Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

La question du lundi : Je fais ma part.


Il faut toujours, dans la vie, reconnaître tout ce qu’on doit à tout un tas de gens qu’on croise soit en vrai soit par l’intermédiaire de livres, de musiques, de conférences, de peintures, de sculptures … Ainsi, de Pierre Rabhi.
Il donnait des ailes alors que tant d’autres personnes coupent les ailes.
Je ne l’ai jamais rencontré personnellement, mais je lui dois beaucoup car c’est à lui que je dois d’avoir lu cette belle légende du colibri et d’avoir cessé d’être soumise à tout ce que je pouvais entendre de négatif et de décourageant : « c’est pas la peine », « de toute façon ça sert à rien », « c’est une goutte d’eau ! », "c'est foutu !", etc etc etc.
Et d’avoir compris, oui, que un plus un plus un plus un plus un plus un…. cela fera un jour beaucoup et ce jour viendra, c’est certain.

En hommage à Pierre Rabhi qui s’en est allé au paradis des colibris et autres vivants libres et courageux, je continuerai à faire ma part. Pas toujours facile, mais penser comme un colibri, c’est déjà pas mal !

D’où la question du lundi : et vous, qu’en pensez-vous ?

Commentaires

  • j'adhère totalement!
    petite goutte par petite goutte
    petit pas par petit pas
    main tendue au lien de la laisser dans son dos

    rien n'est inutile
    peu à peu , pas à pas et surtout pas de culpabilisation on ne peut faire tout mais un peu déjà c'est mieux que rien

    bonne semaine
    et vous Marie vous faites une sacré part(ça équilibre avec moi :) !!!!!!!!!!!! )

  • Pierre Rabhi, un homme, une personne qu'on voudrait être. Merci de lui rendre hommage.
    Bien sûr qu'il faut faire sa part: j'y pense souvent quand je me réveille dans une ville où à 5-6h les éboueurs, puis les conducteurs de bus et trams, les policiers, maîtres d'école, femmes de ménage etc...bref tous ces colibris se mettent en route et permettent à la ville de fonctionner.
    Bon lundi Marie,

  • bien d'accord avec le texte de ce jour et les 2 commentaires déjà écrits. Le colibri, j' y pense chaque jour et chacun fait sa part selon ce qu' il PEUT faire ( toi aussi, Barbara, par tes prières et tes gestes d'amitié ). Bonne journée à tous les colibris et autres oiseaux

  • Vraiment une très belle personne et c'est vrai ce sont les petits gestes qui
    font les grandes rivières.
    Très belle journée

  • chaque humain doit faire un effort à son petit nouveau, c'est ainsi que l'on construit une société

  • Je n'ai jamais eu l'occasion non plus de le croiser mais son colibri a fait des émules. Cela fait des années que je fais ma part, je l'avais dit à un jeune collègue qui me faisait la "leçon" lorsque je travaillais encore. Je me souviens au tout début du recyclage des déchets, être partie faire mes courses en ville avec la malle pleine de cartons, bouteilles en verre et autre parce qu'à l'époque il n'y avait rien dans mon petit village et qu'on ne trouvait des bennes que sur les parkings des grandes surfaces...Je fais ma part depuis longtemps en consommant local, en bannissant le sur emballage, ect...mais malheureusement il faut aussi que nos politiques s'engagent, sinon notre part, à part de nous faire plaisir, d'éduquer nos enfants et à présent nos petits-enfants pour leur montrer l'exemple, ne changera rien à l'évolution négative de notre monde...Belle semaine

  • J'ignorais son décès..;
    Oui, on fait notre part, mais j'avoue mal supporter ceux qui fichent en l'air nos efforts par leur négligence. ^_^

  • Quand je suis devenue végétarienne , puis végétalienne et bénévole dans une association de protection animale, c'est aussi pour"faire ma part" contre la souffrance animale , On ne peut pas se contenter effectivement de constater sans rien faire . Et depuis au cours de ces combats j'ai rencontré beaucoup de colibris et de belles personnes .
    Bonne journée!

  • mes parents étaient déjà de grands "fan" de Pierre Rabhi dans les années 1970, je l'ai beaucoup vu à cette époque-là, le temps des vacances en Ardèche, chaque été.

  • Oui.je partage cet engagement personnel. Ce n'est jamais inutile. Partager cet effort commun est bienfaisant.
    Bises

  • J'avoue que je connaissais très peu Pierre Rabhi, mais la légende du colibri empruntée à une légende amérindienne, est vraiment magnifique !
    Il faut donc comme le colibri faire sa part, à fore de de mettre des gouttes dans un verre on finira par avoir de l'eau à boire !
    Belle journée

  • Reconnaissance envers Pierre Rabhi que j'aimais entendre parler et qui avait le sens des titres messages : "Graines de possibles", "Terre-Mère, Homicide volontaire ?", "Vers la sobriété heureuse".... Continuons à ensemencer le champ du possible.
    Bonne semaine, Marie.

  • Je suis persuadée qu'il a été bien accueilli au paradis des colibris.... c'était une belle figure de la sérénité et du respect... belle journée à toi.

  • Oui, chacun fait sa part, avec ce qu'il a.
    ET Mère Térésa avant Pierre disait: "Nous réalisons que ce que nous accomplissons n'est qu'une goutte dans l'océan. Mais si cette goutte n'existait pas dans l'océan, elle manquerait."
    Très bel article, merci!

  • J'avoue qu'avant de lire la question du lundi, il m'a fallu d'abord me documenter sur l'histoire du colibri et de ses gouttes d'eau. C'est fait. Évidemment, cela tombe sous le sens... faire sa part, comme on peut, du mieux qu'on peut.

  • Chaque petit geste n'est pas impossible, partage, soutien entre beaucoup d'autres choses, voilà qui apporte un peu de bonheur à autrui.
    Bon lundi Bonheur du jour

  • C'est un très joli hommage. Merci à toi, et, grâce à toi, ce soir, je pense comme un colibri moi aussi.

  • Bonjour. Je fuis les grincheux. Mais bon... dans mon travail, j'en rencontre un tas. Ils se plaignent de tout, rien ne va, c'est toujours de la faute des autres, de la société, etc. Ce matin, encore un. Un vrai, un super grincheux, un grincheux de compétition. Quand il eu fini de se plaindre de son médecin, de l'état du marché du travail, du fait qu'il ne pouvait plus faire de sport comme avant, que patati mais surtout patata.... je lui ai demandé: "et vous, que pouvez-vous faire pour changer tout cela?'". Il y a eu un grand silence. J'ai donc dessiné un rond sur une feuille et dans le rond, j'ai mis ses initiales et ensuite, j'ai fait partir des flèches du rond vers l'extérieur et je lui ai dit: "C'est cela que vous devez faire, vous tourner vers l'extérieur et trouver des solutions. Et ne pas toujours voir les flèches qui viennent de l'extérieur vers vous". Je ne sais pas s'il a compris. On verra pour la suite. Donc ce matin, j'ai fait un petit peu de ma part. Belle semaine.

  • Merveilleux hommage Marie à Pierre Rabhi avec l'histoire de son colibri !
    Je l'ai vu plusieurs fois en conférence, la première il y a bien longtemps. I
    Petit bonhomme chétif et discret, il a ouvert une voie ...qui devrait être un boulevard maintenant avec notre planète qui va si mal.
    Mais nos politiques semblent sourds et aveugles....
    Grand Merci Marie de parler de lui ici.

  • un grand Monsieur nous a quittés et j'espère que ses préceptes ne seront pas perdus.

  • Je partage votre avis. D'abord c'était un grand bonhomme, un être éclairé qui a dit tellement de choses censées.
    Oui à chacun de faire sa part. Il y a tellement à faire !

  • faire sa part oui j'adhère à ça : faire sa part anonymement, petitement, simplement sans annonce et sans éclat mais être certaine d'être à ma place et de jouer ma petite partition dans un monde en folie parfois

  • L’histoire du colibri , j’essaie de la faire mienne, et je la pense efficace à une petite échelle. Néanmoins la vraie efficacité serait politique et mondiale, et en ce sens le s conséquences du confinement lié au Covid sur la nature, la pollution…à été parlant. Reste à savoir au quotidien et à plus grande échelle quels seraient les choix à faire pour un résultat conséquent. Et accepterions nous les contraintes induites par ces choix? J’admirais l’humilité de Pierre Rabhi et surtout qu’il vivait réellement ce qu’il professait.

  • Oui, j'adhère à la théorie du colibri, et j'essaie toujours d'apporter ma goutte d'eau, d'être bienveillante et à l'écoute, de féliciter et encourager, de remercier ceux qui m'ont aidée. Bonne journée

Écrire un commentaire

Optionnel