Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Moisson.

    Faire des colliers avec des épines de pin.
    Ecouter des symphonies de Haydn.
    Prendre le temps de ranger tous les papiers administratifs afin que rien ne traîne.
    Préparer un bon plat de tomates à la provençale.
    Ecouter quelqu’un parler, constater ce mûrissement qui s’installe peu à peu et qui produira, c’est certain, de l’apaisement aussi quand il ne sera plus question d’aller au-devant des déceptions.
    Ne pas se lasser d’admirer l’hibiscus qui offre généreusement, chaque jour, une ou deux fleurs roses et dresse quelques boutons qui en sont autant de promesses.

  • La question du lundi : les provisions de l’été.

    L’été va durer encore un mois mais on sent bien que le temps des vacances se termine : les soirées sont légèrement plus courtes, l’aube prend son temps le matin avant de se déployer, sur les étals du marché on voit les premières mirabelles et les grains de raisin sont tout gonflés et brillants et dans les chemins, toutes les figues ont été maraudées ou picorées par les oiseaux ; mais il reste bien des mûres, fondantes.
    Chez quelqu’un qu’on est allé voir, on a vu des bocaux alignés sur les étagères du cellier : légumes, haricots verts surtout, confitures aussi, fraises et abricots. « Mes provisions pour l’hiver », a-t-on entendu et on a eu droit à un joli pot de confiture de figues.
    Ici, on a fait provision de bains, de jeux de ballon, de rires en cascade, de paysages de montagne, de rencontres et de partages, mais aussi de silence et de lumière.

    Et vous, quelles provisions avez-vous faites durant l’été ?