Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Au-delà ce qu’on a perdu.

Quand arrive une catastrophe dans une vie, on tombe, et c’est normal parce que c’est aussi dans le corps que les émotions se ressentent. Au moment d’un deuil, par exemple ou de l’une de ces morts quotidiennes que nous vivons tous, maladies, séparations, pertes d’emplois, injustices, on ressent comme un trou béant à l’intérieur de soi : tout s’est écroulé, pulvérisé par ce qui vient de se passer, ouvert aux quatre vents ; de même, l’espace autour de ce qui reste de notre corps est vide puisqu’il n’y a plus de main à tenir ni de joues à caresser ni même de voix à entendre ou de cadeau à faire, voire plus rien à faire, on se sent plus rien du tout. On est perdu dans un lieu obscur et on a beau tendre les bras devant soi, on n’arrive pas à toucher quoi que ce soit pour se repérer et on a beau ouvrir le plus grand possible les yeux, on ne voit rien que le noir.

Et puis, c’est la vie qui gagne, comme elle gagne toujours un jour ou l’autre. Le sang n’a pas cessé de circuler, ni le cœur de battre, ni la peau de ressentir et d’ailleurs, justement, on sent le vent à nouveau, on remarque qu’il est doux, presque chaud et même joueur avec quelques mèches de cheveux. C’est la mécanique de la vie. Il faudra du temps pour se relever car la catastrophe a rouillé et les membres et l’âme. Ce sera douloureux. On y arrivera. On y arrive. Toujours. Il faut persévérer. On persévère.

Après, on vit. Autrement. C’est une sorte de résurrection, diraient certains. On n’est plus le même. Rien n’est plus pareil. Certains lieux ou certaines choses n’ont plus le même goût ; peut-être même plus de goût. Mais il y a d’autres lieux, d’autres choses. Revient aussi ce qui a toujours été et sur lequel on s’est toujours appuyé : le risque de vivre pleinement qui, somme toute, est un magnifique paysage avec des creux et des bosses, des pleins et des vides, des déserts et des jungles, des petits chemins et de grandes avenues, des hivers rudes et des étés jouissifs, des plages de sable et de hautes falaises, des petits fossés où coassent des grenouilles et d’impressionnants abîmes vertigineux, des petits rus chantants et des torrents impétueux, des habitudes de toujours et de nouvelles façons de faire totalement imprévues, des arbres isolés au milieu d’un champ ou au bord d’un chemin et des grandes forêts merveilleuses où fleurissent des violettes, des rires et des larmes, des fleurs aussi et des fleurs et des fleurs dans les bois, dans des pots, dans des vases, Mozart qui ne fut jamais la proie du désespoir et Barbara et sa plus belle histoire d’amour et le temps qui ne se rattrape plus, et tous ces gens qui vont et viennent, ceux qu’on a connus, ceux qu’on connait, ceux qu’on connaîtra.

C’est le sens de la vie.

Regarder au-delà.

Au-delà de ce qu’on a perdu.

Commentaires

  • comme c' est beau et vrai, ce que tu écris là, Marie ( comme dans tes livres ), je ne peux m' empêcher de me questionner sur ce texte AUJOURD'HUI, as-tu perdu un être cher ou es-tu de nouveau malade ? Je pense très fort à toi.

    Et si c' est seulement pour accompagner et aider ceux qui sont dans la peine, merci pour eux !

    ps : j' aime beaucoup cette chanson de Barbara, d'ailleurs je l' ai citée à mes enfants pendant le confinement et la tristesse de ne pas se voir

  • Merci, chère Irène. Je t'ai répondu en message privé.
    Bon dimanche !

  • Merci, chère Barbara.
    Bon dimanche !

  • bon dimanche Marie et merci ♥

  • « Il est des moments où il faudrait oublier les vieux espoirs
    et s’en créer de nouveaux » : la phrase de Schiller
    qui m’inspire depuis peu, entre en résonance
    avec votre beau texte du jour, chère Marie !

    L’ entraide affective est une source que nous avons tendance
    à négliger, par timidité, par fierté peut-être…
    et pourtant, quelle joie de ressentir la chaleur du soutien
    reçu ou dispensé !

    Regarder au-delà, dites-vous : l’horizon, en effet,
    n’est pas constitué d’ombre mais de points de lumière…

  • Merci, chère FIorenza, pour ce beau commentaire. Je sais que vous regardez l'horizon qui, en plus, est très beau chez vous.
    Bon dimanche.

  • Merci, chère Chêne vert. C'est très gentil.
    Bon dimanche !

  • C'est dit de manière tellement belle et vrai que je ne peux rien dire de plus. La vie continue mais nous ne sommes plus les mêmes et nous ne voyons plus les choses de la même façon...bonne fin de semaine

  • Merci, chère Manou. Les épreuves nous changent et même si plus rien n'est pareil, comme vous le dites, la vie continue.
    Bon dimanche !

  • Merci Marie pour ce texte magnifique ! Il va rejoindre les textes gardés précieusement dans un cahier que je relis de temps en temps et que je partage à l'occasion.

  • Merci, chère Andrée. Je suis contente que ce texte puisse t'aider et il ne faut pas hésiter à le partager avec d'autres si tu penses que cela peut les aider.
    Bon dimanche.

  • Il y a des moments de grand découragement, une vacuité que l'on ne sait plus combler, Il est parfois difficile de repartir, d'y croire à nouveau... mais la vie sait finalement nous consoler pour autant que l'élan n'est pas définitivement brisé. Merci pour ce beau texte!

  • Merci, chère Gine. Pour reprendre le cours de la vie, c'est parfois long, oui ; toujours douloureux comme si on avait des bleus partout. Mais on avance. Les fleurs aident, n'est-ce pas ?
    Bon dimanche.

  • Merci, chère Dodovanille. Recevez toutes mes amitiés du Var.
    Bon dimanche.

  • Merci, chère Claudeleloire. Oui, la vie ! Envers et contre tout.
    Bon dimanche.

  • Il est tellement vrai ce premier paragraphe, les larmes roulent Marie, merci Marie parce qu'il faut les évacuer. Je vous souhaite un bon weekend. Merci pour ce message d'espèrance.

  • Merci, chère Namaste, d'avoir laissé ce commentaire. Je pense à vous.
    Bon dimanche, peut-être auprès des abeilles.

  • J'aime bien votre texte. Tout passe. C'est l'impermanence des choses qui nous permet ausi de nous transformer.

  • Merci, cher Daniel. Tout passe, mais la vie reste.
    Bon dimanche.

  • Merci à vous, chère Martine.
    Bon dimanche.

  • Quel texte magnifique !! Tu es vraiment un écrivain inspiré, car outre la beauté des phrases le message est merveilleux de vérité et de force...
    Il n'y a que sur les noms que je tique, car cela devient une affaire de sensibilité plus personnelle : je ne suis pas sûre que Mozart n'ai jamais ressenti le désespoir ! Et Barbara me flanquerait plutôt le cafard, malgré ma conviction qu'elle a chanté de magnifiques chansons... (mais je ne connais pas bien "ma plus belle histoire d'amour").

  • Merci, chère Mayalila, pour ce mot gentil. Je le crois profondément, que Mozart n'a jamais été la proie du désespoir ; sa musique me le dit à chaque fois. Quant à Barbara, elle était drôle et elle aimait la vie. Ses chansons m'aident bien souvent.
    Bon dimanche !

  • Des moments difficiles et douloureux que nous avons tous à traverser au cours d'une vie.
    Très beaux texte, merci.
    Bonne journée

  • Merci, chère Pascale.
    Bon dimanche !

  • Merci, chère Dominique.
    Bon dimanche.

  • Ce que vous écrivez aujourd'hui est d'une grande justesse ; il faudrait le relire dans les moments où le découragement nous submerge.

  • Merci, chère Aifelle, pour ces mots gentils.
    Bon lundi.

  • Presque tout le monde, a connu ces moments délétères qui bousculent la vie, mais heureusement le temps passe sa grande gomme sur tout et on peut continuer plus ou moins bien, si on a garder dans le coeur cette petite fille espérance dont nous parlait Bernanos.
    Bon courage à toi si ces moments sont pour le moments présents dans ta vie

  • Merci, chère Livia. Ces moments ne sont pas spécialement présents dans ma vie en ce moment mais comme tout le monde ma vie connaît des hauts et des bas, surtout quand on avance en âge.
    Bon lundi !

  • Je viens d'apprendre une affreuse nouvelle pour des gens que je connais : la perte de leur fils brutale. Et je lis ce texte qui m'apaise. Je vais le lire, et le relire à nouveau .... Merci c'est vraiment bien dit.

  • :(

  • C'est moi, chère Mel, qui vous remercie de venir me lire ici et je suis heureuse de vous proposer ce texte dans lequel puiser.
    Bon lundi.

  • TOUS, oui, TOUS, nous vivons moments terribles. Le temps ne gomme rien, mais notre regard est différent. Je me souviens d'une phrase de l'actrice Meryl Streep d'une grande justesse: "après une brulure, on cicatrise, mais la peau n'est plus jamais la même ensuite". Je l'ai vérifié......

  • Merci, chère Anne, pour cette citation. Nos vies sont pleines de cicatrices.
    Bon lundi.

  • C'est tellement vrai et joliment écrit et pourtant ce vide paraît insurmontable quand on le vit.
    Merci pour ce texte que je garde précieusement

  • Merci à vous, chère PlaisiretEquilibre, de trouver du réconfort dans ce texte.
    Bon lundi !

  • Tres beau texte . Mais pas toujours facile de revenir du malheur.
    Belle soirée à vous

  • Pas toujours facile, chère Zoé, effectivement. Mais comment faire autrement que de vivre avec son chagrin, de continuer à aimer, à respirer, à caresser des chats, à en sauver d'autres, à s'opposer à toute forme de violence et d'indignité ?
    Bon lundi.

  • C'est très vrai. Tout le monde traverse des épreuves douloureuses, seul ou à deux. Perdre son emploi. Perdre son amour. Perdre un proche. L'accident, le diagnostic d'une maladie, le "grain de sable" qui bouleverse tout en une fraction de seconde. Ces moments-là font partie de la vie, ils s'abattent sur nous, un jour, c'est le lot de chacun.
    La question est: que se passe-t-il ensuite? Comment fait-on pour surmonter l'adversité?
    Il faut savoir une chose essentielle : les jours heureux sont faciles à vivre, ce sont les jours difficiles, ceux qui vous broient le cœur et les os, qui nous définissent. Et la façon dont on y résiste, dont on les digère, dont on les surmonte, c'est ce qui nous construit.
    Voilà 28 ans que je partage la vie d'un homme qu'une maladie progressivement invalidante, très invalidante, a frappé 3 ans après notre rencontre.
    Alors, évidemment la vie n'a jamais plus été pareille à celle, si facile, du temps de l'insouciance. Mais nous deux, ensemble, nous avons appris, nous avons grandi. J 'ai appris. J'ai grandi. J'ai découvert que j'avais en moi des capacités et des forces dont je ne soupçonnais pas l'existence, et que tous les défis peuvent être relevés, et qu'il est primordial, devant chaque événement négatif de notre vie, de se souvenir de cette capacité qui est la nôtre d'apprendre et de grandir.
    Alors oui, il y a la maladie, la perte, la souffrance, les difficultés immenses, la tentation du découragement, la tristesse et l'angoisse, il y a les choses, les situations sur lesquelles on trace une croix, et c'est définitif. Mais on apprend, au fil des jours, des mois, des années, que chaque jour qui passe est précieux, unique, irremplaçable, on apprend à se focaliser sur le bon plutôt que sur le mauvais, on comprend que le bonheur est dans la plus petite chose au moment où elle passe, qu'il faut avant tout compter sur soi-même, on apprend à se connaître en profondeur et on se découvre plutôt sympathique. On change de regard. On change de vie. On se découvre un goût absolu pour la vie.

    En fait, on apprend que, quoiqu'il survienne de tragique dans une vie, on porte en soi tout ce dont on a besoin pour tout surmonter. Absolument tout. J'en témoigne.

    Merci pour ce beau billet.
    Amitié ♥

  • merci à toi pour ce très beau témoignage ! merci. Je pense à vous 2

  • merci pour ce témoignage
    bon courage à tous les 2 mais ensemble plus forts

  • Merci, chère Baladine, pour ce commentaire si poignant et si inspirant. C'est un hymne à la vie.
    Bon lundi.

  • Rien n'est facile. Merci, chère Capucyne, pour ce commentaire.
    Bon lundi.

  • Je ressens une telle émotion à la lecture de votre texte...j'en ai la gorge nouée, pour une fois, mes pensées vous accompagneront en silence... Merci pour cette force souriante et grave que vous nous transmettez, Marie et merci aussi pour les témoignages partagés. Nous ne sommes pas complètement seuls/seules..

  • Merci encore une fois, chère Nastagio, pour votre fidélité et votre soutien. Il y a comme une communauté sur ce blog, de personnes qui savent combien la vie est tout autant précieuse que fragile.
    Bon lundi madrilène.

  • C'est très juste et c'est la vie qui est ainsi !! Ton texte est vraiment très beau !
    Je te souhaite un bon week-end. Bisous

  • Merci, chère Kekeli, pour ce gentil compliment.
    Bon lundi.

  • Merci, chère Jill Bill, d'être venue par ici et d'avoir laissé ce gentil commentaire.
    Bon lundi.

  • Magnifique texte qui a une résonnance toute particulière pour moi aujourd'hui et qui me laisse entrevoir des jours meilleurs, un renouveau en quelque sorte. Je vais m'accrocher à tes mots qui me semblent avoir été dictés par du vécu.

  • Merci, chère Chinou, pour tous ces mots gentils. Nous vivons tous des moments magiques comme d'autres si douloureux. Avec le temps, nous savons que rien n'est jamais acquis et qu'il faut parfois apprendre à vivre autrement ; mais c'est aussi une façon de vivre.
    Bon lundi.

  • Bonjour,un texte émouvant ,qui me parle ,c'est qu'après la mort d'êtres chers ,il est difficile de vivre ,il faut essayer de faire des choses qui occupent l'esprit pour oublier les pensées tristes ,mais pas évident ,la vie est une dure lutte ,certains(nes) y arrivent ,d'autres pas ...douce journée ..

  • Merci, chère Faustine, pour ce commentaire. Nous connaissons tous un jour ou l'autre une perte cruelle. Il appartient à chacun de choisir ensuite comment poursuivre son chemin car je pense que si nous vivons, nous avons un chemin. On ne le connaît pas toujours tout de suite ; il faut accepter d'aller vers l'inconnu.
    Bon lundi.

  • C'est exactement cela… après une perte je tombe dans un grand trou noir où je risque de me noyer au milieu de mes larmes. Puis lentement, la vie vient m'aider à remonter vers la lumière.
    Malheureusement trop de fois déjà ce trou est venu me happer, et pourtant l'amour de la vie est à chaque fois au rendez-vous.
    Croire en l'amour de la vie.

  • Merci, chère Angedra, pour ce commentaire. Avec l'âge qui avance, on tombe bien souvent dans ces trous que vous évoquez. On a l'impression que cette fois-là, on n'arrivera pas à remonter la pente. Et puis, si, peu à peu, doucement, douloureusement, on reprend son souffle. C'est ce que j'ai voulu montrer dans mon livre, Aussitôt que la vie : tomber, se relever.
    Bon lundi.

  • Bonjour Marie,
    Tout ce que tu dis est beau, vrai et douloureux.
    La maladie, la perte, la mort tout ceci est difficile à vivre. On se sent si malheureux .... Gardez espoir pour des jours meilleurs, réapprendre à vivre.
    Mais les cicatrises malgré le sourire revenu sont toujours là

  • Merci, chère Petits Bonheurs, pour ce commentaire. Comme je le disais plus haut, nos vies sont pleines de cicatrices qui racontent tout ce que nous avons vécu, la souffrance comme l'amour.
    Bon lundi.

  • Merci de tout coeur Bonheur du jour pour votre merveilleux et si vrai texte. Il me touche beaucoup.
    Doux week-end

  • Merci, chère Denise pour ce commentaire si gentil.
    Bon lundi.

  • très beau texte avec une chute superbe que je retiens. Merci encore pour vos partages de mots merveilleux

  • Merci, chère Sedna, pour votre fidélité et votre soutien.
    Bon lundi.

  • C'est normal de sentir un grand vide quand on perd quelqu'un ou quelque chose. Ensuite, les heures et les jours passant, on remplit son nouveau moi avec des choses et le vide se remplit aussi. Bon week end.

  • Merci, chère Elisabeth. C'est un grand signe de confiance en la vie que de continuer à avancer, en découvrant d'autres choses, d'autres personnes.
    Bon lundi.

  • Parfois on change juste un verbe : ce qu'on a perdu devient ce qu'on a donné. Alors la beauté revient et oui, la vie gagne. Douces pensées pour toi, Marie.

  • Nous sommes très riches de tout ce qu'on a donné et il faut toujours s'appuyer sur le bon.
    Bon lundi !

  • texte émouvant, rien n'est permanent dans la vie et tout peut basculer d'un moment à l'autre puis on s'adapte différemment : heureusement qu'il reste les souvenirs.
    Bonne soirée

  • Merci, chère Eki Eder pour ce commentaire. Oui, rien n'est jamais acquis.
    Bon lundi !

  • Quand ce vide bouscule, renverse notre monde, il reste à être dans l'oeil de la tourmente. Nous sommes toujours vivants et mourir ne servirait à rien . Notre vie est ici. Même si l'on se sent seul, quelque part d'autres nous aiment.
    Je t'embrasse.

  • C'est une très jolie expression que celle de rester dans l'oeil de la tourmente. Oui, tu le sais, la vie est précieuse et permet tant de découvertes.
    Merci, chère Andrée.
    Bon lundi.

  • Ce que tu écris est très beau et tellement vrai. J'imagine la vie comme un chemin à parcourir, différemment selon la météo, la géographie des lieux, les rencontres ou la solitude... tout est à traverser, mais le chemin continue et continuera toujours. Souhaitons - et je le crois - qu'un jour nous comprendrons le sens de tout cela. Douce journée Marie, merci pour ces mots. brigitte

  • Merci, chère Plume d'anges, pour ce commentaire. Il me semble que le sens de tout cela, c'est simplement le sens de la vie.
    Bonne journée.

  • Merci, chère Alex, pour ce commentaire.
    Bonne journée.

  • PArfois même une place à traverser, un lieu, une rue où pourtant on passait seul(e) sont une épreuve, comme si on n'avait pas le droit de le faire sans une main à tenir, sans être tenu...
    question d'individuation sans doute

    il faut aussi se donner le droit de respirer et vivre pour soi, avant de pouvoir être aux autres

  • La première année, l'absent ou l'absente se rappelle même dans les tous petits gestes du quotidien. C'est le moment où il faut faire appel à tout son courage.
    Merci, chère GIovinetta/Geneviève, pour ce commentaire.
    Bonne journée.

  • Il est magnifique ce texte. Voilà plusieurs jours que cette page est ouverte, que je la relis, et qu'elle fait à la fois du mal et du bien. En tout cas merci.

  • Avec plaisir, chère Pastelle. Je republierai ce texte dans quelques jours. Plusieurs personnes me l'ont demandé.
    Bonne journée.

  • Avec plaisir.
    Bonne journée.

  • Votre texte, si bien écrit, si intime et si profond, m'ébranle et m'émeut profondément tant il résonne en moi. Merci beaucoup pour la qualité de votre message et le partage.

  • C'est moi qui vous remercie d'être passée par ici et de l'avoir lu.
    J'espère à bientôt.
    Bonne journée.

  • Je ne vais pas te poser de question personnelle... mais je sais que ce que tu dis me touche énormément.
    Merci de trouver les mots qui si souvent me manquent.

  • Merci d'être passée ici et d'avoir pris le temps de lire quelques publications et de laisser des messages. Je suis contente de ce signe de vie. Les mots nous aident toujours, n'est-ce pas, quand nous en avons besoin.
    A bientôt j'espère.
    Bon week end.

Écrire un commentaire

Optionnel