Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

anne perrier

  • Poésie nourrissante.

    Envoyer à quelqu’un qui croit que l’ombre est seulement sombre ces quelques vers d’Anne Perrier :

    Nourris de silence
    Gorgés d’ombre
    Les astres se ressemblent me ressemblent
    Comme autant de questions posées à l’obscurité

    La poésie fulgurante d’Anne Perrier nous accompagne ici depuis quelques jours.
    Ce quatrain, on l’aime car il est la poésie nourrissante. Il n’a pas de point, comme une ouverture totale au monde. Il évoque les astres qu’on regarde la nuit par la lucarne. Il est un hommage au silence qu’on aime depuis toujours. Il comporte le mot question, ami du quotidien. Et puis il évoque l’ombre.
    Le mot ombre a une sonorité humaine car elle suit la respiration : inspirer, om – expirer, -bre. Elle est belle, l’ombre d’Anne Perrier, gorgée de sève. Elle portera la lumière pour toujours. Elle sera une compagne féconde.

    Puis, revient en mémoire un autre poème, de Desnos celui-là :
    J’ai rêvé tellement fort de toi,
    J’ai tellement marché, tellement parlé,
    Tellement aimé ton ombre,
    Qu’il ne me reste plus rien de toi,
    Il me reste d’être l’ombre parmi les ombres
    D’être cent fois plus ombre que l’ombre
    D’être l’ombre qui viendra et reviendra
    Dans ta vie ensoleillée

    On se souvient d’avoir lu quelque part que ce poème de Desnos était écrit sur un bout de feuille trouvé dans la poche de son costume de prisonnier… Ecrire des poèmes jusqu'au bout.

    Et on continue, dans l’après-midi calme du jour, à feuilleter des livres de poésie.

  • Moisson

    Dire non.
    Fêter la quatrième fleur de l’ipomée.
    Etre écoutée par quelqu’un qui s’exprime comme toujours avec humanité et douceur.
    Terminer le tome 2 de la Trilogie de Baztàn, de Dolorès Redondo.
    Se plonger dans les poèmes d’Anne Perrier.
    Faire une tarte aux mirabelles.
    S’occuper de quelqu’un qui vient d’être opéré : l’accueillir à la maison, l’installer confortablement, tapoter les oreillers, l’aider à se lever, l’aider à s’asseoir, lui faire la cuisine, prendre sa température avec le thermomètre moderne qu’on vient d’avoir et qu’on met dans le creux de l’oreille, l’aider pour la toilette, préparer une serviette propre pour l’infirmière qui vient faire les pansements et se lave les mains consciencieusement, écouter, parler, se taire, rire, la nuit, écouter sa respiration, remettre la couverture en place, etc.
    Faire du café ou du thé pour tous ceux qui passent.
    Recevoir une jolie lettre accompagnée de photos de fleurs qu’on aime tant.
    Reprendre son souffle.
    Ecrire un peu.