Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Commémoration.

Ceux de 14, de Maurice Genevoix, a dû être prêté à quelqu’un. Que celui ou celle qui se reconnaît ait l’amabilité de se faire connaître !

En fait, en repensant à la commémoration du 11 novembre, on a eu envie de reprendre Le grand troupeau, de Giono et Ceux de 14, de Maurice Genevoix parce qu’on avait comme une intuition à propos d’un mot, « départ ».

L’incipit de Le grand troupeau : « La nuit d’avant, on avait vu le grand départ de tous les hommes. »
L’incipit de Ceux de 14 : « L’ordre de départ est tombé comme un coup de tonnerre. »

En ce jour, penser à ceux qui sont partis ainsi pour la guerre de 14-18, si jeunes ; ceux qui n’en sont pas revenus ; ceux qui en sont revenus cruellement blessés, à jamais, et dans leurs corps et dans leurs cœurs. Les a-t-on écoutés ?

Commentaires

  • Hier faisant de la généalogie, tomber sur une date de décès, 24 août 1914, disparu...
    Une famille en deuil dès le premier mois., es premières semaines, les premiers jours...

  • nous avons ce devoir de mémoire.. les jeunes si loin de ces évènements tragiques. Quand on pense que pour certains De Gaulle, n'est qu'un bateau ,-(

  • Dans "Un jour", Genevoix écrivait : « Je peux mourir tranquille, j’aurai mon Paradis dans le cœur de ceux qui se souviendront. » (lu dans Le Monde ce matin) https://www.lemonde.fr/idees/article/2020/11/11/pantheon-c-est-du-cote-de-la-vie-que-maurice-genevoix-placait-son-energie-sa-sensibilite-et-sa-creativite_6059312_3232.html

  • Et le ciel aujourd'hui est tout gris et pleure un peu ces morts d'antan!
    Bonne journée

  • Cet après-midi, après deux ans d'atermoiements présidentiels,
    Maurice Genevoix entrera enfin au Panthéon !

    Tous "Ceux de 14" y seront célébrés à sa suite :
    c'est ce cortège d'âmes fortes que nous n'avions pas oublié,
    que nous continuons à chérir et que nos descendants
    devront honorer ... à condition que nous soyons capables
    de leur transmettre les récits de leur VAILLANCE !

  • Se souvenir d'eux et de leurs cruels destins à travers la relecture de ces ouvrages est un hommage à leur rendre.

  • Nous avons grandi au rythme des commémorations de 14-18, auxquelles étaient présents de nombreux anciens combattants. Cette guerre était assez présente à l'esprit de nos parents, qui y avaient eu droit aussi. Les rangs se sont clairsemés... et ils ont été remplacés par ceux de 40-45... eux aussi de plus en plus rares...
    Ils n'ont sans doute pas été écoutés... l'être humain n'aime sans doute pas tirer les leçons de ses erreurs. Dans un de mes anciens quartiers, j'allais parfois à la cérémonie des flambeaux, vers 17 heures, à la colonne du Congrès, rue Royale.
    Récemment, je me suis promenée dans un cimetière militaire français, en Belgique. Il y avait quelques tombes de 14-18, dont un médecin major mort après le 11 novembre... vers le 25... de la grippe espagnole ? Ou à la suite de blessures ? Je ne sais pas...
    Le cimetière est surtout rempli de victimes de la bataille de Gembloux, qui freina un peu l'avancée allemande (disons d'un jour) les 14, 15 mai 1940 il y a surtout des victimes d'origine marocaine, algérienne, tunisienne... les pauvres...
    Le 11 novembre est un curieux jour...
    Surtout cette année, qui voit la prolongation du congé d'automne pour cause de Covid...

  • C'est une époque qui m'intéresse énormément. Pas tellement les batailles, mais cette entrée en guerre absolument hallucinante (rien que par le jeu des alliances...) et ses conséquences...
    Et puis certains récits sont extraordinaires... chez nous, par exemple, celui de l'abbé Froidure (qui aurait dû mourir au moins 10x...) cantonné dans l'Yser (tout ce qui restait, en Belgique...) puis a résisté en 40-45 (Et déporté) et survécu à tout... en fondant une oeuvre d'aide aux démunis et d'insertion sociale et professionnelle... sans compter les plaines de jour...

    Me voici bien loin de Maurice Genevoix. Hum. Que je n'ai pas lu...

  • "Tu n'en reviendras pas toi qui courais les filles
    Jeune homme dont j'ai vu battre le cœur à nu
    Quand j'ai déchiré ta chemise et toi non plus
    Tu n'en reviendras pas vieux joueur de manille..." Louis Aragon
    repris par Léo Ferré dans sa belle époque :
    https://www.youtube.com/watch?v=oe62VKNA2Pk

  • Mémoire bien présente chez nous, avec le frère de ma grand mère disparu sur le champ de bataille à 25 ans. Pas de corps, pas de tombe. Une inscription sur le monument aux morts du village, avec une dizaine de ses compagnons...ce qui fait beaucoup pour un village de 150 âmes à l'époque. Presque toute la jeunesse du village a été fauchée, privée de sa vie.
    Merci Marie .

  • je vais lire cet écrit de Genevoix, il ne faut pas oublier ; et j'espère que ce livre te sera rendu.
    Le beau père de ma soeur était un de ces soldats de la fin de la deuxième guerre mondiale embrigadé à 15/16 ans. Bises

  • il n'y a plus de survivants à ce jour, seules restent les tombes pour nous en parler aussi nous devons-nous de perpétuer la mémoire de tous ces hommes et de leurs familles pour que rien ne s'oublie
    amitié .

  • Genevoix est un homme rare, un humanisme et une grandeur d'âme extraordinaire
    j'ai beaucoup aimé le livre de Michel Bernard Pour Genevoix

  • Se souvenir est important. Au Canada je portais (comme la plupart des gens) un coquelicot sur le col de mon manteau tout le mois de Novembre.

  • Je me souviens avoir lu, il y a bien longtemps, les Croix de bois, de Roland Dorgelès. Le Genevoix fera partie de mes lectures de cet hiver.
    Un frère de ma grand-mère est mort quelque part, en 17, à 20 ans.
    Mon grand-père maternel est revenu gazé.
    Mon grand-père paternel est revenu sourd.

  • Des livres que j'ai bien envie de lire, merci de nous en parler

Écrire un commentaire

Optionnel