Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Les lettres de la semaine.

    Lundi matin : une amie écrit une lettre.
    Lundi après-midi : elle poste la lettre.
    Mardi midi : On ouvre la boîte aux lettres en espérant y trouver l’enveloppe lilas foncé et….elle y est bien !
    Mardi après-midi : On lit la lettre violine.
    Mercredi matin : On va poster dans une grande enveloppe jaune un petit mot pour accompagner un bonnet en côte 1x1 taille 3 mois. Au retour, le courrier est passé : on a reçu une grande enveloppe carrée.
    Mercredi midi : On l’ouvre et on trouve une si jolie carte, fait main.
    Jeudi matin : On prépare un petit mot pour quelqu’un qui demande des graines de belles-de-nuit. On met les graines à part dans une petite enveloppe.
    Jeudi après-midi : On va poster les graines.
    Vendredi matin : On répond à la lettre lilas, à la carte fait main et à quelqu’un qui a donné son adresse.
    On ira mettre le courrier tout à l’heure à la jolie poste de Tamaris.

  • Gris.

    La vie est une suite de moments allant du noir profond au blanc pur, en passant par toute une gamme de gris. Dans cette gamme, plus de teintes qu’il n’y a de notes : gris foncé, menaçant, anthracite, opaque, épais, acier, plomb, épais, tourterelle, clair ou souris… , On va et on vient, on monte et on descend ; et tant qu’on fait cela, on reste en vie.
    Le gris, on y a pensé au moment où, lisant Minuit sur le canal San Boldo, le dernier opus des aventures de Brunetti, on le suit sur son trajet matinal pour se rendre à la Questure, s’arrêter prendre un café croissant non seulement chez Ballarin, mais aussi chez Rosa Salva.
    On pose alors le livre sur les genoux et on se souvient de la dernière fois qu’on a dégusté un café croissant chez Rosa Salva. A toutes les tables, des Vénitiens et des Italiens surtout, parlant de plus en plus fort au fur et à mesure que les cloches de l’église toute proche sonnaient. On avait pris ses aises sur la chaise, et on avait regardé le ciel : un beau ciel gris de novembre à Venise : on l’avait trouvé onctueux, ce gris, comme le budino qu’on avait dégusté aussi.
    Voilà un joli projet : retourner un matin chez Rosa Salva.
    Pour l’instant, on continue à suivre Brunetti dans son enquête.