Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

pissenlit

  • 4 mai 2011. Allégresse.


    Partir travailler, le matin, au mois de mai, en Provence, un jour de beau temps, et un jour de vent.
    N’avoir pas assez de mots pour dire combien cette nature est belle : ces fleurs partout, ces genêts, ces pentecôtes, ces coquelicots, ces pissenlits, ces herbes folles, auxquelles se mêlent les fleurs jaune pâle des oliviers argentés, les longues silhouettes des cyprès, les courbes des pins, le vaporeux du fenouil, le bleu du ciel.
    Entendre alors, sur France Musique, le troisième concerto brandebourgeois de Bach.
    Bonheur. Joie. Exultation.
    Etre dans l’allégresse, le temps du concerto et du trajet.
    Puis, penser qu’il est grand temps d’aller mettre sur la tombe du Grand Vizir un gros bouquet de fleurs des champs. Dans quelle colline ira-t-on les lui cueillir ?

  • 24 avril 2011. Pour faire un bouquet.

    Aller faire un tour.
    Cueillir une branche de seringa.
    Couper une rose Paul Mermaid.
    Attraper la première branche fleurie de chèvrefeuille de l’année.
    Ajouter quelques pissenlits.