Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Ecrire et marcher.

Ecrire et marcher.

Comment pendant le confinement,
marcher le long de la mer
Mais
Aller plus loin comme il faut toujours le faire pour être au cœur de sa vie même
Ecrire
Mais
Sur un muret pendant des pauses de pas puisque l’heure ne compte pas
Fouler le sable enfin
Le faire glisser entre les doigts il colle un peu
S’approcher de la grève
Humer les algues
Saluer les vagues et les écouter donner des nouvelles depuis le temps
Le petit carnet est heureux lui aussi d’avoir pris un grand bol d’air
Et aurait même aimé, c’est certain, être mouillé de pluie comme les cheveux le furent lors du retour par le chemin des seringats, des jasmins, des acanthes et des lilas d’Espagne.



Commentaires

  • Beaucoup ne connaissent pas le lilas d'Espagne. Il y en a plein dans mon jardin, il prolifère au travers des murs, s'insinue partout pour son grand plaisir.

  • J'ai pensé à vous hier, chère Marie, en observant les acanthes
    dans le jardin : effectivement, elles s'épanouissent comme jamais,
    pourquoi ? Le mystère reste entier...

    Je n'ai pas encore foulé le sable où les galets de nos grèves,
    la bise des derniers jours n'est pas l'amie des pieds nus !
    Quant à nos cahiers et carnets, ils resteront un souvenir
    tangible de cette année étrange dans tous les sens du terme ...

    Belles promenades, proches ou plus lointaines,
    et haut les cœurs : la nature est si opulente !

  • Fouler le sable... ce ne sera pas pour tout de suite.
    Mais en tout cas, j'aime beaucoup vous imaginer pendant des pauses, à écrire... ici et là.
    Passez une douce journée.

  • Oui, aller plus loin, comme au cœur de sa vie..C'est un bien beau billet, un beau programme. On est bien chez toi!

  • J'imagine les Sablettes sans personne aux terrasses des restaurants... mais il y a sans doute déjà du monde sur la plage et dans le parc. Je m'y promène les pieds dans l'eau, avant de m'endormir. Le grand espace ouvert de la mer nous manque.
    Ciel d'azur sur Bruxelles, la consolation de ce confinement.

  • Je suis allée voir la mer jeudi, mais pas encore la permission de marcher sur la plage. C'est possible sur un certain nombre de plages à partir d'aujourd'hui. S'approcher de la mer était déjà un grand plaisir. Pas d'attestation, pas d'heure limite ... ouf.

  • Bonjour Marie. Je suis allée me promener au bord du Bassin, que je n'avais pas revu depuis deux mois et c'était bien agréable...

  • L'exubérance de certaines fleurs est jouissive, le printemps est un véritable festival.
    Hier, nous sommes allés mon époux et moi marcher à l'Almanarre, nous n'étions pas très nombreux et avons-eu aussi un petit brin de pluie. Après nous sommes allés à Carqueiranne, les criques de Font-brun étaient barricadées... J'avoue ne pas tout comprendre dans ce monde. Bel après midi à toi. brigitte

  • Je n'en suis pas sûre. En fait, ce que j'ai nommé le lilas d'Espagne est appelé ici la Pentecôte. C'est une jolie fleur rose qui ressemble, effectivement, à la valériane. Mais est-ce la même ? A voir....
    Bonne journée.

  • une jolie promenade avec de belles senteurs. Plaisir d'écrire face à la mer ...
    Je te suis avec plaisir. Bises

  • à défaut de "mer" j'arpente mon petit bois ... j'ai hâte de retrouver la sensation du sable sous les pieds ...
    amitié .

Écrire un commentaire

Optionnel