Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Passer la soirée avec Primo et Mario.

    Passer la soirée à lire un petit livre trouvé il y a quelque temps déjà à la librairie Baba Yaga de Sanary : Pour Primo Levi, par Mario Rigoni Stern.
    Comment passer à côté de ce livre qui présente sur sa couverture le nom de deux écrivains qu’on aime tant ?
    Un soir, avant le dîner, la marmelade d’oranges est en train de cuire ; un doux parfum a embaumé la maison. On monte dans le bureau chercher le livre et, debout près de la marmite, on lit ou on touille, c’est selon. On retrouve le style limpide de Mario Rigoni Stern, les interrogations tourmentées de Primo Levi ; et la montagne aussi, en été, en hiver.
    Le livre terminé, on le pose pour remplir les pots de confiture qu’on laisse refroidir, à l’envers, sur la paillasse, et pour préparer le dîner qui se passe tranquillement.
    Après dîner, on relit ce livre court. On aime lire les livres deux fois. On y a remarqué des poèmes de Primo Levi, et on ignorait qu’il en avait écrit. On relève ces vers :

    J’ai deux frères qui ont beaucoup vécu
    Nés à l’ombre des montagnes
    Ils ont appris l’indignation
    Dans la neige d’un pays lointain
    Et ils ont écrit des livres qui ne sont pas inutiles
    Comme moi ils ont affronté la vue
    De la Méduse qui ne les a pas pétrifiés.
    Ils ne se sont pas laissé pétrifier
    Par la lente neige des jours.

    On va recopier ce poème, pour le garder avec soi.


  • La question du lundi : regarder en arrière.

    Ce billet sera un peu long, un peu touffu sans doute, questionnant peut-être.
    Il y a peu, on a vécu encore un cataclysme qui fait se succéder un certain nombre de jours très gris. Et en même temps, comme dirait une certaine personne…., on avait en soi, et on l’a toujours, une sorte de paix intérieure. Pourquoi ?
    Un livre est donc venu à la rescousse : Découvrir un sens à sa vie, de Victor Frankl. Il y donne son témoignage personnel, bien sûr, mais également d’autres témoignages, de patients dont il s’est occupé. Il cite en particulier celui-ci : une femme était restée seule avec un enfant handicapé qu’elle avait élevé, faisant en sorte de « lui faciliter la vie autant que possible » ; elle avait perdu un autre enfant, encore tout jeune…. Sa détresse était immense, bien sûr, sa vie dure et elle n’y trouvait aucun sens. Après un travail avec ce thérapeute, elle avait pu sortir de cette terrible tristesse : « Je peux regarder en arrière en paix. Ma vie a été remplie de sens et j’ai fait de mon mieux pour me réaliser et aider mon fils. Ma vie n’a pas été un échec. »
    « Je peux regarder en arrière en paix ». Voilà la réponse. Ici, en dépit de tout, on regarde en arrière en paix, malgré tout ce qui a pu se passer de plus que difficile. Bien sûr il y a des échecs, bien sûr il y a des regrets, bien sûr les pertes ont été nombreuses et lourdes. Mais on est en paix, ce qui permet de vivre le jour de maintenant.

    Et vous, regardez-vous en arrière en paix ?