Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Un printemps avec George Eliot : Middlemarch : prendre le temps de lire ce qui fut long à écrire.

Par moments, l’urgence est là et un seul livre s’impose comme étant du matin, du sac à main et du soir, et de tous les instants où on peut grappiller un moment de lecture : Middlemarch, de George Eliot. 1150 pages en édition Folio. C’est ainsi qu’à un moment où on sort le livre de son sac on sent les regards alentour converger vers ce « pavé ». Les questions fusent – sachez que ce sont des questions pour lesquelles celui ou celle qui les pose n’attend pas de réponse, et on n’a pas répondu : « Mais c’est encore un nouveau livre ? », ou encore : « Mais qu’est-ce que vous lisez ! et celui-là, c’est pas de la tarte, visiblement… » (et de prendre le volume dans la main pour le soupeser) ; on entend aussi : « Mais vous vous y retrouvez, dans tous les personnages ? », « Mais c’est pas trop compliqué, cette histoire ? », « Mais ça ne vous fait pas mal aux yeux, car c’est quand même écrit petit ? », « Mais… mais…. Vous écrivez sur les pages ? Au stylo ? », « Et c’est qui, George Eliot ? » … Puis la remarque fatale en rendant le volume : « Faut du temps, pour lire ça. »
Ah oui, le temps… En y réfléchissant bien, c’est de cela dont on aimerait parler : le temps de la lecture. Lire un roman pareil, c’est long. Même si on est passionné par l’histoire, même si on ne rate aucune occasion de lire, même si on y consacre le plus de temps possible dans une journée ordinaire et qu’on ne regarde pas la télévision, c’est long. Pas question, pendant la lecture de Middlemarch, 1150 pages avec préface, chronologie et notes, de céder aux sirènes des nouveautés littéraires dont la plupart, il faut le reconnaître, n’atteint pas les 500 pages. Si on veut arriver au bout, il est préférable de ne pas s’éparpiller, au risque de faire baisser la moyenne de livres lus par mois (il y en a qui note ça…)
On pense aussi à l’auteur qui a écrit tout ça à la main. On est allé voir quelques pages manuscrites sur le site de la British Library… On imagine un premier jet, une première version, une deuxième peut-être, une version définitive… Le bruit de la plume sur le papier… Un énorme travail pour que nous, lecteurs, nous ayons des heures de lecture passionnée. Des heures de création, des heures d’écriture, un projet pensé de la première à la dernière page : la notice en fin de volume donne à ce sujet des informations très intéressantes. Et une culture… Quelle femme, cette George Eliot, au courant de tout ce qui se passait de son temps, ayant lu elle-même quantités d’ouvrages, ayant des idées et sachant les exprimer, ayant des opinions et faisant tout pour convaincre.
Mais poursuivons la lecture…



Commentaires

  • Je n'ai encore jamais lu George Eliot, il va falloir que je m'y mette
    Bonne journée !

  • 1150 pages, c'est une belle lecture, quand je me rend à la bibliothèque je ne prends pas d'ouvrage en dessous de 800 pages, je trouve que ça se lit trop vite, on a pas le temps de communier avec l'auteur, il faut que le livre soit conséquent que l'on passe du temps avec son auteur
    Amicalement
    Claude

  • c'est ma façon de lire ... sans comptabiliser, tout en profondeur, sans rien lâcher, parfois relire deux fois une même page, m'imprégner de l'idée de l'auteur pour mieux trouver mon petit sentier ... voilà pourquoi je lis peu, et souvent en vacance du reste ... qui occupe mon ordinaire ...
    amitié .

  • Quoiqu'il arrive, l'auteure a mis plus de temps à l'écrire que le/la lecteur/trice!
    Parfois, c'est idiot mais..., je me dis que se casser une jambe aurait du bon pour ce genre de lecture:-)
    Bonne journée Marie.

  • Jamais lu. Je devrais essayer car quand j'arrive à la fin d'un livre, j'ai toujours de la peine à le finir. Je voudrais toujours qu'il dure encore un peu. J'ai toujours du mal à me mettre dans un nouveau livre. En plus je lis lentement, je fais trop de choses.

  • Je ne connais pas et je le note. Merci! Toutes ces réflexions des gens quand on se promène avec un pavé sont très justes.
    Un de mes projets du même genre est le "4 3 2 1" de Paul Auster
    Bonne journée !

  • Entièrement d'accord, je le commande aujourd'hui même si mon libraire ne l'a pas en stock. Belle journée.

  • J'ai déjà noté "le moulin sur la Floss" sur ma liste de livres , je vais y rajouter ce titre.... la liste s'allonge avec ma gourmandise de lire et de découvrir ! Actuellement je lis "l'art de perdre" d'Alice Zeniter , je suis captivée par cette histoire d'une famille d'Algériens sur trois générations , ballotés par l'histoire , une histoire de migrants et du temps qu'il faut pour s'implanter ailleurs . Hier, j'ai eu le dernier volume du journal d'Albert Strickler , "le cœur à tue tête" et j'en ai immédiatement commencé la lecture avec toujours le même plaisir . Son émerveillement d'être est contagieux.
    Amitié

  • Et bien j'adore lire mais pas forcément les gros volumes, sauf si l'histoire est passionnante et les personnages attachants. Je feuilletterai ce livre...

  • Bravo, chère Marie, votre patience force mon admiration !
    J'aime au contraire les livres légers (en poids) mais aux
    chapitres courts et denses se terminant par une accroche
    séduisante...

    Il est vrai que je suis un tantinet impatiente comme me le répète
    mon entourage et pourtant ...au jardin, je resterais
    ou plutôt je reste, indéfiniment !

  • Je ne connais pas, mais ne demande qu'à découvrir... je note !
    Belle journée Marie, bisous et câlins ensoleillés

  • J'adore les remarques , c'est amusant et je les ai souvent entendues également.
    Je garde souvent les pavés pour les vacances quand je sais que j'aurai de plus longues plages de lecture. Et voila que tu éveilles ma curiosité avec de Middlemarch...

  • Si j'en crois le signet resté à la page 611 dans mon exemplaire Folio, je ne l'ai pas terminé. La préface de Virginia Woolf m'avait attirée, mais je ne suis pas vraiment entrée dans le roman. J'avais même oublié le plaisir de ces citations en épigraphe à chaque chapitre. A la dite page, un proverbe espagnol et sa traduction : "Puisque nous ne pouvons obtenir ce que nous aimons, aimons ce que nous pouvons obtenir."
    Bonne lecture, on te sent en pleine immersion.

  • Comme tu dis, "prendre le temps de lire ce qui fut long à écrire", et se garder le droit comme dit Daniel Pennac, d'arrêter, d'interrompre peu de temps ou longtemps, de sauter des pages, de relire plusieurs fois certaines....Livre épais ou non, ce qui compte c'est le plaisir de la lecture, la rencontre avec l'auteur, les personnages.
    "Middelmarch" de George Elliott, je note et je note aussi que George Eliott est une femme. Merci Marie pour ce titre, bonne lecture et Bises.

  • Je n'ai jamais lu cette auteure, les ouvrage de cette importance me font souvent peur car ils regorgent de détails et je m'y perds souvent mais visiblement elle doit savoir captiver son lecteur !

  • Bonjour. Je lis souvent dans mon bain... j'espère que le livre n'est pas trop lourd. ;-) Bises alpines et merci pour la suggestion.

  • votre propos sur les réactions me fait énormément rire, quand je prenais beaucoup de transports en commun j'ai droit à ça également, parfois plus souriant : ah je l'ai lu vous allez vous régaler !"
    penser à l'auteur en plein travail est à la fois réjouissant et presque effrayant quand on voit le mal que l'on a à aligner quelques phrases pour un billet de blot ( je parle pour moi là )
    la lecture du journal de travail de Steinbeck m'a vraiment éclairé sur ces difficultés
    George Eliot était très en avance sur son époque, quand on pense que dans Daniel Deronda elle parle de la création d'un état juif !!!!

  • C'est ce que je fais (poursuivre la lecture !) et je n'ai plus qu'une dizaine de pages à lire. C'est une aventure en effet, mais je ne la regretterai pas !

  • C'est bien aussi de rester longtemps avec un livre et ses personnages, on va nettement plus en profondeur dans l'histoire.

  • Je raffole de ces bons gros pavés victoriens (j'ai encore du Dickens et du Trollope prévus)(pour les femmes hélas il ne me reste plus grand chose à lire). Middlemarch, long? pas du tout! Je l'ai l u deux fois, et la deuxième je n'avais pas du tout les mêmes impressions que la première! Une note sur la VO : tentée puis abandonnée : vraiment alambiqué, je n'ai pu m'y faire et suis revenue au français)
    Et puis, tous ces personnages, ah c'est le bonheur!!!
    Bonne lecture, donc (et chut pour les péripéties)

  • Pour ces gros livres il faut quand même le lire en continu pour ne pas en perdre le fil, et s'y retrouver effectivement dans l'intrigue e les personnages ( en plus si ce sont des noms anglo-saxons on mélange vite...)
    C'est pour cela que j'apprécie les livres (dont Zola) où il y a la liste des personnages au début, comme naturellement les pièces de théâtre
    Bonne journée.

  • Peut-être un jour y aura-t-il une édition française dans laquelle on trouvera une telle liste de personnages pour l'oeuvre de George Eliot. Vous avez raison, il faut arriver s'y repérer et en fait je fais moi-même ma liste au fur et à mesure que je lis, Ce sera d'ailleurs certainement le sujet de ma prochaine note à propos de Middlemarch.
    Bonne journée.

  • J'ai du mal à lire les "pavés" (le mot n'est pas très joli !, mais je partage ton admiration du travail qu'il y a derrière cette longue écriture. J'ai un rêve profond, celui de lire Don Quichotte, je n'ai pas encore eu le courage de le commencer. Bises de printemps. brigitte

  • Middlemarch est sur mon étagère, attendant un bon créneau pour passer... Je me suis promis de prendre le temps cette année et j'ai aussi acheté le livre de Mona Ozouf "L'autre George" pour compléter l'incursion dans l'univers de George Eliott. A suivre donc. (et bonne lecture !)

  • J'ai bien prévu de lire le livre de Mona Ozouf que je dois d'ailleurs aller chercher à la médiathèque. A son sujet, je l'ai vue à une émission dimanche soir : quel plaisir d'écouter cette grande dame si cultivée, si intelligente, mais aussi si sensible au monde qui l'entoure.
    Bonne journée.

  • Quelque soit le volume du livre, seul compte l'intérêt qu'on y porte.. et pour l'auteur, un plaisir ou un devoir.. à lui de voir !

  • Un livre que vous me donnez envie de lire... merci !
    Le temps manque en ce moment, j'ai la tête ailleurs.
    Mais je sais qu'il faut du temps pour tout.
    Passez une douce journée.

  • Ce livre était à la mediatheque et celui de Mona Ozouf aussi. Maintenant j'hésite avec les très gros livres car il me prive de la lecture d 'autres auteurs. Je commence scènes de la vie cléricales, d' abord m'habituer à l'écriture du traducteur (fin du 19ème). J'ai lu une description de la crème versée dans le thé particulièrement fine et réaliste. Bises

  • J'ai noté avec un sourire ta lecture sur les moyennes. C'est vrai que ça peut être parfois une contrainte. Mais qui pèse tellement peu à côté de l'expérience unique de lire un tel livre.

Écrire un commentaire

Optionnel