Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

aiguilles à tricoter

  • Encore un trésor.

    Comme on a un projet d’atelier tricot, une jeune collègue amène le tas d’aiguilles à tricoter qu’elle a trouvé dans la maison qu’elle vient d’acheter. Dans la caisse en bois, les aiguilles sont en plastique, dans ce cas elles sont jaunes ou vertes, ou bien en métal, et alors elles sont grises. Les plus nombreuses sont les plus fines car, antan, les ouvrages étaient plutôt légers, mais ils étaient très chauds.
    C’est un autre trésor que celui-là, dans cette caisse qui ressemble à un tiroir orphelin du meuble qui l'abritait. Celui de mains à l’ouvrage, sans relâche, d’un temps où on ne restait jamais sans rien faire, jamais les bras ballants, jamais les bras croisés.
    On tentera de redonner vie à ces aiguilles.


  • Aiguilles à tricoter et petit pompon jaune.

    Après ce si long temps d’arrêt, ressortir du grand carton les aiguilles à tricoter.
    Les ranger par paire et par taille : 2, 2,5, 3, 3,5, etc, jusqu’au 12.
    Faire un tas spécial pour les aiguilles doubles qui serviront pour les chaussettes.
    Vérifier que les aiguilles circulaires sont bien toutes dans leur jolie boîte carrée.
    Dans la caisse à laines désormais rangée au fond de la grande mansarde, attraper une pelote jaune et décider de faire un bonnet. Commencer par le pompon, ce qui est peu conforme, mais le temps n’est plus à la conformité de quoi que ce soit. Les chats apprécient le découpage du carton, le fil jaune qui se promène et, finalement, quand le petit pompon est terminé, le leur laisser pour jouer et en refaire un autre.