Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Ces jours bleus et ce soleil de l’enfance.

« Ces jours bleus et ce soleil de l’enfance. »

C’est le dernier vers écrit par Antonio Machado sur un bout de papier qui fut trouvé dans sa poche après son décès en 1939, à Collioure. C'est un vers magnifique.

Le grand poète espagnol a été un beau compagnon tout au long de l’été, dans le soleil, dans le vent, dans la montagne, à l’ombre des arbres.
Dans un orme sonnait le ciseau éternel
de la cigale chanteuse, le monorythme jovial,
bruit de fer ou de bois
de la chanson estivale.(1)


La période des vacances se termine et le blog va bientôt reprendre un rythme plus régulier.


(1) Antonio Machado, Solitudes, p. 36, in Champs de Castille, précédé de Solitudes, Galeries et autres poèmes et suivi des Poésies de la guerre, nrf Gallimard,

Commentaires

  • Un été avec Machado, un régal. Bien contente que tu aies trouvé agréable ce compagnon de mots et d'idées près de la terre, du soleil et du vent!

  • "Ces jours bleus et ce soleil de l'enfance", sublime ponctuation
    de cet été qui s'allonge !

    Merci, chère Marie, vos partages résonnent avec les rires
    des enfants qui emplissent la maison...
    Grâce à vous, ils découvriront Machado autour de la table
    des grandes vacances !

  • Merci Marie pour cette jolie découverte pleine de sa poésie.
    Doux week-end.

  • Quelques mots splendides, une phrase si sobre....le tout trouvé dans de telles conditions....Quelle force dans cette boucle bouclée...
    Merci Marie pour ce merveilleux partage et belle fin de semaine.

  • j'arrive tout doucement à la fin de ce livre d'Onfray long de 1500 pages ... un peu de poésie me fait du bien ...
    bon retour
    amitié .

  • Merci Bonheur du jour pour ces très jolis vers que vous avez lu en vacances. J'apprécie le partage.
    A bientôt de vous à nouveau!
    Mes amitiés ♥

  • "Machado dort à Collioure
    Trois pas suffirent hors d’Espagne
    Que le ciel pour lui se fît lourd
    Il s’assit dans cette campagne
    Et ferma les yeux pour toujours ».

    Louis Aragon chanté par Jean Ferrat,
    Les poètes.

  • jusqu'à la fin il écrivit ; quel fin tragique pour lui et sa mère.
    Encore une mauvaise période.
    Merci de nous en parler et très bon week end.

  • J'aime beaucoup la poésie de Machado . Belle soirée !
    "Tout passe
    et tout demeure
    Mais notre affaire est de passer
    De passer en traçant
    Des chemins
    Des chemins sur la mer
    Voyageur, le chemin
    C'est les traces
    de tes pas
    C'est tout ; voyageur,
    il n'y a pas de chemin,
    Le chemin se fait en marchant
    Le chemin se fait en marchant
    Et quand tu regardes en arrière
    Tu vois le sentier
    Que jamais
    Tu ne dois à nouveau fouler
    Voyageur! Il n'y a pas de chemins
    Rien que des sillages sur la mer."

  • Je l'ai toujours beaucoup aimé.
    Bon retour à toi.
    Passe une douce journée.

  • Quelle chance nous avons de rencontrer ainsi des compagnons de voyage, de vacance, de rêverie... si riches en talent, merci la vie !!! À bientôt Marie, beau dimanche. brigitte

  • Je ne le connaissais pas, mais j'ai fort envie de le connaître.
    Merci pour cette découverte
    •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

  • Depuis quelque temps déjà, j’ai mis mes pas dans les siens pour essayer de trouver mon chemin....

  • Cette ligne au fond d'une poche dit le précieux de l'existence, jusqu'au dernier souffle. Merci pour ce partage.

Écrire un commentaire

Optionnel