Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Poètes.

La rue est pluvieuse avec de chaque côté des rigoles joyeuses. La maison est là, dont les volets annoncent les teintes de la chambre. On s’y pose pour un temps et on demande à avoir près de soi sur le boutis les livres de Philippe Jaccottet. Ils sont là, dit-on, d’un geste de la main. Là.
On construit contre soi une digue avec Autres journées, Les notes du ravin, Et, néanmoins, Après beaucoup d’années, Paysages avec figures absentes, A la lumière d’hiver, Poésie, Taches de soleil, ou d’ombre, La semaison.
C’est le milieu de l’après-midi, un hiver, un jour de pluie. Le jour baisse sous la mansarde. On allume les lampes reçues à Noël et on ouvre Autres journées, là où un bout de papier jaune dépasse :

« A trois heures de l’après-midi, on n’y voit presque plus. La pluie drue tombe des nuages gris au-dessus desquels ne filtre plus qu’une lumière jaunâtre. Sous un toit trop bas, on respire mal. Il faut presque sans cesse recoudre un tissu (la vie, la nôtre) qui s’use, s’effiloche. Ne pas perdre patience néanmoins – nous ne pouvons guère faire plus que ravauder. Les vêtements de gala ne sont pas pour nous, à moins de nous déguiser. »

Après, on relit ce passage de Taches de soleil ou d’ombre, lui aussi marqué d’un post-it jaune, une citation de Socrate à Criton :
« Sache bien en effet, excellent Criton, qu’un langage impropre n’est pas seulement défectueux en soi, mais qu’il fait encore du mal aux âmes. »

Ah, bienheureux poètes qui font du bien aux âmes !

Commentaires

  • Que ferions-nous sans les poètes ?
    Nos coeurs et nos esprits seraient vides, ou alors... il nous faudrait devenir nous-mêmes poètes !

  • Qu'il était sage Socrate! J'espère qu'aujourd'hui, le soleil va percer et que la lumière sera belle pour vous. Bises alpines.

  • toujours, quand la vie va mal il est une lecture salvatrice ... la poésie est plus qu'une discipline, c'est un remède !
    toute mon amitié .

  • Les journées hivernales sont propices à la lecture. Un feu de cheminée, une tasse de thé, un bon livre et ....le bien être est au rendez vous.

  • Retrouver Jaccottet c'est toujours un immense plaisir et même beaucoup plus que cela
    je souris en vous lisant, je fais ça aussi, étaler plusieurs livres du poète, piocher parfois un peu au hasard, mais aussi parfois se faire hameçonner par un mot, un nom, et continuer la lecture, retrouver les paysages que l'on connait déjà et entrer dans un monde ami

  • Une belle conclusion - les écrivains, les poètes, les mots si souvent nous sauvent. Bon repos et courage, Marie. Pendant qu'il pleut chez toi, le soleil est revenu ici avec les gelées, lumière divine.

  • "......la sagesse de ne parler qu'au plus près de ce que l'on a vécu,senti ,compris;"
    (Jaccottet Requiem)

    Deux petites pierres à ajouter peut être à cette digue précieuse:

    "......je ne vous parlerai pas d'ombre ,ni de jour
    je ne vous louerai pas les ors du temple
    les anges amoureux de Jerusalem
    je dirai simplement deux pas que je fis
    joignant les mains dans la toute obscurité ." (Jouve)

    "J'ai les mots quand j'ai la vie" (Charles Juliet)

    Bon courage.

  • merci pour ce partage, quel beau moment de réflexion.
    belle et douce journée.

  • Chaque Bonheur du Jour est un poème en soi.
    Je me délecte de cette citation de Socrate, mais plus j'y réfléchis, plus je ressens l'inconfort de vivre à une époque où le langage se dévoie inexorablement.
    Je vous envoie de beaux flocons tout doux depuis Paris :-)
    Dominique

  • Comment rester insensible à tant de poésie, la vôtre, celle des poètes qui vous entourent sur le boutis. Ici, la neige à remplacé la pluie, et tout étincelle sous un soleil radieux. J'ai commandé Les Forêts de Ravel chez ma libraire.

Écrire un commentaire

Optionnel