Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

plage des sablettes - Page 6

  • Moisson.

    Prendre le temps de se reposer et de faire les choses les unes après les autres.
    Chemin de la Morvenède, à Sanary, cueillir plusieurs branches de genêts.
    Passer à l’Aquarelle des Saveurs refaire provisions d’épices : curcuma, maca, vanille, et poivre.
    Récupérer des pousses de diverses porcelaines et crassulas.
    Apprendre à quelqu’un à faire une pâte à tarte maison : 250 gr de farine, 125 gr de beurre, un demi-verre d’eau. Bien mélanger. Bien travailler la pâte. Former une boule. Laisser reposer. Fariner légèrement le plan de travail. Etendre avec un rouleau à pâtisserie en bois. Plier la pâte en quatre pour la poser sans la déchirer sur le plat à tarte. Couper les bords qui dépassent et en profiter pour faire des petites tartelettes aux fruits rouges qu’on fera cuire en même temps que la quiche. Piquer la pâte avec une fourchette. Garnir. Et voilà.
    Brosser les chats.
    Alors qu’il pleut, poursuivre la lecture de la correspondance des Sœurs Brontë.
    Marcher le long de la corniche de Tamaris.
    Marcher le long de la plage des Sablettes.
    Marcher les pieds dans l’eau.
    Retrouver, en rangeant la bibliothèque, un livre de Khrisnamurti : Le sens du bonheur.

  • Moisson.

    Faire de nouveau de la marmelade d’oranges amères. Étiqueter les pots « Marmelade d’oranges amères du jardin de A., à Hyères – Février 2017 ».
    Commencer à donner les pots.
    Étendre le linge dehors, au soleil.
    Tenir une petite fille par la main et l’écouter parler.
    Lire quasiment d’une traite un roman policier d’Anne Perry et se transporter à Londres au XIX° siècle.
    Faire le repassage en s’appliquant et en écoutant à la suite plusieurs versions du Quatuor de Ravel qu’on aime tant.
    Terminer le châle rose qu’il faudra bientôt envoyer à sa destinataire.
    Écouter longuement une amie qui souffre dans sa chair et ensuite lui parler doucement pour lui donner du courage dans sa vie de lutte.
    Autour d’une belle tablée dominicale, partager les différentes façons de cuisiner le bœuf-carottes.
    Sur la plage des Sablettes, penser à bien respirer.
    Parler avec quelqu’un des chansons que nos mères écoutaient quand elles étaient jeunes.
    Avoir le temps d’aller un après-midi au groupe de tricot-couture. Montrer l’avancement de la couverture pour bébé ; apprendre alors qu’une amie va être grand-mère et lui dire : « Alors, je te la donnerai. »