diminue sucre et sel mais j'aime faire des entorses gourmandes la vie est trop courte pour être triste

  • Quand on a vu « sugarland » on comprend que le sucre est un enjeu économique mondial, et en même temps un génocide de masse...
    Mais bien sûr, il ne s'agit pas se bannir le miel ou les fruits, mais de réfléchir à la consommation effrénée de produits sucrés comme les sodas, qui ne sont absolument pas indispensables, et provoquent des pathologies très graves, dont l'obésité...
    On est, sur le plan alimentaire, complètement lobotomisés par les lobbys...
    •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

  • C'est bien sûr la conclusion à laquelle elle arrive. En effet, après un an sans sucre, elle recommence à en manger mais modérément, et surtout, en bannissant totalement les produits ultra-transformés. Elle incite à prendre conscience de leurs effets néfastes sur la santé, de revenir à la cuisine faite maison, bref, elle rappelle les principes de bases d'une alimentation saine.

  • Bonjour Bonheur du jour, le 0 sucre, ce n'est pas vraiment possible car tout est sucré à la base. Le trop sucré, c'est écoeurant. Il faut trouver un juste milieu. Limiter la consommation des produits alimentaires ultra-transformés quand on peut mais ce n'est pas toujours facile. Bonne journée.

  • il faut consommer de tout avec modération.. les zéro ceci ou cela sont des prétextes inutiles.

  • J'ai banni les aliments ultra-transformés ainsi que le sucre du café et du thé mais je ne pourrais pas me passer de mon chocolat et d'un petit plaisir sucré de temps en temps, de toute façon je suis trop gourmande pour me restreindre excessivement, j'essaie de trouver un juste milieu.
    Bon mardi.

  • Et c'est plein de bon sens ! D'ailleurs l'auteur de ce livre arrive à cette même conclusion. Après un an sans sucre, elle en consomme à nouveau mais très modérément. Par contre ce qu'elle a banni de son alimentation, ce sont les produits ultra-transformés.

  • Je suis plus salée que sucrée mais, il m'est impossible de me passer des douceurs gourmandes ! Alors tant que je peux ne pas m'en priver... Je me laisse aller !
    Bon après-midi Bonheur du Jour.

  • Je ne sucre pas... mais je mange du sucre dans les aliments qui en contiennent.
    Je ne crois pas que je pourrais m'en passer tout à fait.
    Passez une douce journée. Amitiés.

  • Ceci dit, j'ai souvent constaté que les personnes qui me disent "je ne suis pas sucre" boivent plus souvent des boissons alcoolisées que (moi) . Evidemment, l'alcool se transformant en sucre... En aouter n'est sans doute pas nécessaire. Ainsi, chez mes parents, il y avait très peu de boissons alcoolisées , quasiment jamais de vin, à peine un peu de bière de table (infecte o;) pour mon père... Donc, mes parents étaient plus sucrés. Et là, je tiens d'eux... Et je sais malgré tout que le sucre n'est pas bon...

  • Intéressant de découvrir où se cache le sucre. J'ai supprimé le chocolat et d'autres choses pour raison de santé. Plus de sucre dans mon infusion, ni dans le yaourt mais des fruits oui et les gâteaux oui, je les ai conservés.
    Bises, il pleut ..alors je prends un peu de temps pour Internet.

  • Pourquoi tomber dans un nouvel excès ? Peu de sucre, certainement, mais zéro sucre, sûrement pas : j'aime trop faire des pâtisseries-maison ! Mais je veille à diminuer les quantités de sucre, ce qui est tout un art d'ailleurs.

  • Je ne mange pas des kilos de sucre mais avec modération, oui! J'aime un peu de sucre dans mon café ou sur une tarte aux pommes.
    Belle soirée.

  • Je dirais de la modération en toute chose. Evitons les mauvais sucres, soyons vigilants mais ne nous privons pas de bon miel, des gâteaux maisons ou même ceux d'un artisan pâtissier...

  • Lorsque j'étais enfant le sucre c'était la vitalité et la santé.
    Comme la viande rouge d'ailleurs !
    Je me souviens de mon cousin adolescent qui étudiait avec le kilo de sucre en morceaux devant lui. Ma tante disait que c'était bon pour lui ....
    Bon sinon tout a bien changé. Je fais mon possible pour couper le sucre. Si je sucre je prends du sucre de canne ou du miel.

Écrire un commentaire

Optionnel